Ouvrir le menu principal
L’alphabet de la langue camunienne

La langue camunienne est une langue antique éteinte, parlée au Ier millénaire av. J.-C. dans certaines vallées des Alpes centrales (Val Camonica, Valtellina) et non déchiffrée. Son nom provient de l'antique peuple des Camunni qui habita le Val Camonica pendant l'âge du fer et qui fut l'auteur de la plupart des gravures rupestres de la zone.

Sommaire

Histoire et descriptionModifier

Les témoignages de la langue parlée par les Camunni sont rares et non déchiffrés : parmi les dessins rupestres du Valcamonica, il y a des inscriptions écrites en langue camunienne. Les connaissances restent trop incertaines pour qu'on soit en mesure de déterminer si elle appartient à une famille de langues plus large.

La langue camunienne est connue uniquement par un corpus épigraphique gravé sur roche faisant partie des sculptures de pierre du Valcamonica. Ce corpus est gravé dans une variante de l'alphabet étrusque septentrional, connu comme alphabet camunien ou encore alphabet de Sondrio[1].

Il est probable que la langue camunienne soit en relation avec la rhétienne.

Vers le Ve siècle av. J.-C., les Étrusques, déjà largement répandus dans la vallée du Pô, ont eu des contacts avec les populations alpines. Les traces de l'influence de cette culture se retrouvent dans l'alphabet camunien dont on possède plus de deux cents gravures sur roche et qui est très semblable à l'alphabet étrusque du nord[2].

Vers le IIIe siècle av. J.-C., sont arrivés en Italie les Celtes gaulois qui, venant de la Gaule transalpine, se sont installés dans la plaine du Pô et sont entrés en contact avec la population camunienne : en témoignent la présence, parmi les sculptures de pierre du Valcamonica, des figures de divinités celtiques comme Cernunnos.

AlphabetModifier

Les signes les plus importants de l'alphabet ont été identifiés et étudiés dans la commune de Paspardo[3]:

  • un theta (Θ);
  • un Phi (Φ)
  • un e (E) ainsi que six segments horizontaux.

Plus d'une centaine d'inscriptions, pour la plupart des lettres unitaires ou de petits groupes de deux à trois caractères, souvent associées à des figures de guerriers, ont été repérées en Valcamonica[3].

Comparaison avec d'autres alphabets anciensModifier

Dès 2017, Élisa de Vaugüé compare cet alphabet avec deux autres qui en sont proches, les runes nordiques et le phénicien, et conclut qu'il existe probablement une origine commune[4], puis plus tard, en 2019, elle trouve des similitudes avec les 32 symboles retrouvés dans les grottes européennes depuis 30 000 ans par la paléo-anthropologue canadienne Geneviève von Petzinger[5], qui pourraient être un proto-langage et un proto-alphabet néandertalien[6].

TranslitérationModifier

Glyphe Tibiletti Bruno 1992[7] Zavaroni 2004[8] Martinotti 2009[9]
  - A -
    A A
    A -
    B B (V?)
    B B (V?)
    - D
  h D (?) -
    E E
    E E
    E E
    V -
    G K (G?)
    G -
  h H J (ii/h/η?)
  - H -
    I I
    I I
  - K K (G?)
    L L
    L L
    M M
    M M
    N N
    N N
    O Φ (Q?)
  - P -
    P P
    R R
    R R
    S χ
    S S
    S S
    T T
    T T
  - T I
      -
  -    
  - TS -   -
    TS -   χ
    U - W U
  - U - W U
    Z χ
    Z χ

ImagesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. (it) « Iscrizioni camune a cura di Adolfo Zavaroni », .
  2. (it) « Incisioni rupestri sul sito del comune di Paspardo », .
  3. a et b (it) « Incisioni rupestri sul sito del comune di Paspardo »,
  4. Élisa de Vaugüé, La Civilisation camunienne, une civilisation européenne, disparue et oubliée… (du phénicien aux runes nordiques) : étude de ses graphèmes et de son « haplogroupe italo-celte-germanique » (ISBN 9781973176763).
  5. The First Signs: Unlocking the Mysteries of the World's Oldest Symbols (en ligne)
  6. Élisa de Vaugüé, La Civilisation camunienne, une émanation hyperboréenne disparue et oubliée : camunien, phénicien & runes nordiques, graphèmes et haplogroupes (ISBN 9781091955271).
  7. Maria Grazia Tibiletti Bruno, Gli alfabetari, Quaderni camuni n° 60, 1992, p. 307
  8. Adolfo Zavaroni, Iscrizioni camune, 2004
  9. Angelo Martinotti, Le iscrizioni preromane in Lucus rupestris, 2009, p. 325

BibliographieModifier

  • (de) Stefan Schumacher, 2007, Val Camonica, Inschriften dans Reallexikon der germanischen Altertumskunde. Band 35: Speckstein bis Zwiebel, éd. Heinrich Beck et al., Berlin - New York, p.  334–337.
  • (it) Adolfo Zavaroni, L'alfabeto Camuno
  • (it) Alberto Mancini, 1980, Le iscrizioni della Valcamonica dans Studi Urbinati di storia, filosofia e letteratura. Supplemento linguistico 2, p.  75–166.
  • (it) Alberto Mancini, 1991, Iscrizioni retiche e iscrizioni camune. Due ambiti a confronto dans Quaderni del Dipartimento di Linguistica, Università degli studi di Firenze 2, p.  77–93.
  • (en) Thomas Markey, L, 2008, « Shared symbolics, genre difussion, token perceptions and late literacy in North-western Europe » dans Nowele 54/55, pp. 5–62.
  • (it) Maria Grazia Tibiletti Bruno, 1990, « Nuove iscrizioni camune » dans Quaderni camuni 49-50, p.  29–171.
  • (it) Maria Grazia Tibiletti Bruno, 1992,. Gli alfabetari dans Quaderni camuni 60, p.  309–380.

Voir aussiModifier