La Ville en liesse

film japonais de Keisuke Kinoshita sorti en 1944

La Ville en liesse (歓呼の町, Kanko no machi?) est un film japonais de Keisuke Kinoshita sorti en 1944.

La Ville en liesse
Titre original 歓呼の町
Kanko no machi
Réalisation Keisuke Kinoshita
Scénario Kaoru Morimoto (en)
Acteurs principaux
Sociétés de production Shōchiku
Pays de production Drapeau du Japon Japon
Genre Drame
Durée 73 minutes
Sortie 1944


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

SynopsisModifier

Dans un quartier de Tokyo évacué par les autorités durant la Seconde Guerre mondiale, quatre familles s'apprêtent à devoir quitter les lieux. Kiyo Furukawa, la professeur de koto rechigne à partir car elle a toujours l'espoir de voir revenir son mari qui l'a quittée voilà dix ans. Son fils Shingo est pilote d'essai, il est amoureux de Takako, la fille de ses voisins et tous deux désirent se marier, mais la mère de Takako a d'autres projets pour sa fille. Zenba, le père de Takako envisage de racheter des terres dans son village natal pour redevenir paysan, ce qui n'enchante guère sa femme. Tada, le propriétaire des bains publics refuse l'idée d'un départ et rejette avec vigueur les prières de Saburo, le mari de sa fille, qui l'enjoint de venir habiter avec eux. Nishino l'imprimeur est en attente de l'accouchement imminent de sa femme avant de faire ses valises.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

La Ville en liesse est un film destiné à promouvoir l'évacuation des villes dans une période où la situation militaire du pays se dégrade, il devait être à l'origine tourné par Hideo Ōba[4]. Avec ce film, Keisuke Kinoshita délivre un film de propagande qui plutôt que d’exalter l’héroïsme des soldats au combat, évoque avec empathie la tristesse et la résignation de personnes restées au pays en s'attachant à des habitants d'une rue de Tokyo devant être évacués à cause de la guerre[5]. Il montre la mélancolie de dire au revoir et que les espoirs détruits sont si inévitables qu'ils rendent toute résistance inutile : en temps de guerre, les intérêts nationaux priment sur les intérêts personnels[5].

Notes et référencesModifier

  1. Titre français du film dans la filmographie de Keisuke Kinoshita dans l'ouvrage Le Cinéma japonais de Tadao Satō (trad. du japonais), Le Cinéma japonais (tome II), Paris, Éditions du Centre Pompidou, , 324 p. (ISBN 2-85850-930-1), p. 265
  2. a et b (en) « Jubilation Street », sur shochikufilms.com (consulté le )
  3. a b et c (ja) La Ville en liesse sur la Japanese Movie Database
  4. (ja) « 歓呼の町 », sur www.cinemaclassics.jp (consulté le )
  5. a et b (en) « Kanko no machi », sur www.berlinale.de (consulté le )

Liens externesModifier