Lalevade-d'Ardèche

commune française du département de l'Ardèche

Lalevade-d'Ardèche
Lalevade-d'Ardèche
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Largentière
Canton Thueyts
Intercommunalité Communauté de communes Ardèche des Sources et Volcans
Maire
Mandat
Éric Orives
2014-2020
Code postal 07380
Code commune 07127
Démographie
Gentilé Levadois, Levadoises
Population
municipale
1 107 hab. (2017 en diminution de 4,57 % par rapport à 2012)
Densité 488 hab./km2
Population
aire urbaine
2 286 hab. (2009)
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 55″ nord, 4° 19′ 26″ est
Altitude Min. 255 m
Max. 490 m
Superficie 2,27 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Lalevade-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : Ardèche
Voir sur la carte topographique de l'Ardèche
City locator 14.svg
Lalevade-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lalevade-d'Ardèche
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lalevade-d'Ardèche

Lalevade-d'Ardèche est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Les habitants sont appelés les Levadois et les Levadoises.

GéographieModifier

Le territoire de Lalevade-d'Ardèche est situé en rive droite de la rivière Ardèche, en aval de la commune de Pont-de-Labeaume et du confluent avec la Fontaulière, et en amont du confluent avec le Salyndres (ruisseau). La localité est la moins étendue du département de l'Ardèche avec une superficie de seulement 227 hectares.

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

La Penderie, le Perdu, Allary, le Blanchon, la Chastagnière, l'Hoste du Fau.

Voies communalesModifier

Voies communales classées suivant la délibération municipale du  :

101) Place de la Paix 102) Place du 103) Place de la Combale
104) Place de la Gare
1) Rue des Ecoles 2) Rue du Touzet 3) Rue du Stade
4) Rue Bonnaure 5) Rue de la Cane 6) Rue du Planas
7) Route de Prinsard 8) Rue des Cités 9) Rue de l'Eglise
10) Rue de la Mairie 11) Rue du 15) Allée de Vals
16) Allée de l'Avenir 17) Allée des Prades 18) Allée des Marronniers
19) Chemin des Prades 20) Chemin de la Plage 21) Chemin des Mines
22) Route du Blanchon 23) Route des Terrisses 24) Chemin du Perdu
25) Impasse Halary 26) Impasse des Mineurs 27) Impasse du Maset
28) Avenue de la Gare 29) Avenue Centrale 30) Route du Puy
31) Impasse de la Source 32) Impasse de la Penderie 33) Impasse des Adreyts
34) Rue du Moulin 35) Chemin de Valentine 36) Chemin des Pompiers
37) Impasse des Mésanges 38) Impasse des Oliviers

Communes environnantesModifier

  Pont-de-Labeaume Aizac Asperjoc  
Fabras N Vals-les-Bains
O    Lalevade-d'Ardèche    E
S
Prades Mercuer

Accès et transportsModifier

Jusqu'en 1982, Lalevade-d'Ardèche était le terminus d'une ligne de chemin de fer venant du Teil et passant par Aubenas : la Ligne Vogüé - Lalevade. Un prolongement de la ligne jusqu'au Puy était déjà projeté avant 1870. De nombreux ouvrages d'art avaient été mis en chantier à partir de 1906, mais la Première Guerre mondiale a stoppé le projet, du moins du côté ardéchois. Le complexe de tunnels de la Gravenne de Montpezat n'a pu être mené à terme. Le tunnel du Roux, achevé, a été ouvert à la circulation automobile. Le service voyageur a cessé en 1969. L'ancienne gare de Lalevade est propriété de la commune et abrite des services administratifs intercommunaux.

Géologie et reliefModifier

ClimatModifier

Le village a un climat de transition entre le climat de l'Ardèche méridionale et le climat cévenol.

HistoireModifier

 
L'ancienne gare de Lalevade d'Ardèche, ancien terminus, aujourd'hui bâtiment municipal.

