Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamu.

Comté de Lamu
Lamu County (en)
Lamu (comté du Kenya)
Administration
Pays Drapeau du Kenya Kenya
Type comté
Chef-lieu Lamu
Autres villes Mokowe, Faza, Kizingitini
Date de création 2010
Nbre. de districts 7
Nbre. de circonscriptions électorales 2
Gouverneur Abdalla Issa Timamy (UDFP)
Sénateur Abu Mohamed Abu Chiaba (TNA)
Préfixe postal KE 80 5xx
Indicatif téléphonique + 254 42 xxxxxxx
Démographie
Population 101 539 hab. (2009[1])
Densité 16 hab./km2
Langues usuelles anglais, swahili, dialectes swahili
Groupes ethniques Giriama, Bajuni
Géographie
Altitude Min. (océan Indien) 0 m
Max. 76 m
Superficie 616 700 ha = 6 167 km2
Divers
Site(s) touristique(s) vieille ville de Lamu,
mosquée Kunjanja à Faza,
ruines de Takwa,
ruines de Shanga,
fort de Siyu.
Site web crakenya.org/county/lamu

Le comté de Lamu est un des 47 comtés du Kenya et un des six comtés issus de l'ancienne province de la côte. Situé sur la côte de l'océan Indien, son chef-lieu est Lamu.

Très difficile d'accès, il faut environ h de route pour parcourir les 332 km qui séparent Mombasa de l'île de Lamu, le moyen le plus commode pour y accéder est l'avion.

Très peu densément peuplé, il est occupé par les Mijikenda, principalement Giriama, et les Bajuni. De par l'archipel de Lamu, c'est aussi un des berceau de la culture swahilie dont les fondements remontent au VIIe siècle et nous a laissé de nombreux témoignages dans les domaines de l'architecture, des arts décoratifs et de la littérature.

Sommaire

HistoireModifier

La page « Culture swahilie » est un article détaillé sur ce sujet pour la période précédent 2010.

C'est le , par l'adoption par les Kényans de la nouvelle Constitution, qu'est créé le comté. Cependant, il faut attendre le pour la pérennisation de ses pouvoirs législatifs et exécutifs.

ToponymieModifier

GéographieModifier

Situé sur la « côte Nord » du Kenya, son point le plus oriental est à 15 km de la frontière somalienne. Il est bordé au nord par le comté de Garissa, au sud et au sud-est par l'océan Indien et à l'ouest ainsi qu'au sud-ouest par le comté de la rivière Tana.

TopographieModifier

HydrographieModifier

Le comté comporte trois bassins versants de l'océan Indien qui sont, d'ouest en est, celui du Mkondo wa Nure, du Duldul et du Dodori. Leurs estuaires forment, ensemble, l'archipel de Lamu qui s'étend sur une surface de 595 km2 tout en recelant de nombreux chenaux maritimes naturels et mangroves. Le bilan hydrographique est complété par le lac alluvionnaire de Moa formé par trois petits cours d'eau ainsi que par deux lacs d'origine endoréique : le lac Mukunguya (aussi appelé lac Kenyatta), au volume d'eau relativement stable, et le lac Kiboko, le plus souvent réduit à un marais mais qui peut atteindre une surface de plus de 1,8 km2 en saison des pluies.

Relief et géologieModifier

Le point culminant se situe en bordure du comté de Garissa dans la région des collines de Baruti à 76 m (1° 56′ 30″ S, 40° 25′ 44″ E) tandis que l'altitude la moins élevée est l'océan Indien.

Le bassin de Lamu est le résultat d'un aulacogène[note 1] qui s'est développé pendant le Mésozoïque après la dérive de l'île de Madagascar de la côte d'Afrique de l'Est. C'est aussi le plus grand bassin sédimentaire du Kenya couvrant 170 000 km2 tant sur le continent que sous l'océan[2]. Le sous-sol est composé de trois types de grès formés entre la fin du Carbonifère et le début du Trias par les sédiments des cours d'eau et les dépôts marins.

ClimatModifier

Mars est le mois le plus chaud avec une température moyenne de 28,8 °C tandis que juillet et août sont les plus froids avec une température moyenne de 25,3 °C. Octobre est le mois le plus ensoleillé avec une moyenne journalière de 10 heures d'ensoleillement tandis que mai est le mois le plus humide avec une moyenne journalière de 16,6 mm de précipitations.

Relevé météorologique de l'île de Lamu
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 24,5 24,7 25,5 25,6 24,5 23,7 23,2 23,1 23,5 24,3 24,6 24,6 24,6
Température maximale moyenne (°C) 30,9 31,3 32,1 31,1 29 28 27,4 27,5 28,3 29,5 30,8 31,2 29,8
Précipitations (mm) 6 4 25 130 329 164 75 40 39 40 39 28 919
Nombre de jours avec précipitations 1 1 3 10 15 15 11 8 7 5 6 3 85
Source : WorldWeather.org[3]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
30,9
24,5
6
 
 
 
31,3
24,7
4
 
 
 
32,1
25,5
25
 
 
 
31,1
25,6
130
 
 
 
29
24,5
329
 
 
 
28
23,7
164
 
 
 
27,4
23,2
75
 
 
 
27,5
23,1
40
 
 
 
28,3
23,5
39
 
 
 
29,5
24,3
40
 
 
 
30,8
24,6
39
 
 
 
31,2
24,6
28
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communications et transportModifier

 
Transport à dos d’âne sur l'île de Lamu.

Le réseau routier est très peu développé. La seule route de type « C » (Primary Road) est la C112 qui relie, sans revêtement dans le comté, l’embarcadère de Mokowe à Minjila dans le comté de la rivière Tana où elle rejoint la route de type « B » (National Trunk Road) B8. Hormis cette chaussée, le comté comporte 521,5 km de chemins de terre, 161 km de routes couvertes de granulats et 6 km de rues revétues de bitume[4].

Aucune des îles de l'archipel de Lamu n'est reliée par un pont que ce soit au continent ou à une autre île. Seule la petite île-cité de Faza est reliée à l'île de Pate par un pont sur pilotis de 375 m surplombant la mangrove. Dans cet archipel, le transport est effectué grâce à des ânes[note 2] ; seule l'île de Manda possède quelques matatu.

Le principal aéroport est l'aérodrome de Manda sur l'île éponyme. D'autres pistes en terre battue existent sur le continent à Mokowe, Ashuwei et Kiunga ainsi que sur l'île de Pate, à l'est de Siyu, et sur celle de Kiwayu. À cela s'ajoutent deux pistes privées, asphaltée à la base militaire de Jipe, sur le continent, et en terre battue au Manda Bay Lodge, sur l'île de Manda.

Un service de navettes fluviales connecte, selon un circuit, l'aérodrome régional de Manda, la ville de Lamu et le terminus de la route C112 sur le continent. Entre les différentes îles de l'archipel, tout le transport s'effectue au moyen de petit voiliers motorisés ou de majahazi.

PopulationModifier

La superficie totale est de 6 475 km2 dont 6 167 km2 (95,24 %) de terre émergée et 308 km2 (4,76 %) sous eau. Cette surface de terre émergée disponible pour 101 539 habitants[1] donne une densité réelle de peuplement de 16 hab./km2 ce qui place le comté au 40e rang, sur 47, des comtés kényans les plus densément peuplés. Plus spécifiquement, 80,36 % de cette population vit en milieu rural, 14,06 % en milieu urbain et 5,58 % en milieu périurbain[5].

Lors du dernier recensement national de 2009, cette population était composée de 22 184 familles, soit une moyenne de 4,58 personnes par famille, et constituée par 53 045 personnes de sexe masculin et 48 494 personnes de sexe féminin[6]. La distribution des âges se répartit en 41,7 % de 0-14 ans, 54,8 % de 15-64 ans et en 3,5 % de 65 ans et plus[7].

Situation sanitaireModifier

Le comté ne dispose que de trois hôpitaux publics, l’hôpital général de Lamu qui peut dispenser tous les services chirurgicaux et les hôpitaux de Faza et de Mpeketoni équipés pour pratiquer des césariennes. À ceux-ci, s'ajoutent vingt dispensaires, cinq centres de santé équipés d'un laboratoire d'analyse médicale, treize cliniques médicales privées et une maternité privée. Le ratio est de 1 médecin pour 36 343 personnes[8].

En 2010, la mortalité infantile est de l'ordre de 72 pour 1 000 naissances tandis que la mortalité juvénile est de 123 pour 1 000. Les principales maladies rencontrées sont le paludisme, les troubles respiratoires, les dermatoses et le SIDA avec une prévalence (temps donné : année 2010) de 3 % de la population[8].

EnseignementModifier

En 2009, 22 337 enfants sont scolarisés dans 70 écoles primaires avec un ratio, dans les écoles publiques, de 1 instituteur pour 57 élèves[9]. Cela correspond aussi à 319 élèves par école et 1 école par 88 km2.

Il existe 11 établissements du secondaire avec un ratio, dans les écoles publiques, de 1 professeur pour 35 étudiants[9]. Le comté ne possède pas d'établissement scolaire du niveau supérieur.

ReligionsModifier

 
La mosquée dite « du vendredi » à Shela sur l'île de Lamu.

