La Tulipe noire (film)

film français
La Tulipe noire

Réalisation Christian-Jaque
Scénario Henri Jeanson
Marcello Ciorciolini
Christian-Jaque
Acteurs principaux
Sociétés de production Flora Film S.r.l. (Italie)
Mizar Films (Italie)
Méditerranée Cinéma (France)
gata Films S.A. (Espagne)
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Espagne Espagne
Genre Film de cape et d'épée
Durée 110 min
Sortie 1964

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Tulipe noire est un film franco-italo-espagnol de cape et d'épée réalisé par Christian-Jaque, sorti en salles en 1964. Ce film qui est un des films de cinéma le plus diffusé sur les chaines de la télévison française n'a aucun rapport avec le roman d'Alexandre Dumas qui porte un titre identique.

SynopsisModifier

Résumé courtModifier

À la veille de la Révolution française, dans le Roussillon, La Mouche, le chef de la police locale traque la Tulipe noire, un justicier masqué prénommé Guillaume, sans parvenir à l'arrêter. Il arrive cependant à le balafrer sur une joue, obligeant la Tulipe noire de se faire remplacer par son frère jumeau, prénommé Julien mais le sort va jouer contre lui.

Résumé longModifier

En juin 1789, la Révolution couve et les nobles d'une province du Roussillon sont régulièrement dépouillés de leurs biens par un justicier masqué dénommé Guillaume de Saint-Preux qui signe ses forfaits sous le nom la Tulipe Noire. Soupçonné d'être le coupable par le baron La Mouche, chef de la police locale, le bandit est marqué à la joue d'une balafre au cours d'un affrontement provoqué par La Mouche. Guillaume demande alors à son jeune frère et sosie Julien, de tenir son rôle chez le marquis de Vigogne et son épouse, cette dernière étant sa maîtresse.

Julien, dont les sympathies vont aux révolutionnaires et qui découvre que son frère incarne la Tulipe Noire pour son seul profit, apprend également les projets du prince de Grasillac qui veut monter à Paris afin de réprimer le peuple. Déçu par son frère et horrifié par les actions du prince. Julien décide de reprendre le rôle du justicier pour le compte de la Révolution afin d'aider la famille de Caroline, sa fiancée et à déjouer les plans du prince conspirateur. Il réussit avec succès à le stopper et même à le retenir contre son gré. La Mouche qui enquête toujours, découvre le repaire de Julien et croyant toujours avoir affaire à la Tulipe Noire, le condamne à la pendaison. Apprenant cela, Guillaume décide de faire évader son frère mais, blessé au cours de sa fuite, il est finalement attrapé et pendu pendant que Julien parvient à s'enfuir. Celui-ci endosse le costume de la Tulipe Noire pour terminer sa mission au service des révolutionnaires et met les nobles en déroute. En épilogue, il épouse Caroline la veille de la prise de la Bastille[1].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

 
L'actrice italienne Virna Lisi interprète le rôle de Caroline

Autour du filmModifier

Scénario et adaptationModifier

Le scénario, principalement écrit par Henri Jeanson et Christian-Jaque (pour les dialogues français) et Marcello Ciorciolini (pour les dialogues italiens), n'est absolument pas adapté du roman La Tulipe noire, écrit par Alexandre Dumas et Auguste Maquet, paru en 1850. L'intrigue du roman se déroule aux Pays-Bas durant la fin du XVIIe siècle, alors que celle du film se déroule en France, durant la Révolution[2].

Si à l'origine Christian-Jaque avait eu l'idée d'adapter ce roman au cinéma, il s'est rendu compte à sa lecture que ce n'était pas un roman de cape et d'épée et a donc transformé l'histoire et n'en a conservé que le titre[3]. La confusion est souvent entretenue par les médias de presse dans leur fiche du film, à l'occasion de la rediffusion du film sur une chaîne de télévision[4],[5].

TournageModifier

RediffusionModifier

  • Selon un article du journal Le Figaro, publié en 2013, il s'agit du film le plus rediffusé sur les chaînes de télévision françaises, programmé 24 fois entre 1957 et 2013[7].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Jean-Elie Fovez, « La Tulipe noire », Téléciné, no 116, Paris, Fédération des Loisirs et Culture Cinématographique (FLECC), , (ISSN 0049-3287)
  • Isabelle Collin, Pauline Dufourcq et Mélanie Lemaire, Les Plus Grands Films de cape et d’épée en DVD : Volume 1, Paris, Éditions Atlas, , 208 p. (ISBN 2-7312-3088-6, BNF 40945156), « La Tulipe noire », p. 82-94

Liens externesModifier