Lac Jack London

lac russe

Lac Jack London
russe : Озеро Джека Лондона
Image illustrative de l’article Lac Jack London
Le Lac Jack London avec la crête d'Anngatchak en arrière-plan.
Administration
Pays Drapeau de la Russie Russie
Oblast Magadan
District District de Iagodninsky
Géographie
Coordonnées 62° 04′ 49″ N, 149° 31′ 43″ E
Type Lac glaciaire
Superficie 14,4 km2
Longueur 10 km
Largeur 2 km
Altitude 803 m
Hydrographie
Bassin versant 221 km2
Alimentation Purga (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Émissaire(s) Canal Variantov
Îles
Nombre d’îles 4
Île(s) principale(s) Île Vera
Géolocalisation sur la carte : oblast de Magadan
(Voir situation sur carte : oblast de Magadan)
Lac Jack London russe : Озеро Джека Лондона
Géolocalisation sur la carte : Russie
(Voir situation sur carte : Russie)
Lac Jack London russe : Озеро Джека Лондона

Le lac Jack London (en russe : Озеро Джека Лондона) est un lac de Russie situé sur le cours supérieur de la Kolyma dans le district de Iagodninsky, oblast de Magadan. Le lac est actuellement dans une zone protégée, géré par le district. Le lac Jack London pourrait faire partie d'un futur parc national, le parc national de Tcherski si le projet est accepté[1],[2].

GéographieModifier

Le lac est situé à 803 mètres d'altitude, long de 10 kilomètres, large de 1 à 2 kilomètres, il a une superficie de 14,40 km2 et atteint une profondeur de 50 mètres. Son bassin versant de 221 km2 alimente ses affluents, Pourga, Stoudiony, Nevedony et un autre petit cours qui n'a pas de nom. Il se déverse par le canal Variantov dans le lac des Ombres dansantes (ru) d'où s'échappe la rivière Kiouel-Sien, affluent gauche de la Kolyma.

Quatre îles se trouvent sur le lac la plus petite, partage son étendue en deux parties : le petit Jack et le grand Jack. Dans sa partie nord, sur l'île Vera est installée une station météorologique dont les occupants peuvent pêcher dans les eaux claires du lac. ombre, truite saumonée, chabot, mene, vairon, saumon visibles jusqu'à 10 mètres de profondeur [3]. Ces espèces se sont bien adaptées à l'eau du lac qui, à la fin du mois de juillet, ne dépasse pas 10 ou 12 °C près des berges sableuses alors qu'au milieu du lac des plaques de glace n'ont pas fini de fondre et dérivent au gré des vents. Cette période où l'air peut atteindre 20 °C et où le niveau de l'eau est le plus élevé à cause de la fonte des neiges et des glaces ne dure pas car dès la mi-octobre, la surface est complètement gelée. La couche de glace pourra atteindre 120, 150 et même 200 cm certaines années alors que la température de l'air pourra descendre jusqu'à −33 °C en janvier.

En 1984, le lac et les chaînes de montagnes qui l'encadrent, le Grand Anngatchak dont le sommet est le pic Aborigène, 2 287 m, et l'Ouaza-Ina dont le sommet est la Snejnaia, 2 293 m, ont été déclarés zones protégées.

EnvironnementModifier

 
Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus).

La faune aquatique se compose d'ombre, truite saumonée, chabot, mene, vairon et de saumon. Il y a aussi de nombreuses espèces d'algues (426), ainsi que du zooplancton. Les espèces sont adaptées au climat local avec de nombreuses espèces boréales ou alpines.

Il existe sur les rives sud ainsi qu'aux embouchures de certaines rivières du lac des frayères.

On peut admirer sur les étendues qui entourent le lac des saules, mélèzes, cèdres, pins, rhododendrons, trouver des champignons, des airelles, des framboises, et rencontrer des espèces comme des hermines, lièvres blancs, pedrixs, ours, gloutons, lagopèdes, écureuils, orignaux, campagnols, tamias, wapitis[4],[5].

HistoireModifier

Il est un peu surprenant de trouver un toponyme anglais dans cette région.

  • Une version, celle des autochtones, est que des géologues travaillant dans la région ont découvert sur sa berge un exemplaire oublié de Martin Eden de Jack London. Cela les aurait inspiré pour trouver un nom au lac et une occasion pour honorer l'écrivain, un moment chercheur d'or mais qui n'est jamais venu dans ces parages chercher ce métal qui s'y trouve.
  • Une autre version, moins poétique, est l'officielle. Iouri Bilibine (ru) un géologue chef de la première expédition géologique qui avait découvert de l'or dans cette contrée et qui aimait les œuvres de cet écrivain américain pensa qu'il fallait donner son nom à quelque chose. Son idée fut soutenue par Piotr Ivanovitch Skorniakov (en russe : Петр Иванович Скорняков)[6], un subordonné qui travaillait dans cette contrée et en 1932 le lac reçut le nom de l'écrivain d'autant plus aisément approuvée par les plus hautes instances de l'État que cet auteur était socialiste et soutenait les idées de Karl Marx et de Friedrich Engels[7].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :