Lala Lajpat Rai

Lala Lajpat Rai () est un écrivain et homme politique né en Inde dans l'État du Pendjab, qui a compté dans la lutte pour l'indépendance de son pays[1]. Il a vécu entre autres à New York, où il a fondé un journal. Le , manifestant à Lahore contre la Commission Simon, il est frappé par la police et meurt dix-huit jours plus tard d'une crise cardiaque que ses partisans attribuent aux coups qu'il a reçus[2]. Toutefois, un universitaire indien, Hazara Singh, désireux de débarrasser l'histoire du mouvement indien de libération des « nombreux mythes et demi-vérités » qui l'encombrent, a soutenu en 1980 puis en 2003 qu'il n'y avait pas de rapport de cause à effet entre les coups et le décès[3].

Lala Lajpat Rai
Image dans Infobox.
Fonction
Member of the Central Legislative Assembly
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Dhudike (en) ou Pendjab (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
Lahore ou Pendjab (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
ਲਾਲਾ ਲਾਜਪਤ ਰਾਏVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Partis politiques
Mouvement

Lajpat Rai est néanmoins considéré par son pays comme un martyr de l'oppression britannique. Une fondation, une université, un hôpital portent son nom en Inde.

RéférencesModifier

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 170, (ISBN 8170945216)
  2. Kathryn Tidrick, Gandhi, A Political and Spiritual Life, I.B. Tauris, 2006, p. 219.
  3. Hazara Singh, « Lala Lajpat Rai di Shahidi ke Qudrati Maut », Manch, 1980, traduction anglaise incorporée dans Hazara Singh, « Lala Lajpat Rai : An Appraisal », 2003, en ligne.

Voir aussiModifier