Lac de l'âge d'or

Lac de l'âge d'or, localement Altyn Asyr[1]
Image illustrative de l’article Lac de l'âge d'or
Administration
Pays Drapeau du Turkménistan Turkménistan
Géographie
Coordonnées 40° 44′ 00″ nord, 56° 47′ 00″ est
Type Endoréique
Origine Artificiel
Hydrographie
Alimentation Canal du Karakoum
Émissaire(s) Aucun
Géolocalisation sur la carte : Turkménistan
(Voir situation sur carte : Turkménistan)
Lac de l'âge d'or, localement Altyn Asyr[1]

Le lac de l'âge d'or, ou lac de Karakoum, ou lac d'Altyn Asyr, est un lac artificiel endoréique en cours de remplissage au Turkménistan, dans la dépression Karashor du Désert du Karakoum. Il a existé plusieurs fois au cours de l'histoire. Le remplissage pourrait prendre 15 ans et coûter 4,5 milliards $[2]. Selon les plans du gouvernement, le lac devrait être rempli grâce à un réseau de canaux tributaires de 2 650 km. Le collecteur Dashoguz long de 432 kilomètres utilise pour la moitié de sa longueur le lit de l'ancienne rivière Ouzboï. Le grand collecteur turkmène commence dans la province de Lebap et mesure 720 kilomètres de long[3]. Tous deux sont utilisés pour pomper vers le lac, l'eau de ruissellement en provenance des champs de coton[4] et sont encore en construction (). Ces eaux proviennent indirectement de l'Amou-Daria et sont donc déviées de la mer d'Aral.

UtilitésModifier

Selon le gouvernement turkmène, le lac de l'âge d'or favorisera la conservation et l'utilisation judicieuse des ressources en eau, en plus de préserver les sites archéologiques[2] près des champs agricoles. Le lac attirera les oiseaux migrateurs, stimulera la biodiversité et créera des fleurs et des plantes dans un pays à 80% désertique[5].

CritiquesModifier

Les critiques soulignent qu'une grande partie de l'eau pompée dans le désert brûlant s'évapore, de plus elle risque fort d'être contaminée par des pesticides toxiques et des engrais[5]. Le Turkménistan peut être accusé de siphonner de l'eau de la rivière Amou-Daria, qui longe la frontière nord du pays avec l'Ouzbékistan; cela pourrait très bien déclencher un conflit entre les deux pays et infliger d'autres dommages de l'environnement[2].

Pour l'opposition turkmène, ce projet réitère les erreurs causées avec la mer d'Aral[6].

Voir aussiModifier

  • Lac Sary Kamysh, également en expansion et recevant aussi une partie des eaux de l'Amou-Daria.

RéférencesModifier

  1. (en) « President inaugurates Turkmen lake », (consulté le 3 décembre 2020).
  2. a b et c (en) ALEXANDER VERSHININ et THE ASSOCIATED PRESS, « Turkmenistan creates vast lake in the desert », (consulté le 3 décembre 2020).
  3. (en) Richard Stone, « A New Great Lake—or Dead Sea? », Science, no 320,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2020).
  4. (en) Nadya Ivanova, « Turkmenistan Vows to Water its Desert », sur circleofblue.org, (consulté le 3 décembre 2020).
  5. a et b (en) Luke Harding, « Turkmenistan tries to green its desert with manmade lake », sur theguardian.com, (consulté le 3 décembre 2020).
  6. « La création du lac d’Altyn Asyr dans le désert turkmène prolonge la catastrophe de la mer d’Aral », sur novastan.org, (consulté le 3 décembre 2020).