Ouvrir le menu principal

Lactobacillus helveticus

espèce de bactéries

Lactobacillus helveticus est une bactérie en forme de tige productrice d'acide lactique et appartenant au genre Lactobacillus. Elle est principalement utilisée dans la production de l'emmental, mais elle peut parfois être utilisée pour fabriquer d'autres fromages comme le cheddar, le parmesan, le romano, le provolone piquant ou la mozzarella. La fonction première de l'utilisation de L. helveticus est d'enlever l'amertume et de donner un goût noisette au fromage. Dans la fabrication d'emmental, L. helveticus est utilisée avec Propionibacterium freudenreichii qui est responsable de l’apparition des trous dans le fromage.

Il a été montré que la consommation de lait en poudre fermenté avec L. helveticus fait diminuer la pression artérielle grâce à la présence de tripeptides qui ont une activité d'inhibiteur de l'enzyme de conversion[1]. Cependant d'autres études montrent des résultats contradictoires[2],[3],[4].

Le nom de la bactérie est dérivé d'Helvetia, le nom latin de la Suisse.

Notes et référencesModifier

  1. (en) K Aihara, O Kajimoto, H Hirata, R Takahashi et Y. Nakamura, « Effect of powdered fermented milk with Lactobacillus helveticus on subjects with high-normal blood pressure or mild hypertension », J Am Coll Nutr., vol. 24, no 4,‎ , p. 257–65 (PMID 16093403, lire en ligne)
  2. (en) K Van, K der Zander, M Bots, A Bak, M Koning et P de Leeuw, « Enzymatically hydrolyzed lactotripeptides do not lower blood pressure in mildly hypertensive subjects », American Journal of Clinical Nutrition, vol. 88, no 6,‎ , p. 1697–1702 (PMID 19064533, DOI 10.3945/ajcn.2008.26003, lire en ligne)
  3. (en) M Engberink, E Schouten, F Kok, L van Mierlo, I Brouwer et J Geleijnse, « Lactotripeptides Show No Effect on Human Blood Pressure », Hypertension, vol. 51, no 2,‎ , p. 399–405 (PMID 18086944, DOI 10.1161/HYPERTENSIONAHA.107.098988, lire en ligne)
  4. (en) E Boelsma et J Kloek, « Lactotripeptides and antihypertensive effects: a critical review », The British journal of nutrition, vol. 101, no 6,‎ , p. 776–86 (PMID 19061526, DOI 10.1017/S0007114508137722)

Voir aussiModifier