Ouvrir le menu principal
Plaque en bronze servant à protéger contre Lamashtu, période néo-assyrienne (911-609).
Amulettes protectrices contre Lamashtu, suspendues dans les chambres à coucher. British Museum.

Lamashtu ou Labartu (Akkadien), ou encore Dimme (sumérien), fille du dieu An, est une déesse. Lamashtu provoquait les fausses couches chez les femmes enceintes et enlevait les nourrissons pendant l'allaitement ainsi que les jeunes enfants. Elle buvait le sang des hommes et consommait leur chair. Elle provoquait des cauchemars, empoisonnait les eaux et apportait la maladie. Au milieu de la période Babylonienne, Lamashtu sera assimilée à Lilith une autre démone avec laquelle elle a de nombreux points communs.:

Sa description nous est parvenue par l'intermédiaire d'amulettes, de plaques de bronze ou de pierre. Elle y est représentée, juchée sur un âne, avec une tête de lionne, des serres en guise de pieds, un serpent (parfois à deux têtes) dans chaque main, allaitant un cochon à son sein droit et un chien à son sein gauche.

De nombreuses incantations et prières servant à la chasser ou à attirer ses faveurs lui étaient consacrées.

« Grande est la fille du très-haut qui torture les bébés
Sa main est un filet, son étreinte est la mort
Elle est cruelle, furieuse, colérique, prédatrice
Une coureuse, une voleuse est la fille du très-haut
Elle touche le ventre des femmes qui accouchent
Elle arrache leur bébé aux femmes enceintes
La fille du très-haut fait partie des dieux, ses frères
Sans enfant à elle
Sa tête est la tête d'un lion
Son corps est le corps d'un âne
Elle rugit comme un lion
Elle hurle sans cesse comme une chienne démoniaque[1] »

[réf. à confirmer]

On utilisait, pour la tenir éloignée des malades, des femmes enceintes et de leur nourrisson, des représentations du démon Pazuzu, son mari, sous forme d'amulettes, de plaques de bronze ou de statuettes.

Notes et référencesModifier

  1. cf. Smith W., Lectures on the Religion of Semites, New York, KTAV Publishing House, 1969, page 67.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier