Ladon (rivière)

rivière du centre du Péloponnèse

Ladon
Illustration
Le Ladon près de Langadia
Carte.
Système hydrographique de l'Alphée
Caractéristiques
Longueur env 70 km
Bassin collecteur l'Alphée
Cours
Source dans les contre-forts du mont Cyllène
Confluence l'Alphée
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Grèce Grèce
Régions traversées Péloponnèse

Le Ladon (en grec moderne : Λάδωνας / Ládonas) est une rivière du centre du Péloponnèse et le principal affluent du fleuve l'Alphée.

GéographieModifier

En un lieu anciennement appelé l’[ile des corbeaux[1], il constitue le principal affluent de l'Alphée (sur sa rive gauche) qui se jette dans la mer Ionienne. Il prend sa source dans les contreforts du mont Cyllène dans le nord-est de la Corinthie. Il forme un lac artificiel au lieu-dit Pidima à une altitude de 420 mètres, en amont d'un barrage haut de cinquante mètres de hauteur construit en 1955. Il alimente une centrale hydroélectrique équipée de deux turbines d'une puissance de soixante-dix mégawatts pour la région d'Arcadie[réf. nécessaire].

Pline l'Ancien place sa source dans les marais de la ville de Phénée[1], dont la disparition après inondation est rapportée dans le Livre V d’Histoire des plantes : la montée fut telle qu'il fallut construire des ponts au-dessus des ponts qui avaient déjà été construits. Le géographe Pausanias écrit dans Arcadie : « Le Ladon est de tous les fleuves du Péloponnèse celui qui a les plus belles eaux […] Il ne cède, pour la beauté à aucun des fleuves de la Grèce ou des pays barbares[2]. »

MythologieModifier

Dans la mythologie grecque, Ladon est un dieu fleuve personnifiant ce cours d'eau et consacré à Apollon. Selon Ovide, ce serait le lieu où sa fille, l'hamadryade Syrinx a été transformée en roseau (qui devint flûte de Pan), pour fuir le dieu Pan amoureux. Pausanias écrit que Daphné était la fille de Ladon.

BibliographieModifier

  • Edmond About, Nouvelles et Souvenirs, Hachette, Paris, 1890, p. 31-3 lire en ligne sur Gallica.
  • Charles Ernest Beulé, « Le Ladon », Études sur le Péloponnèse, Firmin Didot frères, Paris, 1855, chapitre III, p. 163-70 lire en ligne sur Gallica.
  • M. L. de Serbois, « Sur les bords du Ladon », Souvenirs de voyages en Bretagne et en Grèce, A. Le Clère, Paris, 1864, p. 302-16 lire en ligne sur Gallica.
  • Victor Bérard, De l'origine des cultes arcadiens : essai de méthode en mythologie grecque, Thorin, Paris, 1894 lire en ligne sur Gallica.
  • Élisée Reclus, Nouvelle Géographie universelle : La Terre et les Hommes, Hachette, Paris, 1876-1894, Vol. 1, p. 89 lire en ligne sur Gallica
  • (en) P. Murgatroyd, « Ovid’s Syrinx », The Classical Quarterly (New Series), 51 , p. 620-623 [1].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

 

Les coordonnées de cet article :

Notes et référencesModifier

  1. a et b Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière :Le Grand Dictionnaire géographique et critique, Venise, J.B. Pasquali, 1737 Texte intégral p. 21-22
  2. Cité par Charles Ernest Beulé (1826-1874) dans Études sur le Péloponnèse Firmin Didot frères (Paris, 1855, p. 166 lire en ligne sur Gallica