Ouvrir le menu principal

Langues à Saint-Martin (Antilles françaises)

langues d'une région géographique

Langues à Saint-Martin
(Antilles françaises)
Image illustrative de l’article Langues à Saint-Martin (Antilles françaises)
Fiche d'identité linguistique de Saint-Martin aux États généraux du multilinguisme dans les outre-mer (2011)

Langues officielles Français (de jure)
Langues principales Maternelle : Anglais saint-martinois

Véhiculaire : anglais

La langue officielle de la partie française de l'île de Saint-Martin est le français[1], qui est utilisé dans les administrations et les écoles. C'est la langue maternelle de 6 à 8 % des 36 000 habitants que compte la partie française de l'île en 2011[2], langue surtout de retraités issus de France, et de fonctionnaires (administrateurs, forces de l'ordre, enseignants, etc.).

Cependant, du fait de la composante cosmopolite de l'île et de la forte influence nord américaine, l'anglais (96 %) est largement parlé et compris en partie française[3]. Les anglophones dans la partie française de Saint-Martin parlent rarement le français en seconde langue. Déjà, en 1843, c'est la langue anglaise qui est la seule familière à l'ensemble de la population de l'île[4]. Pendant la guerre d'indépendance Américaine, l'île est occupée par les Britanniques entre 1778 et 1783. Elle l'est à nouveau de 1785 à 1788, puis de 1789 à 1791 pour protester contre la révolution Française et l'exil de nombreux nobles Français . Même si l'île est rendue en théorie aux Français en 1791, les troupes Britanniques restent, surtout après l'annonce de la proclamation de la république en France en 1792, et l'annonce du procès de Louis XVI (qui sera exécuté). Entre 1793 et 1817, l'île est entièrement occupée par les Britanniques, pendant le reste de la révolution française et l'empire Napoléonien. Rendue en 1816 aux Français et aux Néerlandais aux suites du traité de Vienne de 1815, le retour effectif des deux puissances a lieu au début de l'année suivante.

Pendant la première guerre mondiale, entre 1914 et 1918, la présence Française est maintenue, et les Pays-Bas sont neutres.

De 1940 à 1945, aux suites des défaites françaises et néerlandaises face à l'Allemagne nazie, l'ile fut totalement occupée par les Britanniques.

Les Français et les Néerlandais reprennent l'administration de l'ile en 1946.

Sommaire

RéférencesModifier

Voir aussiModifier