En 2009, les proportions des différentes pensées religieuses propres au comté s’établissent comme suit[10] :

ÉconomieModifier

En 2009, l'indice de pauvreté du comté est de 32,7 % alors que la moyenne nationale est de 47,2 %. Sur 91 347 personnes de plus de 5 ans, 58,23 % ont un emploi, 2,99 % cherchent un emploi, 33,91 % sont économiquement inactives et 4,87 % sont pas dans une des catégories précédentes[11]

L'activité économique de la ville de Lamu à engendré, toujours en 2009, des revenus de 947 millions de KES aux salariés qui y sont employés[12].

Secteurs d'activitéModifier

Les principales activités sont[13] :

Projet de port pétrolierModifier

 
Plan du projet sur le territoire kényan.

Le , le président kényan Mwai Kibaki a posé la première pierre d'un projet de terminal pétrolier pour le raffinage et l'expédition du pétrole sud-soudanais et éthiopien[14].

Ce projet estimé à 29,24 Mrd d'USD[15] devrait comprendre, à l'horizon de 2030[16] :

Structure sociétaleModifier

Structure exécutive et législativeModifier

Depuis le , et consécutivement aux élections générales du , le comté (County), comme tous les autres comtés du Kenya, est semi-autonome par rapport au gouvernement central. L'entité peut lever des impôts ou adopter des règlements locaux (par ex. : urbanisme, police) ainsi que gérer les ressources naturelles, humaines et les infrastructures pour autant que la décision ne soit pas contraire ni à la Constitution ni aux Lois de l'État.

L'autorité exécutive du comté, qui est responsable des moyens qui lui sont apportés par l'exécutif national, comporte un gouverneur, un vice-gouverneur et dix autres membres. Le gouverneur actuel est Abdalla Issa Timamy (UDFP).

L'assemblée législative locale est constituée de 25 élus (un par Ward, « autorité locale ») auxquels il faut ajouter le président de l'assemblée locale (Chairman of the County Cuncil).

Structure administrativeModifier

Le comté est divisé, depuis 2009, en sept districts (wilaya)[note 3] eux-mêmes partagés en « divisions administratives » (tarafa), elles-mêmes divisées en localités (Mtaa) et, enfin, ces dernières en « quartiers » (Kijiji). Depuis les élections générales du , les districts ne sont plus gérés par l'exécutif national mais bien par l'exécutif local du comté.

Divisions administratives
Division Localisation Chef-lieu
Amu île de Lamu Lamu
Faza île de Pate Faza
Hindi continent Hindi
Kiunga continent Kiunga
Kizingitini île de Pate Kizingitini
Mpeketoni continent Mpeketoni
Witu continent Witu

Structure électoraleModifier

Le comté est constitué de deux circonscriptions électorales (Constituencies) : Lamu ouest (Lamu West) et Lamu est (Lamu East). Chacune des circonscriptions est représentée par un député (Member of Parliament ou MP) à l'Assemblée nationale qui comptait 224 membres jusqu'en 2013 et 351 membres depuis lors[note 4].

Depuis 2013, ces deux circonscriptions élisent aussi leur représentant commun au Sénat national. L'actuel sénateur est Abu Mohamed Abu Chiaba (TNA)

Centres d’intérêtModifier

Localités et autres lieux du comtéModifier

Le musée de Lamu
Le sanctuaire des ânes à Lamu
Le fort de Siyu

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Un aulacogène est un rift non achevé, c'est-à-dire n'ayant pas abouti à la formation d'une croûte océanique.
  2. Uniquement pour l'île de Lamu, le nombre d’ânes est estimé, selon les sources, entre 2 200 et 3 000
  3. au Kenya, le « district » ou wilaya est la première division administrative d'un comté.
  4. L’Assemblée nationale est composé d'un président (Speaker), d'un conseiller juridique (Attorney General), des 337 membres élus directement par le vote populaire et de 12 membres nommés par les partis représentés à l'Assemblée soit 351 membres au total.

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « Total population by County » [[html]], sur scribd.com, Kenya National Bureau of Statistic, (consulté le 11 janvier 2014), p. 8
  2. (en) « Reservoir rock characterization of Lamu bassin in Southeast Kenya » [[html]], Department of Geology, sur geology.uonbi.ac.ke, Université de Nairobi (consulté le 13 janvier 2014)
  3. (en) « Weather Information for Lamu », World Weather Information Service
  4. (en) « Lamu » [[html]], Location, sur crakenya.org, Commission on Revenue Allocation, (consulté le 14 janvier 2014)
  5. (en) « Population Distribution by Sex, Place of Residence and Type of Settlement » [[html]], Population and Housing Census, sur knbs.or.ke, Kenya National Bureau of statistics, (consulté le 16 janvier 2014)
  6. Statistical Absctract 2010, p. 5, tableau no 4
  7. (en) « Lamu » [[html]], Population, sur crakenya.org, Commission on Revenue Allocation, (consulté le 13 janvier 2014)
  8. a et b (en) « Lamu » [[html]], Health, sur crakenya.org, Commission on Revenue Allocation, (consulté le 13 janvier 2014)
  9. a et b (en) « Lamu » [[html]], Education, sur crakenya.org, Commission on Revenue Allocation, (consulté le 13 janvier 2014)
  10. (en) « Population by Religious Affiliation and Province » [[html]], Population and Housing Census, sur knbs.or.ke, Kenya National Bureau of statistics, (consulté le 13 janvier 2014)
  11. (en) « Population Five Years and Above by Sex, Age, Activity Status and District » [[html]], Population and Housing Census, sur knbs.or.ke, Kenya National Bureau of statistics, (consulté le 15 janvier 2014)
  12. Statistical Absctract 2010, p. 259, tableau no 192
  13. (en) « Lamu » [[html]], Economy, sur crakenya.org, Commission on Revenue Allocation, (consulté le 15 janvier 2014)
  14. « Kenya: lancement officiel d'un grand projet portuaire à Lamu » (Source AFP), 20 minutes), Paris, Schibsted,‎ (ISSN 1632-1022, lire en ligne [[html]])
  15. (en) Allan Odhiambo, « Kenya sets up agency for $29bn South Sudan, Ethiopia project », Daily Nation, Nairobi, Nation Media Group, série Business Daily,‎ (lire en ligne [[html]])
  16. (en) « Lamu plan map » [[html]], sur lamuportagency.com (consulté le 17 janvier 2014)
  17. (en) Danson Kagai, « Government asks for Lamu bids », Construction Business Revue, Nairobi, Samscom Media,‎ (lire en ligne [[html]])
  18. « Vieille ville de Lamu » [[html]], Kenya, sur whc.unesco.org, UNESCO, (consulté le 13 janvier 2014)
  19. (en) « Lamu Fort Historical Background » [[html]], Our museums, sur museums.or.ke, Musées nationaux du Kenya (consulté le 15 janvier 2014)
  20. (en) « Swahili House Museum » [[html]], Our museums, sur museums.or.ke, Musées nationaux du Kenya (consulté le 13 janvier 2014)
  21. (en) « Lamu Museum » [[html]], Our museums, sur museums.or.ke, Musées nationaux du Kenya (consulté le 13 janvier 2014)
  22. Statistical Absctract 2010, p. 42, tableau no 23
  23. (en) « Lamu-German Post Office Historical Background » [[html]], Our museums, sur museums.or.ke, Musées nationaux du Kenya (consulté le 15 janvier 2014)
  24. (en) « The Donkey Sanctuary » [[html]], sur kenya-coast.com (consulté le 15 janvier 2014)
  25. (en) « Siyu fort » [[html]], Sites and monuments, sur museums.or.ke, Musées nationaux du Kenya (consulté le 13 janvier 2014)
  26. (en) « Boni and Dodori National Reserve » [[html]], Parks and Reserves, sur cca.kws.go.ke, Kenya Wildlife Service (consulté le 13 janvier 2014)
  27. (en) « Kiunga National Marine Reserve » [archive du ] [[html]], Parks and Reserves, sur cca.kws.go.ke, Kenya Wildlife Service (consulté le 13 janvier 2014)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) n.c., Statistical Absctract 2010, Nairobi, Kenya National Bureau of Statistics, , 307 p. (ISBN 9-9667-6724-X)
  • (en) Mwana Kupona binti Msham (trad. Alice Werner et William Hichens), The advice of Mwana Kupona upon the wifely duty [« Utendi wa Mwana Kupona »], Medstead, Azania Press, , 95 p. (OCLC 68999064)
  • (en) Fumo Omar al-Nabhani (trad. Marina Tolmacheva et Dagmar Weiler), The Pate chronicle [« Tarekhe ya Pate »], East Lansing, Michigan State University Press, coll. « African historical sources » (no 4), , 607 p. (ISBN 978-0-8701-3336-7, OCLC 27810381, présentation en ligne)
  • Françoise Le Guennec-Coppens, Femmes voilées de Lamu (Kenya) : variations culturelles et dynamiques sociales, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, coll. « Mémoire » (no 22), , 221 p. (ISBN 978-2-8653-8062-6, OCLC 10397434)
  • Thomas Vernet (dir. Jean-Pierre Chrétien), Les cités-États swahili de l'archipel de Lamu : 1585-1810 (Thèse de doctorat en 2005 à l'Université Panthéon-Sorbonne), Lille, Atelier national de Reproduction des Thèses, , 693 p., A4 (OCLC 491644591)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :