Ouvrir le menu principal

La Brigade des maléfices

Série télévisée française
(Redirigé depuis La brigade des maléfices)

La Brigade des maléfices

Titre original La Brigade des maléfices
Genre Série policière,
fantastique
Création Claude Guillemot
Claude-Jean Philippe
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine ORTF
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée 55 minutes
Diff. originale

La Brigade des maléfices est une série télévisée française en six épisodes de 55 minutes, créée par Claude Guillemot et Claude-Jean Philippe et diffusée d'août à septembre 1971, le lundi à 20h30, sur la deuxième chaîne de l'ORTF. Elle a ensuite été rediffusée en juin-juillet 1974 et en août 1976.

Sommaire

SynopsisModifier

L'inspecteur Paumier, chef de la brigade des maléfices, est chargé à la préfecture de police de Paris, d'enquêter sur les affaires les plus insolites que la science policière échoue à résoudre. À bord de son side-car jaune et rouge, piloté par Albert son fidèle second, l'inspecteur Paumier poursuit les malfaiteurs les plus inattendus : vampires, fées, fantômes et même une incarnation du diable.

DistributionModifier

ÉpisodesModifier

Les Disparus de RambouilletModifier

L'inspecteur Muselier enquête sur une série de disparitions aux alentours de la mare aux Fées. Garou, le braconnier, prétend avoir vu ces fées. Paumier suit un jeune photographe de mode, Lancelot, qui découvre sur ses clichés l'image d'une femme très belle et ne résiste pas à l'appel de la fée Rosalinde. Il est "absorbé par la féerie". Paumier poursuit son enquête.

La Septième chaîneModifier

Rochemont a tué sa femme parce qu'elle le trompait avec un acteur de la télévision. Muselier conclut au crime passionnel avec troubles mentaux. Paumier rattache l'affaire à d'autres meurtres où l'assassin met en cause la télévision. Il retrouve la trace de son vieil ennemi Diablegris qui précisément, sous le nom de Diablevert, tient une boutique de location de postes de télévision. Le poste équipé pour recevoir la septième chaîne est maintenant chez les Tourmelon, des jeunes mariés. Grâce à ce poste, Diablevert peut intervenir dans la vie du ménage. En bricolant son propre poste, Paumier arrive lui aussi à capter la septième chaîne.

  • Jacques Serres : Antoine Tourmelon
  • Annie Sinigalia : Marie Tourmelon
  • Jean Sagols : Rochemont
  • Première diffusion : 9 août 1971[2]
  • Cet épisode a été projeté sur grand écran en mars 2006 lors des 19e Rencontres Internationales de la Télévision de Reims[3].

Voir Vénus et mourirModifier

À la faveur de l'intérêt provoqué par le lancement du vaisseau spatial "Aphrodite" en direction de Vénus, Adonis Kergeyan, un escroc devenu directeur de l'agence de voyages très spéciaux "Vacances sidérales", vend à des clients crédules des voyages et des séjours sur Vénus. Tout marche bien pour cet Adonis lorsqu'un jour une splendide Vénusienne arrive sur Terre, via le lac du Bois de Boulogne…

La CréatureModifier

Depuis plusieurs semaines, une vague de suicides fait la Une de tous les journaux. Les suicidés sont tous des célibataires dans la trentaine. La Brigade des Maléfices enquête. Paumier a la certitude qu'une machination diabolique se cache derrière ces faits divers. Aidé d'Albert, il retrouve bientôt la trace de son vieil ennemi Diablegris qui tient une officine (à l'enseigne faustienne transparente M.F.S.T.O., autrement dit Méphisto), où il crée et élabore la personnalité d'une étrange créature, Marguerite (au prénom là encore droit sorti du Faust de Goethe), qu'il va placer comme bonne à tout faire chez Eugène Laurentin, un jeune célibataire. Il lui présente Marguerite comme une créature perfectionnée, dernier cri de la technique, conditionnée pour effectuer tous les travaux ménagers. Marguerite est très belle, c'est une maîtresse de maison accomplie, mais elle se révèle complètement insensible. Elle ne connaît aucune émotion, ne sait ni rire ni pleurer. Toutes les entreprises de séduction d'Eugène échouent, se brisant sur son indifférence. Albert, qui observe les allées et venues de Laurentin, assiste impuissant à une lente transformation…

Les Dents d'AlexisModifier

En plein Paris, de faux curés en soutane attaquent un car de Don du sang et repartent avec un butin pour le moins original, des flacons de sang... La Police judiciaire est saisie de cette bien étrange affaire. Pourquoi ce "hold-up sanguin" ? À quoi va servir le sang volé ? Les conceptions de l'Inspecteur Paumier et de son collègue Muselier vont une fois de plus s'affronter quant à l'aspect cartésien ou irrationnel de ce forfait. Peut-on toujours raisonnablement croire aux vampires en 1971 ou cette affaire n'est-elle pas simplement liée à la volonté d'un ponte du grand banditisme de se faire refaire le visage par chirurgie esthétique dans une clinique clandestine ? Le mystère demeure et ne demande qu'à être éclairci par... la Brigade des Maléfices…

Le Fantôme des HLMModifier

Un promoteur immobilier insiste auprès d'un vieux marquis pour qu'il vende sa maison de famille afin de tout raser et de construire à la place une HLM. Malgré l'avis de son cousin Anatole qui veut aussi vendre, le marquis refuse catégoriquement. Il va néanmoins demander conseil à l'Inspecteur Paumier à la Brigade des Maléfices et lui confie une lettre à n'ouvrir qu'après sa mort qui contient le secret de la famille Palaiseau. Mais il s'avère qu'Anatole n'est en fait qu'un fantôme du XVIIIe siècle, lointain aïeul du marquis. Sur ce, le dit marquis décède, sa maison est détruite et des phénomènes étranges se produisent dans les nouveaux logements modernes construits à la place. L'enquête de Paumier commence… L'épisode comporte une métaréférence à un quarante-neuvième épisode de La Brigade des maléfices intitulé La Sorcière du drugstore[3].

DVDModifier

En 2011, l'INA a édité l'intégrale de cette série dans un coffret 2 DVD dans sa collection "Les Inédits Fantastiques".

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Merveilleux, Fantastique et Science-fiction à la télévision française - Jacques Baudou et Jean-Jacques Schleret - Éditions Huitième Art, 1995.
  • Télérama no 1124, article de Claude-Jean Philippe.
  • La brigade des maléfices - Claude-Jean Philippe et Claude Guillemot - Éditions Hachette, 1971.

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. « les-disparus-de-rambouillet », sur inatheque.ina.fr (consulté le 16 mars 2018)
  2. « la-septieme-chaine », sur inatheque.ina.fr (consulté le 16 mars 2018)
  3. a et b Séverine Barthes, « 71 Année Fantastique. Réflexivité et séries télévisées sur les chaînes de l'ORTF », ALTERNATIVE FRANCOPHONE, vol. 1, no 8,‎ , p. 127–147 (ISSN 1916-8470, lire en ligne, consulté le 16 mars 2018)
  4. « voir-venus-et-mourir », sur inatheque.ina.fr (consulté le 16 mars 2018)
  5. « la-creature », sur inatheque.ina.fr (consulté le 16 mars 2018)
  6. « les-dents-d-alexis », sur inatheque.ina.fr (consulté le 16 mars 2018)
  7. « le-fantome-du-hlm », sur inatheque.ina.fr (consulté le 16 mars 2018)