La Petite-Patrie (quartier)

quartier historique de Montréal
La Petite-Patrie
Image dans Infobox.
Église St-Ambroise, sur la rue Beaubien
Géographie
Pays
Région administrative
Territoire équivalent
Ville
Arrondissement
Coordonnées
Fonctionnement
Statut
Quartier sociologique (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

La Petite-Patrie est un quartier de Montréal situé dans l'arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie au Québec.

Le quartier est délimité à l'ouest par la rue Hutchison, au nord par la rue Jean-Talon, au sud par la voie ferrée du Canadien Pacifique et à l'est par la rue D'Iberville[1].

Origine du nom du quartierModifier

La Petite-Patrie tire son nom du roman La Petite Patrie de Claude Jasmin, paru en 1972, qui a été adapté en téléroman (La Petite Patrie) au cours des années suivantes.

HistoireModifier

 
Allée du parc Père-Marquette

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, le territoire correspondant à la Petite-Patrie était essentiellement agricole, à l'exception de carrières de calcaires situées à l'emplacement actuel du parc Père-Marquette.

La construction d'une ligne de tramway en 1892 reliant le centre-ville au Sault-au-Récollet entraîna l'urbanisation du quartier, qui se poursuivit jusqu'en 1930 environ. Il s'agissait encore d'un quartier très majoritairement résidentiel : les seuls emplois se concentraient le long des voies ferrées, dans les ateliers de Montréal ou ceux de la Montreal Street Railway.

PopulationModifier

Selon un rapport du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) du Cœur-de-l'île[2], la population du quartier compte :

  • 44 % de familles monoparentales,
  • 19 % d'immigrants (nés hors du Canada),
  • 10 % de chômeurs,
  • 36 % de personnes vivant sous le seuil de faible revenu.

Le quartier comprend plusieurs communautés ethniques, notamment la communauté italienne la Petite Italie, la communauté vietnamienne, la communauté indienne et la communauté latino-américaine.

Quartier populaire à l'origine, la Petite-Patrie a commencé à s'embourgeoiser légèrement autour de 2000.

Artères principalesModifier

Les principales artères du quartier de la Petite-Patrie sont :

 
Rue St-Dominique (une rue à l'est du boulevard Saint-Laurent)

CultureModifier

Le cinéma Beaubien est situé dans le quartier et rayonne dans les arrondissements voisins. Il a été sauvé de la fermeture en 2002 par des citoyens, commerçants et politiciens. En 2019, une étude réalisée par la firme KPMG révélait que le cinéma génère des retombées économiques de plus de 1 million de $ pour les commerces situés à proximité[3].

TransportsModifier

Métro : la ligne orange du métro de Montréal traverse le quartier et y compte trois stations :

La ligne bleue du métro de Montréal longe le nord du quartier à hauteur de la rue Jean Talon. Trois stations ont leurs accès directement sur cette rue :

Deux autres stations de la ligne bleue permettent un accès facile au quartier Petite Patrie. Elles sont situées seulement à une rue au nord de la rue Jean Talon :

Pistes cyclables : le quartier est parcouru par plusieurs pistes cyclables :

  • la piste cyclable du "réseau vert" qui longe la voie ferrée du Canadien Pacifique, au sud ;
  • le long de la rue Boyer ;
  • le long de la rue Bellechasse ;
  • le long de la rue Saint-Zotique vers l'est.
  • le long de la rue Saint-Dominique, vers la rue de Castelnau dans l'arrondissement Villeray-St-Michel-Parc-Extension (quartier Villeray), et vers la rue Bellechasse au sud.
  • le long de la rue Bélanger, de la rue Drolet jusqu'à la rue de la Roche.
  • le long de la rue Chabot, de la rue Bélanger jusqu'au boulevard Rosemont.

Services publicsModifier

  • Santé
    • CLSC de La Petite-Patrie
 
Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec, sur la rue Bellechasse
  • Sécurité et justice
    • Chambre de la jeunesse de la Cour du Québec
    • Poste de police de quartier
    • Caserne de pompiers de la rue Saint-Dominique, dans le secteur Petite-Italie

Commerces et servicesModifier

  • Le marché Jean-Talon est un grand marché public.
  • La plaza Saint-Hubert est une succession de commerces s'étendant sans interruption le long de la rue Saint-Hubert, entre la rue Bellechasse et la rue Jean-Talon.

Espaces vertsModifier

Lieux de culteModifier

 
Église Notre-Dame de la Défense

DiversModifier

 
Ancien incinérateur des Carrières (désaffecté)

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Brisebois Marie et Delagrave Louis, Rosemont-La Petite-Patrie : Il y a longtemps que je t'aime, Montréal, Éditions Histoire Québec, , 139 p. (ISBN 9782895861751)
  • Fougères Dany, Histoire de Montréal et sa région, t. I et II, Québec, Presses de l'Université Laval, , 1600 p. (ISBN 9782763795751)
  • Sabourin Roger, Rosemont et le monde d'autrefois : 1905-2005 : 100 ans d'histoire, Anjou, Roger Sabourin, , 106 p.
  • Sabourin Roger, Rosemont hier et aujourd'hui en photos, Anjou, Roger Sabourin, , 181 p.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier