Ouvrir le menu principal

Lac de Vallon
Image illustrative de l’article Lac de Vallon
Le lac de Vallon - À gauche, le Rocher d'Ombre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Haute-Savoie
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Géographie
Coordonnées 46° 12′ 57″ nord, 6° 33′ 34″ est
Type Lac de montagne
Origine éboulement de terrain en 1943
Superficie 15 ha
Altitude 1 080 m
Profondeur 16 m
Hydrographie
Alimentation le Brevon
Émissaire(s) le Brevon
Divers
Peuplement piscicole truite

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Vallon

Le lac de Vallon se trouve en Haute-Savoie, à 1 080 mètres d'altitude, sur la commune de Bellevaux, dans le département Haute-Savoie, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes sur le Brevon, un affluent de la Dranse qui se jette dans le lac Léman.

DescriptionModifier

Le lac est long de 900 m et couvre une superficie de 15 ha. Son bassin bassin versant recouvre une superficie de 2 100 ha.

Origine géologique du lacModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le lac résulte du barrage de la vallée du Brevon, par un glissement de terrain en mars 1943, ce qui a provoqué en amont l'accumulation des eaux et la formation du plan d'eau. Le ravin de la Chauronde, sous la pointe de la Gay d’où est parti le glissement de terrain, est recouvert de formations meubles constituées à l’amont par des produits d’altération des flyschs sous-jacents et par des dépôts morainiques à l’aval. Ces formations masquent des flyschs mais aussi des niveaux de cornieules et de gypses, roches très solubles dans l'eau. Au début des années 1940, des pluies abondantes provoquent l'infiltration des eaux de ruissellement dans des crevasses qui se sont formées dans le haut du ravin, délimitant une masse de plus de 200 000 m3 suspendue en équilibre instable. En mars 1943, vers les Granges de Vallonnet, la formation d’un entonnoir de dissolution dans les gypses et cornieules a suffi pour déstabiliser la couverture meuble saturée en eau par la fonte précoce des neiges et déclencher le glissement qui a débuté dans la nuit du 11 au 12 mars. La coulée de boue est lentement (déplacement de 300 m/jour la première semaine) venue engloutir les hameaux présents à l’aval et couper le cours du Brevon. Le barrage constitué de boue, blocs et arbres n’a pas cessé de croître pendant le mois qui a suivi, donnant naissance au lac. Au printemps 1943, celui-ci avait des dimensions légèrement supérieures à celles d'aujourd’hui. Dans le secteur, ce type de glissement n’est pas le premier, ni le dernier. Pour exemple, en avril 1970, une petite coulée de boue partie du même secteur a barré la route au niveau de Court Champ.

 
À droite, la trace du glissement de terrain sous la pointe de la Gay, au premier plan, les alpages de Tré le Saix

Activités et fréquentationModifier

 
Panneau d'interprétation du lac de Vallon.

Le site du lac de Vallon est l’un des sites remarquable du Geopark Chablais.

Le lac est fréquenté par les pêcheurs (truite), les chasseurs (canard) et surtout les promeneurs et randonneurs. L'hiver, le lac gèle et se confond avec le paysage.

Récemment, un panneau d'interprétation ainsi qu'un sentier d'interprétation ont été installés au bord du lac.

Les eaux usées du hameau de la Chèvrerie se déversent dans un ruisseau, Le Brévon, qui se jette dans le lac[1]. En 2013, le maire indiquait que cette pollution n'interdisait pas la baignade, ni même la pêche[1].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Emmanuel Rouxel, « A Bellevaux, « le lac de Vallon sert de bassin de décantation au hameau de la Chèvrerie » », Le Messager,‎ (lire en ligne).