Ouvrir le menu principal

La Prédication de saint Étienne (Carpaccio)

tableau de Vittore Carpaccio
La Prédication de saint Étienne
Vittore carpaccio, Sermon of St Stephen.jpg
Artiste
Date
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Type
Matériau
Dimensions (H × L)
148 × 194 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Collection
N° d’inventaire
INV 181Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

La Prédication de saint Étienne est une huile sur toile peinte en 1514 par l'artiste italien de l'école vénitienne Vittore Carpaccio. Elle est conservée au musée du Louvre à Paris.

HistoriqueModifier

Cette peinture était l'une des cinq scènes représentant la vie de saint Étienne, peintes entre 1511 et 1514 pour la Scuola dei Lanieri, Santo Stefano (Venise)[1]. La série qui comprenait également L'Ordination de saint Étienne (Berlin-Dahlem, Gemäldegalerie), La Dispute de saint Etienne (Milan, Brera), La Lapidation de saint Étienne (Stuttgart, Staatsgalerie), a été démantelée en 1806, dispersée (et elle reste incomplète), lorsque les maisons religieuses ont été supprimées[2]. Deux panneaux sont allés à la Pinacothèque de Brera à Milan et en 1812, Dominique Vivant Denon a échangé quelques peintures nordiques du musée du Louvre pour des œuvres italiennes de la Brera, et ce panneau de La Prédication a été transféré en vertu de cet accord. Un autre panneau est à Berlin, l'un a disparu, et le cinquième est à Stuttgart[3].

DescriptionModifier

La prédication de saint Étienne, diacre, représentée dans ce tableau du Louvre, a eu lieu à Jérusalem. Cela a donné à Carpaccio un prétexte pour remplir sa toile de pittoresques costumes et d'architecture orientales. La Jérusalem des premiers temps du christianisme est ici identifiée à Constantinople (en fait le château Yoros sur la rive opposée du Bosphore ) - une Constantinople fantastique et imaginaire, avec des éléments turcs, antiques, byzantins et italiens. Carpaccio fait référence avec fierté, dans une lettre au Marquis de Mantoue, à la vue de Jérusalem qu'il avait peinte[4].

PostéritéModifier

Le tableau fait partie des « 105 œuvres décisives de la peinture occidentale » constituant le musée imaginaire de Michel Butor[5].

RéférencesModifier

  1. Cf. Notice du Louvre
  2. Cf. Nurturing art in the Venetian scuole, Roderick Conway Morris, International Herald Tribune, Feb.2005
  3. S. Mason and A. Ellis, Carpaccio: The Major Pictorial Cycles: The Narrative Paintings, Skira (2000)
  4. A. Gentili, Le storie di Carpaccio. Venezia, i turchi, gli ebrei, Marsilio (2006).
  5. Michel Butor, Le Musée imaginaire de Michel Butor : 105 œuvres décisives de la peinture occidentale, Paris, Flammarion, (ISBN 9782081450752), p. 36-37.

SourcesModifier

  • Patricia Fortini Brun, Récit de la Peinture Vénitienne à l'époque de Carpaccio (New Haven et Londres, Yale University Press, 1988/1994)
  • Augusto Gentili, Le storie di Carpaccio. Venezia, i turchi, gli ebrei, Marsilio, (2006) (it)
  • Peter Humfrey, Carpaccio, Chaucer Press (2005)
  • Stefania Mason & Andrew Ellis, Carpaccio: Les Grands Cycles Picturaux: Les Peintures Narratives, Skira (2000)

Liens externesModifier