Ouvrir le menu principal

La Princesse du rail

série télévisée
La Princesse du rail

Titre original La Princesse du rail
Genre Feuilleton d'aventures
Création Henri Spade
Juliette Saint-Giniez
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine ORTF
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 26
Durée 13 minutes
Diff. originale

La Princesse du rail est un feuilleton télévisé français en 26 épisodes de 13 minutes ou 13 épisodes de 26 minutes, créé par Henri Spade et Juliette Saint-Giniez inspiré du roman d'Henri Vincenot Les chevaliers du chaudron, réalisé par Henri Spade et diffusé à partir du 7 février 1967 sur la première chaîne de l'ORTF et rediffusé en juillet 1972.

Sommaire

SynopsisModifier

Comme d'autres pays à travers le monde, le XIXe siècle sera le siècle de l'avènement du chemin de fer en France. La construction des lignes à travers le massif central n'est pas une sinécure et demande, en plus d'exploits d'ingénierie, de nombreux bras. Pour l'instant, la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes, passant par Gannat et Clermont-Ferrand, s'arrête à Langeac. La dernière section, jusqu'à Langogne puis Villefort, est en construction. En ce début des années 1870, la compagnie PLM cherche de la main d'œuvre pour construire le 1er tronçon jusqu'à Monistrol. Antoine Delorme, le chaudronnier d'un village des alentours décide de s'y engager. Homme à l'esprit ouvert et progressiste, il se prend vite de passion pour ce que quelques réfractaires au progrès appellent les «chaudières du diable». Sachant lire et écrire, il fait sa demande et la compagnie l'engage comme sénateur d'une princesse.

DistributionModifier

ÉpisodesModifier

13 épisodes de 26 minutes, diffusion TV 1967

CommentairesModifier

Quelques mois plus tard, Jacques Santi interprétera Tanguy dans Les Chevaliers du cielMuriel Baptiste interprétera un petit rôle.

En 1960, sept ans avant la diffusion, une voie fut posée sur une section de la ligne inachevée La transcévenole pour le tournage du feuilleton[1].

La Crampton qui était celle du train historique utilisé à cette époque pour les fêtes commémoratives est l'unique locomotive de l'ensemble de la série.

Il en résulte que c'est le même paysage avec un viaduc en courbe assez semblable à ceux de la ligne Clemont-Ferrand-Nîmes et la seule locomotive figurant dans l'ensemble de la série..

Celle-ci se déroulant sur un parcours plus étendu et évoquant plusieurs locomotives, la discordance avec l'action évoquée qui serait apparue évidente dans un film était très supportable pour une série diffusée en courts épisodes.

À la fin du dernier épisode, Henri Vincenot, l'auteur du livre dont est issue la série, apparait à l'écran et se présente comme étant de La vie du rail.

NotesModifier

Voir aussiModifier