La Sanction

film américain réalisé par Clint Eastwood et sorti en 1975
La Sanction
Description de cette image, également commentée ci-après
Clint Eastwood sur le tournage du film

Titre original The Eiger Sanction
Réalisation Clint Eastwood
Scénario Hal Dresner
Warren Murphy
Rod Whitaker
Musique John Williams
Acteurs principaux
Sociétés de production The Malpaso Company
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Durée 123 minutes
Sortie 1975


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Sanction (The Eiger Sanction) est un film américain réalisé par Clint Eastwood et sorti en 1975. Il s'agit d'une adaptation du roman du même nom de Trevanian (nom de plume de Rodney William Whitaker), publié en 1972[1].

SynopsisModifier

 
Face Nord de l'Eiger

Ancien agent du gouvernement, Jonathan Hemlock est aujourd'hui un professeur d'art. Amateur et collectionneur, il finance ce « hobby » par des « contrats » comme tueur à gages pour le compte d'un obscur cabinet. Il doit mener à bien une nouvelle mission. S'il accepte, il recevra un tableau de Pablo Picasso qu'il convoite depuis des années ; s'il refuse, il sera dénoncé à l'administration fiscale. Dos au mur, Jonathan Hemlock décide d'accepter. Il doit alors découvrir sa cible, un mystérieux tueur au service des Soviétiques, au sein d'une équipe d'escalade qui projette de partir pour le massif de l'Eiger en Suisse.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

 
L'alpiniste italien Reinhold Messner a officié comme conseiller technique

N'ayant alors réalisé aucun film d'action, Clint Eastwood hésite un temps, assez effrayé par les nombreuses cascades nécessaires. Il propose donc la réalisation à son ami et mentor Don Siegel. Après un long échange avec ce dernier, il décide finalement de réaliser lui-même le film[3].

Le rôle principal est initialement prévu pour Paul Newman, mais celui-ci n'était pas intéressé par le projet qu’il aurait jugé en outre trop violent. Universal Studio propose alors le film à Clint Eastwood qui accépte. Clint Eastwood non satisfait des liens existants entre les personnages du roman et leur motivations fait réécrire le scénario par le romancier Warren B. Murphy.

Clint Eastwood retrouve ici George Kennedy avec lequel il a joué dans Le Canardeur (1974), sous la direction de Michael Cimino.

TournageModifier

Le tournage débute le à Grindelwald en Suisse, avec de nombreux conseillers internationaux en alpinisme et escalade[4]. Clint Eastwood décide d’exécuter toutes ses cascades et scènes d’escalade malgré la réticence du directeur de l’école de montagne Dougal Haston. Le tournage est très vite endeuillé par la mort de l'alpiniste écossais David Knowles, âgé de 26 ans, tué par une chute de rochers après seulement deux jours de tournage. Clint Eastwood sera très marqué et songera un temps à abandonner le film. Les autres alpinistes présents le convaincront finalement de continuer[3].

Après cinq semaines sur l'Eiger, l'équipe se rend à Zurich notamment pour les scènes d'ouverture. Des scènes sont tournées aux abords de la Grossmünster, de la Limmat, le Café Bauschänzli, etc.[5]. Le reste du tournage se déroule aux États-Unis. Le tournage américain débute dans divers lieux du parc national de Zion dans l'Utah (Zion-Mount Carmel Highway, Zion Lodge, Checkerboard Mesa, The Narrows, la rivière Virgin, ...)[5]. D'autres scènes sont tournées dans la Monument Valley, à cheval entre l'Utah et l'Arizona, notamment le Goulding's Lodge[5]. Le tournage s'achèvera en Californie : à Los Angeles, Monterey, Carmel-by-the-Sea ou encore dans les studios Universal d'Universal City[6].

Bande originaleModifier

The Eiger Sanction
Original Motion Pictures Soundtrack

Bande originale de John Williams
Sortie 1975
1991 (réédition)
Enregistré 1975
Durée 34:38
Genre musique de film
Compositeur John Williams
Label MCA Records / Varèse Sarabande
Critique

 [7]

Albums de John Williams

Clint Eastwood collabore pour la seule fois de sa carrière avec John Williams, choisi par le studio et les producteurs juste après l'immense succès des Dents de la mer. Sachant l'attachement au jazz de Clint Eastwood, le compositeur en incorpore des éléments dans sa musique[3].

L'album de la bande originale sort en 1975 chez MCA Records, avant d'être réédité par Varèse Sarabande en 2001[7].

Liste des titres
  1. Main Title – 2:24
  2. Theme from The Eiger Sanction – 2:53
  3. Fifty Miles of Desert – 2:50
  4. The Icy Ascent – 3:41
  5. Friends And Enemies – 3:01
  6. The Top of the World – 3:05
  7. Theme from The Eiger Sanction – 2:09
  8. Training With George – 2:13
  9. Theme from The Eiger Sanction – 2:07
  10. George Sets The Pace – 2:39
  11. The Microfilm Killing – 2:04
  12. Up The Drainpipe – 3:18
  13. The Eiger – 2:14

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le film reçoit des critiques partagées à sa sortie. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 69% d'opinions favorables pour 16 critiques et une note moyenne de 6,3810[8]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 61100 pour 5 critiques[9].

Box-officeModifier

Version françaiseModifier

Lors de sa sortie dans les salles françaises, le film fut à l'époque amputé de 30 minutes. Elles ont été réintégrées lors de sa sortie en DVD :

  • En sortant de l'aéroport, Jemima propose à Jonathan de le ramener en taxi. Ils font davantage connaissance durant le trajet. Le chauffeur les prévient au passage qu'ils devront payer le double du prix de la course.
  • Alors qu'ils s'apprêtent à faire l'amour, Jemima dit à Jonathan qu'il a de beaux yeux et lui demande si toutes les femmes le lui disent.
  • Après son second rendez-vous avec Dragon, Jonathan se rend chez Jemima. Celle-ci lui explique que la sanction qu'il doit exécuter est en rapport à l'acquisition d'une formule de guerre bactériologique qu'a dérobé le camp adverse. Par la suite, Jonathan affirme à Jemima que Dragon a jadis travaillé pour les Nazis pendant la guerre et qu'il est capable de trahir qui que ce soit pour vendre au plus offrant.
  • La séquence d'entraînement de Jonathan comporte une seconde fois où Ben le réveille par téléphone en lui disant « Debout les cloches ! ».
  • Tandis que les alpinistes continuent de gravir l'Eiger, Jemima et Pope discutent en observant la montagne. Pope révèle que l'opération est en fait un coup monté. En effet, Wormwood alias Henry Back, le vieil ami de Hemlock, avait été engagé juste pour se faire tuer. Quant à la formule de guerre bactériologique, elle serait bidon. De ce fait, l'opération consiste à éliminer les agents pour éviter que le camp adverse ne découvre la supercherie. Scandalisée, Jemima s'inquiète pour Jonathan et ne prend plus part à la mission.

PostéritéModifier

  • Le film inspirera notamment la série Les Simpson, un épisode intitulé L'Abominable Homer des neiges (1998). Pour faire une bonne publicité à une société de compotes de pommes, Homer Simpson accepte d'escalader la plus haute montagne à proximité de Springfield. Il atteint (presque) le sommet et y plante un drapeau à son nom.
  • Kyle Eastwood, fils du réalisateur, a repris le thème du film en version jazz pour son album Cinematic (2019).

Notes et référencesModifier

  1. La Sanction [« The Eiger Sanction »] (trad. de l'anglais par Jean Rosenthal), Paris, Robert Laffont, coll. « Suspense », (réimpr. Paris, Gallmeister, 2007 ; Paris, Gallmeister, coll. « Totem » no 3, 2010) (1re éd. 1972)
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. a b et c (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. McGilligan 1999, p. 244.
  5. a b et c « The Eiger Sanction (1975) » [archive du ], Meyers Verlag (consulté le 2 mai 2016)
  6. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  7. a et b (en) « John Williams The Eiger Sanction », sur AllMusic (consulté le 26 juin 2014).
  8. (en) « The Eiger Sanction (1975) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 12 novembre 2020)
  9. (en) « The Eiger Sanction Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 12 novembre 2020)
  10. (en) Box-office US - Box Office Mojo.com
  11. Box-office France - JP's box-ofice

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier