Lalley

commune française du département de l'Isère

Lalley est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Lalley
Lalley
L'église de Lalley en 2017.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes du Trièves
Maire
Mandat
Christian Fierry-Fraillon
2020-2026
Code postal 38930
Code commune 38204
Démographie
Gentilé Lalleysiens ou Lalleyroux
Population
municipale
187 hab. (2021 en diminution de 6,97 % par rapport à 2015)
Densité 7,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 45′ 31″ nord, 5° 40′ 37″ est
Altitude Min. 673 m
Max. 2 050 m
Superficie 24 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Matheysine-Trièves
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Lalley
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Lalley
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
Lalley
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Lalley
Liens
Site web www.lalley.fr

Ses habitants sont les Lalleysiens ou les Lalleyroux.

Géographie

modifier

Petit village situé au pied du col de la Croix-Haute, Lalley est une commune du Trièves. Elle résulte de l'union, au XIXe siècle, d'Avers et de Lalley. Elle est située à environ 60 km de Grenoble en prenant l'autoroute A51 et la RD 1075.

Communes limitrophes

modifier

Plusieurs autres communes se situent aux alentours de Lalley. Parmi elles, on trouve Saint-Maurice-en-Trièves, Tréminis, Prébois, Le Percy, Clelles, Mens, Monestier-du-Percy, Saint-Baudille-et-Pipet et plus loin, Saint-Michel-les-Portes.

Hydrographie

modifier

L'Ébron, d'une longueur de 32,1 km[1] s'écoule à proximité dans la partie septetrionale du territoire communal après avoir pris sa source au pied du Grand Ferrand, dans le bassin de Tréminis.

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat de montagne ou de marges de montagne et est dans la région climatique Alpes du sud, caractérisée par une pluviométrie annuelle de 850 à 1 000 mm, minimale en été[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,4 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 978 mm, avec 9,4 jours de précipitations en janvier et 6 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Saint-Baudille », sur la commune de Saint-Baudille-et-Pipet à 8 km à vol d'oiseau[4], est de 9,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 082,0 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Voies de communication

modifier

La commune est accessible par l'ancienne route nationale 75 devenue route départementale 1075, à la suite d'un déclassement, ainsi que par l'autoroute A51 dénommée officiellement « autoroute du Trièves »[8].

Lieux-dits et écarts

modifier

Lalley (chef-lieu), Avers (village avec lequel Lalley a fusionné en 1730) et deux hameaux : Piedgros et le Col (de la Croix-Haute)

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Lalley est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[9]. Elle est située hors unité urbaine[10] et hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (75,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (75,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (58 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15 %), terres arables (10,7 %), prairies (10,5 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,9 %), zones agricoles hétérogènes (2,8 %)[13]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Risques naturels et technologiques

modifier

Risques sismiques

modifier

La totalité du territoire de la commune de Lalley est situé en zone de sismicité n°3, comme la plupart des communes de son secteur géographique. Elle se situe cependant au sud de la limite d'une zone sismique classifiée de « moyenne » et qui partage le département de l'Isère[14].

Terminologie des zones sismiques[15]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Autres risques

modifier

Toponymie

modifier

Selon Marius Beaup, le nom de Lalley dérive du latin Allodio, mot signifiant "fonds libre et exempt de toute servitude". Ainsi Lalley aurait été dans les premiers temps du régime féodal une terre allodiale, c'est-à-dire une terre où le seigneur exerçait la directe universelle, mais à qui les habitants payaient des redevances en échange des fonds de terre qui leur étaient concédés, en vertu d'actes qu'on appelait des albergements[16].

Histoire

modifier

La commune de Lalley est issue de l'union de deux communautés situées de part et d'autre du ruisseau du col : Avers, à l'est, qui appartenait au mandement de Prébois, et Lalley, à l'ouest, qui appartenait au mandement de Saint-Maurice. Son histoire s'inscrit dans l'histoire du Trièves, lui-même partie du Dauphiné. Le territoire de Saint-Maurice fut inféodé en 1330. Le de cette année, Guigues VII vendit la terre et la juridiction de Saint-Maurice à Guigues de Morges, de la famille des Béranger. Le prix fut de 100 florins d'or et 100 livres de gros tournoi. En 1382, la terre et la seigneurie de Saint-Maurice fut transmise à Eynard de Montauban. Elle passa ensuite sous l'autorité d'Etienne Guillon (), de Philibert d'Arces, puis de la famille de Brunel, à la suite de son acquisition en 1539 par Vincent de Brunel, des Rimbaud de Champrenard, dont le dernier, Claude-François, succéda à son père en 1738, enfin, des Dupuy de Saint-Vincent, qui émigrèrent à la révolution et virent leurs bien aliénés en 1793.

Cette époque féodale fut marquée par les conflits permanents entre les seigneurs et les habitants, soucieux de préserver ou de reprendre une partie des droits qui leur avaient été pris.

Le hameau d'Avers faisait partie de la paroisse de Saint-Eugénie, aujourd'hui disparue, appartenant à Prébois. La partie ouest de l'actuelle commune de Lalley, séparée d'Avers par le Rif d'Avers, aujourd'hui dénommé ruisseau de la Croix-haute, constituait jusqu'en 1841 la section de Lalley et était intégrée au mandement de Saint-Maurice. En 1598, Avers se détacha de la paroisse de Saint-Eugénie et s'unit à celle de Saint-Maurice, laissant une partie de sa forêt indivise avec son ancien chef-lieu, ce qui allait donner lieu à un long procès qui prit fin en 1881.

