Ouvrir le menu principal

Lagopus

Lagopus est un genre d'oiseaux de l'ordre des galliformes appartenant à la sous-famille des Tetraoninae. Elle est constituée de trois espèces de lagopèdes. Des noms usuels sont « perdrix » ou « poule des neiges ».

HabitatModifier

Le lagopède se plaît en altitude, où se mêlent pierres éparses et herbe rase, entre 1 800 et 3 000 m[1].

Comportement et reproductionModifier

Le lagopède préfère la marche plutôt que le vol. Ce n'est que face au danger qu'il s'envole, et uniquement sur de courtes distances.

Le lagopède est monogame. Au printemps, les couples se forment et défendent leurs territoires respectifs. L'accouplement a lieu en juillet. Au bout de 21 à 24 jours d'incubation, les poussins éclosent. Ils sont capables de voler au bout de 15 jours. À 3 mois, le jeune a atteint sa taille adulte[1].

Liste d'espèces et sous-espècesModifier

D'après la classification de référence du Congrès ornithologique international (ordre phylogénique), dans la version 9.2 de 2019, ce genre est représenté par 3 espèces (2 monotypiques et 1 polytypique) :

DescriptionModifier

Son nom, construit sur une racine grecque (lagos pour lièvre) et une latine (pedis pour pied), peut se traduire en « patte de lièvre ». C'est ce qu'évoque l'aspect de ses pattes, couvertes de fines plumes.

L'une des particularités notables du lagopède est qu'il change de couleur l'hiver venu, à l'instar du lièvre arctique : il devient blanc pendant la saison froide, pouvant ainsi se camoufler et échapper aux différents prédateurs qui l'entourent. Au printemps et aux autres moments de l'année à part l'hiver, son plumage demeure d'une couleur brune.

DiversModifier

Son nom a été donné à l'abri du Lagopède, une des grottes d'Arcy-sur-Cure (Yonne). Cette cavité est notable pour sa richesse paléopalynologique marquant la période magdalénienne[2].

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. a et b « Texte sur le lagopède », sur fauneetflore1.free.fr.
  2. Arlette Leroi-Gourhan et André Leroi-Gourhan, « Chronologie des grottes d'Arcy-sur-Cure (Yonne) », Gallia Préhistoire, t. 7,‎ , p. 14-20 (DOI 10.3406/galip.1964.1238, lire en ligne, consulté le 19 mars 2018).