Située sur le coteau et sur d'anciens lits de galets de la rivière Ardèche, Lalevade tire son nom du mot occitan levada équivalent au français "levée". Une levada était ici à l'origine un barrage de galets, sans ciment, en travers de la rivière. Elle permettait d’amener l’eau vers le "béal" ou la "béalière" (petit canal) qui irriguait les cultures et animait un moulin. Les crues de l'Ardèche n'ont laissé aucune trace matérielle des aménagements les plus anciens. Des barrages cimentés ont remplacé les levées provisoires au cours du XIXe siècle. La force hydraulique a permis l'essor de l'industrie textile à la même époque. Aujourd'hui les béalières de Lalevade sont encore entretenues pour l'irrigation des jardins. Une mini-centrale électrique équipe depuis 2004 le barrage de "La Rosalie".

Administrativement, Lalevade-d’Ardèche est née le , en même temps que Pont-de-Labeaume sa voisine, de la séparation de son chef-lieu Niègles (aujourd'hui hameau de Pont-de-Labeaume), jugé trop haut perché par les habitants. En 1789, Lalevade-d’Ardèche (alors Niègles) produisait 5 000 tonnes de houille par an et contribuait au développement des industries du Vivarais.

Ce charbon trouve son origine dans une enclave de terrain stéphanien (schisto-gréseux) qui offre la plus grande étendue sur les communes de Lalevade et Prades (mine de Champgontier) et qui se prolonge en s'amenuisant en direction de Jaujac (mine de Sénentille) et La Souche. Les mines de Lalevade furent les principales mines de charbon du département avec celles de Banne.

En 1920, on comptait 1 350 habitants à Lalevade-d’Ardèche qui était alors une cité industrielle très active. Grâce à ses mines de charbon, ses usines de tannants, ses importants moulinages et scieries plus de 600 ouvriers trouvaient de l'ouvrage. Aujourd'hui, l'économie est orientée vers le tourisme et les services.

Le le maire Raymond Chalvet est révoqué en Conseil des Ministres; c'est l'un des cas rarissimes de révocation du maire. Il fait appel, sa demande est refusée en conseil d'Etat au motif que sa condamnation à deux ans de prison dont 23 mois avec sursis pour attentat à la pudeur le privait de l'autorité morale nécessaire à l'exercice de son mandat de maire.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
- Ernest Beaume
- Emile Duplan
- Fernand Sevenier
- Joseph Castanier
- Fernand Sevenier
- Fernand Sevenier
- Lucien Perbost
- Georges Cazotte PCF Instituteur
- Etienne Sansonnetti DVG Retraité (Instituteur)
- Maurice Marcou DVD Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées
Conseiller général
- Raymond Chalvet (2 fois) Instituteur
- René Fenon
- Roger Cregut (2 fois) NI Retraité (Comptable)
- Jean-Claude Kieffer NI Chef d'entreprise
- 2009 Henri Merlet PS Retraité (Instituteur)
septembre 2009 - 2014 Claude Charron Professeur de Lycée
2014 - en cours Eric Orivès[1] PS Fonctionnaire (facteur)
La commune est créée par division de la commune de Niègles en 1903.

DémographieModifier

Nom des habitants : Levadois et Levadoises.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3].

En 2017, la commune comptait 1 107 habitants[Note 1], en diminution de 4,57 % par rapport à 2012 (Ardèche : +2,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6406957669341 1571 2251 2281 3111 320
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2491 3321 2881 4281 5941 6771 8001 9961 976
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0881 3491 2881 3011 2641 2781 1081 1241 096
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 1291 1501 1991 1031 0121 0321 1311 1561 104
2017 - - - - - - - -
1 107--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

Église commencée en 1846 et terminée en 1856.
La clé de voûte sous le porche est gravée à la date de 1847.

Zones naturelles protégéesModifier

Les rives de l'Ardèche sont classés dans le cadre de la ZNIEFF de type I : Haute-vallée de l'Ardèche

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 30 juillet 2015).
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :