Lac Péribonka

lac au Saguenay-Lac-Saint-Jean (Québec, Canada)

Lac Péribonka
Image illustrative de l’article Lac Péribonka
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Saguenay-Lac-Saint-Jean
MRC Le Fjord-du-Saguenay
TNO Mont-Valin
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 56″ nord, 71° 14′ 57″ ouest
Superficie 264 km2
Longueur 59 km
Largeur 11 km
Altitude 435 m
Hydrographie
Alimentation Rivière Péribonka
Émissaire(s) Rivière Péribonka
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
Lac Péribonka
Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Lac Péribonka
Géolocalisation sur la carte : Saguenay–Lac-Saint-Jean
(Voir situation sur carte : Saguenay–Lac-Saint-Jean)
Lac Péribonka

Le lac Péribonka est un plan d'eau douce du territoire non organisé du Mont-Valin, dans la municipalité régionale de comté (MRC) Le Fjord-du-Saguenay, dans la région administrative de Saguenay–Lac-Saint-Jean, au Québec, au Canada.

Dès le milieu du XIXe siècle, la foresterie a été l'activité économique prédominante du secteur. Ce grand plan d'eau est généralement gelé de la mi-novembre à la fin avril ; néanmoins, la période de circulation sécuritaire sur la glace est habituellement de la mi-décembre à la fin mars.

GéographieModifier

Le lac Péribonka est situé à environ 140 km au nord-est du lac Saint-Jean. Il constitue une excroissance importante de la rivière du même nom. Long de 59 km (dans le sens nord-sud) et large de 11 km, le lac Péribonka occupe une superficie de 264 km2.

Les principaux bassins versants voisins du lac Péribonka sont :

La rivière Péribonka arrive du nord en recueillant les eaux des rivières Cocoumenen et Saint-Onge. Elle traverse alors la Réserve de biodiversité projetée du Lac Onistagane. Le lac Péribonka reçoit les eaux de la rivière de l'Épinette Rouge (côté Ouest) et de la rivière à la Carpe (côté Est). Le lac Péribonka comporte plusieurs dizaines d'îles, presqu'îles et baies.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, la compagnie Alcan aménage une centrale hydroélectrique sur la rivière Péribonka afin d'augmenter sa puissance électrique pour la production d'aluminium au Saguenay. Entre 1941 et 1943, un barrage est érigé en amont des "Passes Dangereuses", situées alors à environ 15 km en aval (au sud) du lac Péribonka. Ainsi, la superficie du lac Péribonka s'est agrandi significativement. Cette infrastructure hydroélectrique se situe à l'extrémité sud du présent réservoir.

ToponymieModifier

Jadis, ce plan d'eau était désigné "Manouan" en langage autochtone, signifiant "là où l'on ramasse des œufs". En 1926, à cause d'une redondance toponymique relativement à deux "lac Manouan" (dont un autre lac situé à 40 km au nord-est), ce plan d'eau est renommé "lac Péribonka" par la Commission de géographie du Québec, adoptant ainsi le nom de la rivière du même nom. En 1987, tous les toponymes similaires sont remplacés par le toponyme officialisé.

Les Montagnais ont également utilisé l'appellation "Unistakan Shakikan", signifiant "lac où on se lève avec charge de portage sur le dos"[1].

Le toponyme lac Péribonka a été officialisé le à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[2].

Notes et référencesModifier

  1. Source: "Noms et lieux du Québec", ouvrage de la Commission de toponymie du Québec, paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  2. Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Toponyme: "lac Péribonka"

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier