Lagord

commune française du département de la Charente-Maritime

Lagord
Lagord
Mairie de Lagord.
Blason de Lagord
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Intercommunalité Communauté d'agglomération de La Rochelle
Maire
Mandat
Antoine Grau
2020-2026
Code postal 17140
Code commune 17200
Démographie
Gentilé Lagordaise, Lagordais
Population
municipale
7 193 hab. (2020 en diminution de 0,08 % par rapport à 2014)
Densité 895 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 11′ 25″ nord, 1° 09′ 10″ ouest
Altitude Min. 4 m
Max. 30 m
Superficie 8,04 km2
Unité urbaine La Rochelle
(banlieue)
Aire d'attraction La Rochelle
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Lagord
(bureau centralisateur)
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lagord
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lagord
Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Charente-Maritime
City locator 14.svg
Lagord
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Lagord
Liens
Site web www.lagord.fr

Lagord est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente-Maritime (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Lagordais et les Lagordaises[1].

GéographieModifier

Importante commune résidentielle située au nord de La Rochelle, en agglomération continue avec cette dernière, en particulier au niveau du quartier Vendôme.

Le fort développement de ces dernières décennies s'est notamment traduit sur le plan économique par la création de deux zones d'activité (la Vallée et les Greffières) et d'un parc commercial (Fief Rose).

Depuis 2016, la ville abrite désormais le siège de la caisse régionale du Crédit Agricole et la Chambre départementale des Métiers.

L'expansion de la ville s'est également accomplie sur le plan urbanistique par la réalisation de nouveaux quartiers et lotissements qui tendent à englober dans un tissu continu d'anciens hameaux, lieux-dits ou villages ruraux tels la Descenderie, le Payaud,le Lignon ou la Plouzière.

La commune comprend par ailleurs une petite partie du village du Payaud, partagé avec les communes de Puilboreau et Nieul-sur-Mer.

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes de Lagord[2]
Nieul-sur-Mer
L'Houmeau   Puilboreau
La Rochelle

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Lagord est une commune urbaine[Note 1],[3]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de La Rochelle, une agglomération intra-départementale regroupant 11 communes[6] et 132 151 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de La Rochelle, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 72 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[9],[10].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (50,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (61,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,9 %), zones urbanisées (40,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (8,7 %), zones agricoles hétérogènes (1,9 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Risques majeursModifier

Le territoire de la commune de Lagord est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), mouvements de terrains et séisme (sismicité modérée). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[12]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[13].

Risques naturelsModifier

 
Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Lagord.

Les mouvements de terrains susceptibles de se produire sur la commune sont des tassements différentiels[14].

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 49,5 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (54,2 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 3 123 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 1 075 sont en en aléa moyen ou fort, soit 34 %, à comparer aux 57 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[15],[Carte 2].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[16].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1987, 1999, 2001 et 2010. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 1989, 2003, 2005, 2011 et 2018 et par des mouvements de terrain en 1999 et 2010[12].

Risques technologiquesModifier

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[17].

ToponymieModifier

Une hypothèse donne comme origine le mot celte gor, signifiant pourceau, animal dont les Gaulois vivant sur ce territoire faisaient l’élevage et le commerce. Il se peut que ce nom ait été donné aux bois de chênes dont on clôturait certaines parcelles pour servir de parcs d’élevage[18].

On relève le nom d'Agorto en 1377. Ensuite, le toponyme est devenu La Gort puis Lagord.

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
De gueules au pressoir à vis au naturel, soutenu d’une champagne d’azur* chargée de trois feuilles de chêne de sinople* posées en bande et rangées en fasce, au comble aussi d’azur* chargé du nom LAGORD en lettres capitales d’argent[19].
Commentaires : * Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (Gueules/Azur/sinople).

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1971 2014 Jean-François Douard DVD Conseiller général
2014
(réélu en mai 2020[20])
En cours Antoine Grau DVG Médecin

Politique environnementaleModifier

Dans son palmarès 2020, le Conseil national de villes et villages fleuris a attribué trois fleurs à la commune[21].

DémographieModifier


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[23].

En 2020, la commune comptait 7 193 habitants[Note 3], en diminution de 0,08 % par rapport à 2014 (Charente-Maritime : +2,92 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
794731808875963937960946971
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
977721758727729790876860804
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9269669051 0101 0491 1531 2381 3341 635
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 9064 1254 0615 0565 2876 4566 9867 0547 236
2017 2020 - - - - - - -
7 0487 193-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Notre-Dame de l'Assomption de style roman datant de la fin du XIIe siècle. Au cours de sa longue existence, elle a subi de nombreuses modifications, destructions, reconstructions et extensions. De l’édifice d’origine ne subsistent que quelques vestiges tels que le portail avec ses six chapiteaux semblables. En 1939, dans la nuit de la Saint-Sylvestre, l’église est détruite par un incendie. Elle renaît quelques mois plus tard grâce à la mobilisation des Lagordais et de la municipalité. En 2010, avec la collaboration de la Fondation du patrimoine, l’église bénéficie d’une importante restauration qui permet de mettre au jour des vitraux et des portes oubliés depuis longtemps[26].
  • Le château du Clavier, construit au XIXe siècle par une famille de négoce d’eaux-de-vie. Durant la Seconde Guerre mondiale, il est réquisitionné par l’armée allemande, qui y crée une école de sous-officiers de la défense anti-aérienne. À la fin de la guerre le château est détruit par un incendie. Après une remise en état il devient en 1949 une colonie de vacances. En 1978 la commune de Lagord rachète le château qui est laissé à l'abandon durant de nombreuses années. En 2010 il redevient privé, racheté pour être transformé en hôtel. Le parc autour du château reste public.
  • Le moulin Benoist et le moulin Vendôme. Ces deux moulins sont les seuls qui restent sur les six présents autrefois dans la commune, attestant d'une activité de culture céréalière passée.
  • Le château du Bois-Huré


Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  2. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

RéférencesModifier

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Unité urbaine 2020 de La Rochelle », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  12. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Lagord », sur Géorisques (consulté le )
  13. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  14. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Mouvements de terrain.
  15. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  16. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Lagord », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  17. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente-Maritime », sur www.charente-maritime.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  18. « Histoire », sur www.lagord.fr (consulté le )
  19. Gaso.fr
  20. « Antoine Grau réélu maire… », Sud Ouest édition Dordogne/Lot-et-Garonne, , p. 25.
  21. Site des villes et villages fleuris, consulté le 9 février 2021.
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  26. Lagord histoire et patrimoine http://www.lagord.fr/histoire--patrimoine

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :