Ouvrir le menu principal

Landaman ou Landamann ou Landammann de l'allemand Land (état / pays) et Amtmann (secrétaire / officiel), est, dans de nombreux cantons suisses alémaniques, le titre donné au président du gouvernement cantonal. Ce terme est apparu au Haut Moyen-Âge.

République helvétique et Suisse sous la MédiationModifier

Le landamann était, en quelque sorte, le chef d'État de la République helvétique puis de la Confédération des XIX cantons sous la Médiation. Son pouvoir était assez important durant la période républicaine, de 1801 à 1803 (le titre de landamann n'existait pas entre 1798 et 1801). Cependant, de par l'importance de la Diète fédérale et le statut de Médiateur de Napoléon, les pouvoirs du landamann sont très limités. Le mandat du landamann est d'une année et revenait, à tour de rôle, au dirigeant de l'un des cantons directeurs (Bâle, Berne, Fribourg, Lucerne, Soleure, Zurich)[1]. Entre 1803 et 1813, se succédèrent à ce poste :

Portrait Nom Année(s)
  Louis d'Affry

(1743-1810)

Landamann de la Suisse

1803 puis 1809
  Niklaus Rudolf von Wattenwyl

(1760-1832)

Landamann de la Suisse

1804 puis 1810
Peter Glutz-Ruchti

(1754-1835)

Landamann de la Suisse

1805
Andreas Merian

(1742-1811)

Landamann de la Suisse

1806
  Hans Reinhard

(1755-1835)

Landamann de la Suisse

1807 puis 1813
Vinzenz Rüttimann

(1769-1844)

Landamann de la Suisse

1808
Heinrich Daniel Balthasar Grimm von Wartenfels

(1754-1821)

Landamann de la Suisse

1811
Peter Burckhardt

(1742-1817)

Landamann de la Suisse

1812

CantonsModifier

Aujourd'hui, le titre de Landammann est toujours utilisé dans les cantons suivants:

RéférencesModifier

  1. « Landamman de la Suisse », sur Dictionnaire historique de la Suisse (consulté le 7 mai 2019)