Ouvrir le menu principal
Mr and Mrs Andrews (1748-49) par Thomas Gainsborough, un couple de la noblesse terrienne, bien qu'en réalité leur richesse provînt de sources telles que le textile, le commerce extérieur et l'argent, et n'avait été que très récemment investi dans la terre. National Gallery, Londres.

La Landed gentry ou gentry (aristocratie ou noblesse terrienne) est une classe sociale britannique, appartenant pour l'essentiel au passé, consistant en théorie en les propriétaires fonciers qui pouvaient vivre entièrement des revenus de location, ou au moins avaient une propriété à la campagne

Elle était distincte et socialement « inférieure » à l'aristocratie ou pairie, bien qu'en fait certains membres de l'aristocratie terrienne fussent plus riches que d'autres, et que de nombreux nobles fussent apparentés aux pairs. Ils ont souvent travaillé comme administrateurs de leurs propres terres, tandis que d'autres sont devenus des figures publiques, politiques, religieuses et des forces armées. Le déclin de cette classe privilégiée découle en grande partie de la dépression agricole des années 1870. Cependant, il existe aujourd'hui encore un grand nombre d'héritiers britanniques, dont beaucoup ont transféré la compétences de gestion de style propriétaire qu'ils avaient avant la crise agricole, dans les affaires foncières, l'acte d'acheter et de vendre des terres.

La désignation landed gentry désignait à l'origine exclusivement les membres de l'upper class, classe sociale supérieure composée des landlord (propriétaires), qui étaient néanmoins roturiers (commoners) au sens britannique, c'est-à-dire qu'ils ne détenaient pas de pairies, mais l'usage devint plus fluide avec le temps. Des systèmes sociaux analogues, ou des titres de noblesse terrienne analogue ont également vu le jour dans les pays qui ont maintenu un système colonial; le terme est employé dans de nombreuses colonies britanniques telles que la colonie de Virginie et certaines parties de l'Inde. À la fin du XIXe siècle, le terme était également appliqué à des pairs tels que le duc de Westminster qui vivait dans des propriétés foncières. La série de livres Burke's Landed Gentry a enregistré les membres de cette classe. Les bourgeois qui réussissaient utilisaient souvent leur richesse accumulée pour acheter des propriétés de campagne, dans le but de s'établir comme noblesse foncière.

Sommaire

GroupementsModifier

Le terme gentry, dont certains « landed », comprenait quatre groupes distincts en Angleterre[1] :

  1. Baronets: un titre héréditaire, créé à l'origine au XIVe siècle et relancé par le roi Jacques en 1611, donnant au titulaire le droit d'être appelé "Sir".
  2. Knights: À l'origine un grade militaire, ce statut était de plus en plus attribué aux civils comme une récompense pour le service à la Couronne. Les détenteurs ont le droit d'être appelés Sir (sauf les Honorary Knights, qui ne sont pas britanniques ou d'une nationalité du Commonwealth), comme le sont les baronnets, mais contrairement au baronnet, le titre de chevalier n'est pas héréditaire.
  3. Esquires: à l'origine, les hommes aspirant à la chevalerie étaient les principaux serviteurs d'un chevalier. Après le Moyen Âge, le titre d'Esquire (Esq.) devint un honneur qui pouvait être conféré par la Couronne, et par la coutume les titulaires de certains postes (avocats, maire / maire, juges de paix et officiers supérieurs) dans les forces armées) étaient considérés comme des Esquires. (voir Squire - écuyers)[2]
  4. Gentlemen: possesseurs d'un statut social reconnu comme un titre séparé par le Statut des additions de 1413. Généralement les hommes de haute naissance ou de rang, de bonne position sociale, et de richesse, qui n'ont pas besoin de travailler pour gagner leur vie, ont été considérés messieurs.

Tout le premier groupe, et beaucoup des trois derniers, étaient « armigères », ayant obtenu le droit de porter un blason. Dans beaucoup de sociétés continentales, c'était exclusivement le droit de la noblesse, et au moins le haut clergé. En France, c'était à l'origine vrai, mais beaucoup de propriétaires terriens, de bourgeois et de riches commerçants ont été autorisés à enregistrer des armoiries et à devenir « armigraires ».

Origine du termeModifier

Le terme landed gentry (aristocratie terrienne), bien qu'à l'origine utilisé pour signifier la noblesse, est venu pour être utilisé de la noblesse moindre en Angleterre vers 1540. Une fois identiques, finalement ces termes[pas clair] sont devenu complémentaire, en ce sens que leurs définitions ont commencé à remplir certaines parties de ce que l'autre manquait. Le terme historique gentry par lui-même, selon Peter Coss, est une construction que les historiens ont appliquée vaguement à des sociétés plutôt différentes. Tout modèle particulier peut ne pas convenir à une société spécifique, mais une définition unique reste néanmoins souhaitable[3],[4]. L'expression landed gentry désignait en particulier les membres sans titre de la classe supérieure des propriétaires terriens. La forme de richesse la plus stable et la plus respectée a toujours été la terre, et un grand prestige et des qualifications politiques étaient (et dans une moindre mesure encore) attachés à la propriété foncière.

Statut contemporainModifier

La Grande Dépression de l'agriculture britannique à la fin du XIXe siècle, avec l'introduction au XXe siècle de niveaux de taxation de plus en plus lourds sur la richesse héritée, a mis fin à la terre agricole comme principale source de richesse pour les classes supérieures. De nombreuses propriétés ont été vendues ou démantelées, et cette tendance a été accélérée par l'introduction de la protection des locations agricoles, encourageant les ventes directes, à partir du milieu du XXe siècle.

Cette situation a été si dévastatrice pour les rangs de la noblesse terrienne que Burke's Landed Gentry a commencé, au XXe siècle, à inclure les familles historiques dans cette catégorie qui avaient cessé de posséder leurs terres ancestrales. L'attention de ceux qui sont restés dans cette classe s'est déplacée des terres ou des domaines eux-mêmes, à la maison seigneuriale ou « siège de la famille » qui a été dans de nombreux cas conservés sans les terres environnantes. Beaucoup de ces bâtiments ont été achetés pour la nation et conservés comme monuments mémorial aux styles de vie de leurs anciens propriétaires (qui restaient parfois dans une partie de la maison comme locataires) par le National Trust for Places of Historic Interest or Natural Beauty. Le National Trust, qui se concentrait à l'origine sur des paysages ouverts plutôt que sur des bâtiments, accéléra son programme d'acquisition de maisons de campagne pendant et après la Seconde Guerre mondiale, en partie à cause de la destruction généralisée des maisons de campagne au XXe siècle par les propriétaires qui ne pouvaient les maintenir. Ceux qui conservaient leurs biens devaient généralement compléter leurs revenus par d'autres sources que la terre, parfois en ouvrant leurs propriétés au public.

Au XXIe siècle, le terme landed gentry est encore utilisé, car la classe des propriétaires fonciers existe toujours, mais elle fait de plus en plus référence à la richesse foncière historique ou à la propriété actuelle dans une famille. De plus, la déférence qui était autrefois donnée automatiquement aux membres de cette classe par la plupart des Britanniques s'est presque entièrement dissipée à mesure que sa richesse, son pouvoir politique et son influence sociale diminuaient et que d'autres personnalités sociales comme les célébrités prenaient leur place dans l'intérêt du public. .[réf. nécessaire]

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Joan Butler, Landed Gentry (1954)
  • John O'Hart, The Irish And Anglo-Irish Landed Gentry, When Cromwell Came to Ireland: or, a Supplement to Irish Pedigrees (2 vols) (reprinted 2007)

Notes et référencesModifier

  1. Canon, John, The Oxford Companion to British History, p. 405 under the heading "Gentry" (Oxford University Press, 1997)
  2. Felicity Heal, « The Gentry in England and Wales, 1500-1700 », Stanford University Press, 1994 (Page 230) (consulté le 7 avril 2016) : « (By the late 17th century)....a number of local squires were added to the governing bodies, even appointed as mayors... »
  3. Michael Hicks, review of The Origins of the English Gentry, (review no. 402)
  4. Cambridge University Press 0521021006 - The Origins of the English Gentry Peter Coss

Liens externesModifier