Le , à la demande des habitants de Lalley et d'Avers, le Seigneur-évêque comte de Die érigea Lalley en paroisse. D'un point de vue féodal, jusqu'à la révolution, Avers, qui était un fief, resta indépendant et ne fut rattaché à la commune de Saint-Maurice qu'en 1790. Puis l'ordonnance royale du érigea Lalley (incluant le hameau d'Avers) en commune distincte et en fixa le chef-lieu à Lalley[17].

La famille noble d'Eschaffin réside à Lalley au XVIIe siècle.

Politique et administration

modifier

Administration municipale

modifier

Liste des maires

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 En cours Michel Picot SE Ingénieur conseil
2008 2014 Michel Lambert ... ...
2001 2008 Hubert Oddos ... ...
avant 1981 ? Gilbert Pelloux    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages

modifier

La commune de Lalley ne compte encore aucun jumelage avec d'autres communes européennes.

Population et société

modifier

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1841. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[19].

En 2021, la commune comptait 187 habitants[Note 1], en diminution de 6,97 % par rapport à 2015 (Isère : +2,71 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
708706747663646636581761575
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
564470443376397389335331336
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
297299294280258273257191184
2005 2006 2010 2015 2020 2021 - - -
195194210201192187---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

modifier

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Médias

modifier

Historiquement, le quotidien régional Le Dauphiné libéré consacre, chaque jour, y compris le dimanche, dans son édition de Romanche et Oisans, un ou plusieurs articles à l'actualité de la commune, de son canton, ainsi que des informations sur les éventuelles manifestations locales.

L'église (propriété de la commune) et la communauté catholique de Lalley dépendent de la paroisse Notre-Dame d'Esparron (Relais de l'Ebron), elle-même rattachée au diocèse de Grenoble-Vienne[22].

Économie

modifier

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier

Patrimoine religieux

modifier
 
L'église de Lalley

Sur le territoire de la commune de Lalley se trouve une église catholique (sur la place du village) mais aussi un ancien temple protestant aujourd'hui réaménagé. Il existe aussi un cimetière municipal et un ancien cimetière protestant.

Patrimoine civil

modifier

Ayant pu préserver son aspect traditionnel, le village a conservé ses nombreux bassins dans plusieurs rues, et des maisons aux tuiles typiques. La maison Bernard est labellisée Patrimoine en Isère[23].

La forge de Lalley, du 1836, a été activité jusqu'à 1976. La maison, la forge et ses éléments, le travail à ferrer les bœufs font l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du [24].

 
Forge du village de Lalley, classée monument historique

Patrimoine culturel

modifier

Patrimoine naturel

modifier

La commune de Lalley est entourée de montagnes dont la plus connue est le Mont Aiguille. De plus, elle fait partie des communes situées à proximité du massif du Vercors.

Personnalités liées à la commune

modifier
  • Jean Giono (1895-1970) a fait plusieurs séjours dans le village. Lalley et le Trièves lui ont inspiré le cadre où se déroule l'action de Un roi sans divertissement. Aujourd'hui un espace culturel lui est consacré : l’Espace Giono situé au cœur du village.
  • Édith Berger (1900-1994), peintre grenobloise, choisit d’y vivre définitivement en 1934 après un premier séjour en 1929. Intégrée dans le village, elle n’a cessé de célébrer la beauté de ses paysages. La place centrale du village porte son nom.
  • L'écrivain Catherine Claude, ancienne présidente de l'Union des écrivains, qui a situé trois de ses romans[25],[26],[27] dans le Trièves, et où l'on reconnait des lieux situés à Avers ou Lalley, est originaire d'Avers, par sa mère.

Héraldique

modifier

Lalley possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Notes et références

modifier

Notes et cartes

modifier
  • Notes
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'ébron (W25-0400) » (consulté le ).
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Lalley et Saint-Baudille-et-Pipet », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Saint-Baudille », sur la commune de Saint-Baudille-et-Pipet - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Saint-Baudille », sur la commune de Saint-Baudille-et-Pipet - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. Site du Dauphiné libéré, reportage sur "l'autoroute du Trièves"
  9. « La grille communale de densité », sur insee,fr, (consulté le ).
  10. Insee, « Métadonnées de la commune de Lalley ».
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. Site de la préfecture de l'Isère, carte des zones de sismicité
  15. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  16. Marius Beaup, Lalley et l'ancien mandement de Saint-Maurice-en-Trièves, Grenoble, Grands établissements de l'imprimerie générale, , 85 p., p 17.
  17. Marius Beaup, Lalley et l'ancien mandement de Saint-Maurice-en-Trièves, Grenoble, Grands établissements de l'imprimerie nationale, , 85 p., Pp 17-44.
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  22. Site diocese-grenoble-vienne.fr, page sur la paroisse.
  23. « Les labels patrimoine en Isère », sur isere-patrimoine.fr (consulté le ).
  24. « Forge », notice no PA00135643, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. Catherine Claude, La Mort d'Armand, Paris, Gallimard, , 259 p..
  26. Catherine Claude, Le magot de Josepha, Paris, Gallimard, 189 p..
  27. Catherine Claude, Ciel blanc, Paris, Gallimard, 3ème trimestre 1967, 248 p..

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :