Ouvrir le menu principal

La Périchole

œuvre de Jacques Offenbach

La Périchole
Description de cette image, également commentée ci-après
Affiche de La Périchole (1868)
Genre opéra bouffe
Nbre d'actes deux ou trois actes et quatre tableaux
Musique Jacques Offenbach
Livret Ludovic Halévy et Henri Meilhac
Langue
originale
Français
Sources
littéraires
Prosper Mérimée : Le Carrosse du Saint-Sacrement
Création
théâtre des Variétés, Paris

Versions successives

  • 1868 : 1re version en deux actes
  • 1874 : 2e version en trois actes et quatre tableaux

Personnages

  • La Périchole, chanteuse des rues
  • Piquillo, chanteur des rues
  • Don Andrès de Ribeira, vice-roi du Pérou
  • Don Miguel de Panatellas, premier gentilhomme de la Chambre
  • Don Pedro de Hinoyosa, gouverneur de Lima
  • Guadalena, 1re cousine
  • Berginella, 2e cousine
  • Mastrilla, 3e cousine
  • Le Marquis de Tarapote, grand chambellan
  • Manuelita, Frasquinella, Brambilla, Ninetta, dames de la Cour
  • Deux notaires
  • Le Marquis de Satarem, vieux prisonnier (1874)
  • Un geôlier (1874)

Airs

  • Couplets de l'Incognito - acte I
  • Complainte « L'Espagnol et la Jeune Indienne » - acte I
  • Air de la lettre - acte I
  • Griserie ariette - acte I
  • Couplets « Les femmes, il n'y a qu'ça » - acte II
  • Couplets « Que les hommes sont bêtes » - acte II
  • Final II - « Rondo des maris récalcitrants »
  • Air de Piquillo « On me proposait d'être infâme » - acte III
  • Couplets de l'Aveu « Je t'adore, brigand » - acte III

La Périchole est un opéra bouffe de Jacques Offenbach, sur un livret de Ludovic Halévy et Henri Meilhac inspiré d'une comédie de Prosper Mérimée : Le Carrosse du Saint-Sacrement créé le au théâtre des Variétés dans une version en deux actes, puis dans une version remaniée en 3 actes et 4 tableaux le , toujours aux Variétés.

GenèseModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

ContexteModifier

En janvier 1868, Jacques Offenbach travaille, avec Henri Meilhac et Ludovic Halévy, sur Le Château à Toto créé le 6 mai 1868[1], et sur Vert-Vert[Note 1] et Les Brigands qui ne seront créés respectivement que le 10 mars et 10 décembre 1869[2]. Il semble ne s’être mis à composer La Périchole que durant l’été 1868[3].

ÉcritureModifier

Les librettistes utilisent quelques éléments de la saynète de Prosper Mérimée, extraite du Théâtre de Clara Gazul et intitulée Le Carrosse du Saint-Sacrement[4] présentée à la Comédie Française en 1850. Le Carrosse du Saint-Sacrement a déjà fait l’objet d'une adaptation sous le nom La Périchole au théâtre du Palais-Royal en 1835, avec Virginie Déjazet dans le rôle principal[5].

Dès le 5 juillet 1868, la Revue et gazette musicale de Paris annonce la création d’une nouvelle œuvre de Henri Meilhac, Ludovic Halévy et Jacques Offenbach en octobre au théâtre des Variétés[6]. Début août, Jacques Offenbach remet la musique de cette nouvelle pièce en deux actes intitulée La Périchole.

RépétitionsModifier

La lecture de l’œuvre est effectuée par la troupe la semaine du 9 août 1868, avec Hortense Schneider et José Dupuis dans les rôles principaux[7]. Fin août, l’œuvre entre en répétition[8].

Fin août 1868, les éditions Brandus et Dufour acquièrent la partition de La Périchole[9] qui avait d’abord été proposée aux éditions Heu[10].

La création est d’abord annoncée pour le 1er octobre[11], puis autour du 12 octobre[12], puis le 5 octobre[13]. Elle est créée le 6 octobre 1868.

CréationModifier

AccueilModifier

La musique est très bien accueillie et cinq numéros musicaux sont bissés le premier soir : les couplets du vice-roi, la complainte L’Espagnol et la Jeune indienne, l’air de la griserie à l’acte I, le chœur de femme « Eh bonjour monsieur le mari », le trio « Les femmes, il n’y a qu’ça » à l’acte II[4]. La Revue et gazette musicale de Paris précise que la partition est l’« une des meilleures bien certainement d’Offenbach »[4]. La lettre est particulièrement remarquée, la Revue et gazette musicale de Paris[4] et Le Figaro[14] publient la partition dans leurs colonnes quelques jours après la première.

Mais les critiques sont plutôt prudents sur la postérité de l’œuvre. Le Constitutionnel fait l’écho de vagues provoquées par La Périchole. La Gazette des Étrangers pressent que l’« on critiquera (…) et [qu’]on louera et [que] tout sera pour le mieux dans l’intérêt (…) des auteurs ». Le Pays parle de « sévérités [du] public » et observe que « pièce et musique sont incontestablement plus délicates que les précédentes »[15]. Le Ménestrel évoque « des chuts, voire même des sifflets, vers la fin de La Périchole » en raison de « de quelques effets de mauvais goût qui ont choqué »[5].

Jean-Claude Yon, dans sa biographie d’Offenbach analyse : « Les critiques semblent ne pas avoir vu combien (…) La Périchole est différente des œuvres qui l’ont précédée. Elle atteint une noirceur qui paraît à priori incompatible avec le genre de l’opéra-bouffe. (…) Dans ce monde corrompu, le musicien a donné une fois de plus le beau rôle aux femmes : (…) la Périchole est le seul personnage à agir avec dignité. [Sa] lettre (…) est une merveille de tact et de simplicité et sa “griserie-ariette” suggère l’ivresse sans vulgarité »[16].

RemaniementsModifier

Dès la deuxième représentation, l’œuvre subi des remaniements. Certaines scènes sont raccourcies, certains numéros musicaux sont remplacés ou supprimés, d’autres sont déplacés[4].

CréateursModifier

Rôle Créateur
(Théâtre des Variétés, 6 octobre 1868)[17]
Créateur
(Théâtre des Variétés, 25 avril 1874)[18]
Piquillo, chanteur des rues José Dupuis José Dupuis
Don Andrès de Ribeira, vice-roi du Pérou Pierre-Eugène Grenier Pierre-Eugène Grenier
Le comte Don Miguel de Panatellas, premier gentilhomme de la Chambre Christian Baron
Don Pedro de Hinoyosa, gouverneur de la ville de Lima Lecomte Léonce
Le marquis de Tarapote, chambellan du vice-roi Charles Blondelet Charles Blondelet
Un vieux prisonnier Daniel Bac
1er notaire (1er coryphée, ténor) Bordier Bordier
2e notaire (1er coryphée, ténor) Horton Monti
Un geôlier Coste
1er buveur (1er coryphée, basse) Videix
2e buveur (1er coryphée, basse) Halserc
La Périchole, chanteuse des rues Hortense Schneider Hortense Schneider
Guadalena (1re cousine, soprano) Legrand J. Grandville
Berginella (2e cousine, soprano) Carlin Lina Bell
Mastrilla (3e cousine, mezzo-soprano) C. Renault Schweska
Manuelita (1re dame d'honneur, soprano) Julia H. Martin
Ninetta (2e dame d'honneur, soprano) Bénard Valpré
Brambilla (3e dame d'honneur, mezzo-soprano) Gravier Estelle Lavigne
Frasquinella (4e dame d'honneur, mezzo-soprano) A. Latour Julia H.

SuccèsModifier

À ParisModifier

La troisième représentation atteint 4 300 francs de recettes et se maintiennent au-dessus de 4 700 de la quatrième à la huitième[19]. Mi-octobre, les rôles sont appris en double[20]. Le succès se maintenant, le directeur des Variétés décide fin novembre de ne pas donner de revue comme c’est l’habitude pour les fins d’années[21].

Les airs détachés paraissent à la fin du mois d’octobre 1868[22] et le piano-chant le mercredi 4 novembre 1868[23]. La partition pour piano seul paraît à la fin du mois de novembre 1868[21].

Si l’œuvre est diversement appréciée par la critique, sa musique est très largement reprise et diffusée : « Dès le lendemain de la première représentation, que de refrains étaient populaires! » s’exclame Henri Lavoix plusieurs années plus tard[24]. Début novembre 1868, le théâtre de l’Eldorado propose une parodie de l’œuvre, intitulée La Péri-colle[23]. Le mardi 17 novembre 1868, lors de l’inauguration des bals du Cirque de l’impératrice exécute des quadrilles composés sur la musique de La Périchole[25]. Les revues de fin d’année s’inspirent largement de l’œuvre, comme par exemple au café-concert de l’Alcazar qui la baptise La Chilpericholle[26].

Le 18 novembre 1868, le prince et la princesse de Galles assistent à une représentation au théâtre des Variétés[25].

La dernière est présentée à Paris le lundi 28 décembre 1868[27],[Note 2], le lendemain, le théâtre des Variétés reprend La Grande-Duchesse de Gérolstein pour quelques représentations[28]. « Le mauvais départ du premier soir sera largement rattrapé mais jamais opéra-bouffe d’Offenbach, Meilhac et Halévy n’aura connu une carrière aussi courte aux Variétés » note l’historien Jean-Claude Yon[16].

En province et à l’étrangerModifier

La Périchole est rapidement mise à l’étude à Bruxelles, Marseille, Bordeaux, Nice (première le jeudi 25 décembre 1868[29]), Avignon, Châlons, Dunkerque, Valenciennes, Cambrai, Genève, New-York (première en français le 5 janvier 1869[30]) et Rio-de-Janeiro[31].

Elle est créée en 1869 à Saint-Pétersbourg dans une orchestration locale malgré les interdictions des auteurs et de l’éditeur[32]. Hortense Schneider présentera l’œuvre elle-même en janvier 1872 dans cette ville[33] avec un succès phénoménal : « Dans La Périchole, mademoiselle Schneider a dû répéter tous ses morceaux (…). Ajoutez à ce triomphe douze rappels dans le courant de la pièce ou à la chute du rideau. » Elle ira présenter l’œuvre à Londres en juillet 1872[34].

La Périchole est représentée à Toulon[35], à Avignon[36].

Seconde versionModifier

CréationModifier

Une seconde version « dont le troisième acte serait complètement refait » est annoncée en avril 1872[37]. La lecture, par les librettistes, de ce nouveau troisième acte en deux tableaux a lieu le mercredi 1er avril 1874[38]. Jacques Offenbach dont la santé est très chancelante assiste à la répétition du jeudi 23 avril 1874[39].

D’abord prévue pour le 24 avril 1874, la seconde version est créée le 25 avril 1874 au théâtre des Variétés, en raison d’« une indisposition du maestro Offenbach »[40].

Le public et la critique sont très sensibles à la prestation d’Hortense Schneider qui n’était pas remontée sur la scène du théâtre des Variétés depuis La Périchole, à l’exception de l’opéra-bouffe La Veuve de Malabar de Hervé présenté du 26 avril 1873[41] au 15 juin 1873[42] et quelques reprises de Barbe-Bleue et d’extraits de La Grande-Duchesse de Gerolstein fin juin 1873[43]. Le Figaro note ainsi : « Elle a fait de la virtuose de place publique, devenue la maîtresse d’un vice-roi, l’un de ses meilleurs rôles de comédienne et de chanteuse. C’est avec un sentiment exquis, une passion désolée, et toutes les nuances de la grâce et de l’attendrissement, que la Périchole fait au public, gagné par l’émotion, la lecture de sa lettre d’adieu »[44].

Si Ludovic Halévy note peu avant la première « Nous avons refait un troisième acte en deux tableaux (…). Il paraît gai et la musique d’Offenbach me semble très gentille »[45], les librettistes n’ont pas rendu l’œuvre plus légère avec des couplets comme « Cela vous met la mort dans l’âme / De voir le monde comme il va… », ou encore par le sort du vieux prisonnier condamné à retourner en prison parce qu’il ignore la raison de sa condamnation !

Dès la première représentation, cette nouvelle version, et sa musique, est particulièrement bien accueillie : « Nous n’avons pas un choix à faire parmi les morceaux qui composent le troisième acte ; tous ont été très-bien reçus et quelques-uns ont été bissés. Ajoutez à cela les morceaux de l’ancienne partition qui ont été bissés comme les couplets des femmes, la griserie-ariette, et nous pouvons constater qu’avec la reprise de la Périchole, le théâtre des Variétés tient un succès de plus »[46].

Fin mai 1874, le théâtre des Variétés annonce les dernières de La Périchole[47]. La dernière représentation a lieu le 2 juin 1874[48]. Elle sera ensuite reprise « 44 fois du 9 octobre au 11 novembre 1974 »[49].

CostumesModifier

ArgumentModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Acte IModifier

Versions de 1868 et de 1874.

À Lima, sur une place de la ville, le vice-roi du Pérou sort de son palais incognito « afin de savoir un peu par lui-même ce que l’on pense de son administration ». Il compte bien aussi profiter de la fin de journée pour « conduire quelque sémillante manola » dans une petite maison lui appartenant. Après le départ du vice-roi, deux chanteurs des rues, la Périchole et son fiancé Piquillo, viennent sur cette place chanter leurs chansons mais ne rencontrent guère de succès. Et pourtant, « ça coûte quatre piastres pour se marier ». La Périchole, fatiguée et affamée, laisse Piquillo quêter un peu plus loin et s'endort. Le vice-roi revient et, subjugué par sa beauté, lui propose de devenir demoiselle d'honneur de la vice-reine. La Périchole, au comble de la faim, accepte et rédige une lettre d'adieu à Piquillo lui rappelant qu'elle l'« aime de tout [son] cœur » mais qu'il « [peut] compter sur [sa] vertu ». Cette lettre plonge Piquillo au désespoir et il veut se pendre. Heureux hasard, il est sauvé par le premier gentilhomme de la cour qui cherche un mari à la future favorite du vice-roi pour respecter les règlements. Aidés par les alcools, le mariage est célébré, sans que Piquillo n'ait réalisé l'identité de son épouse.

Acte IIModifier

Versions de 1868 et de 1874.

Le lendemain, dégrisé, Piquillo fait savoir qu'il en aime une autre et veut la retrouver. Il doit préalablement présenter officiellement son épouse au vice-roi. Quand il découvre que la Périchole est la maîtresse de celui-ci, il éclate de fureur et est aussitôt expédié au cachot des maris récalcitrants.

Versions de 1868 uniquement.

La Périchole, dans une feinte colère, obtient du vice-roi qu'il soit libéré. Le soir, devant le vice-roi, ils chantent leurs malheurs. Il s'attendrit et, magnanime, il les laisse s'en aller.

Fin de la version de 1868.

Acte IIIModifier

Version de 1874 uniquement.

Premier tableauModifier

La Périchole vient visiter son Piquillo en prison. Après un mouvement d'humeur de sa part, elle l'informe qu'elle n'a pas cédé aux avances du roi, et qu'elle va corrompre le geôlier. Celui-ci se présente mais n'est autre que le vice-roi déguisé, qui les fait enfermer tous les deux. Une fois ces derniers laissés seul, un vieux prisonnier les fait évader par le tunnel qu'il a creusé.

Second tableauModifier

Les trois évadés se retrouvent en ville, mais sont identifiés par une patrouille et le vice-roi se présente aussitôt. La Périchole et Piquillo chantent leurs malheurs, ce qui attendrit le vice-roi qui, magnanime, les laisse se marier et avoir des enfants qui grandiront, car ils sont espagnols.

Numéros musicauxModifier

Version de 1868[17] Version de 1874[50]

Acte IModifier

Ouverture idem.
1. a. Chœur de fête Du vice-roi c'est aujourd'hui la fête idem.
1. b. Chanson des Trois-Cousines Promptes à servir la pratique idem.
1 bis. Reprise du chœur Ah ! qu'on y fait gaiement glou, glou idem.
2. a. Chœur C'est lui, c'est notre vice-roi idem.
2. b. Couplets de l'Incognito Sans en rien souffler à personne idem.
3. Marche indienne et entrée des chanteurs idem.
4. Complainte : « L'Espagnol et la jeune Indienne » Le conquérant dit à la jeune Indienne idem.
5. Séguedille « Le muletier et la jeune personne » Vous a-t-on dit souvent idem.
6. Chœur des saltimbanques Levez-vous et prenez vos rangs
7. La lettre de la Périchole Ô mon cher amant idem.
7 bis. Mélodrame idem.
8. a. Chœur et duetto des notaires Holà, eh ! holà de là-bas idem.
8. b. Griserie-Ariette Ah, quel dîner je viens de faire idem.
8. c. Duetto du mariage Je dois vous prévenir, Madame idem.
8. d. Final et marche de palanquins Qu'on se hâte et qu'on les marie idem.

Acte IIModifier

9. Entr'acte idem.
10. Chœur des dames de la cour Cher Seigneur, revenez à vous ! idem.
11. Cancans-Couplets On vante partout son sourire idem.
12. Chœur des seigneurs Quel marché de bassesse idem.
13. Couplets : « Les femmes, il n'y a qu'ça » Eh là, maintenant que nous sommes idem.
14. a. Chœur de la présentation Nous allons donc voir un mari idem.
14. b. Couplets : « Ah ! que les hommes sont bêtes ! » Que veulent dire ces colères idem.
14. c. Rondo de bravoure Écoute, ô Roi, je te présente idem.
14. d. Galop de l'arrestation Sautez dessus ! sautez dessus ! idem.
14. e. Rondo des maris… ré Conduisez-le, bons courtisans idem.
15. Duo des bijoux Monsieur le marchand
16. Couplet Aie donc confiance
17. Le Couvert du roi, chœur Son Altesse, à l'heure ordinaire
17 bis. Entrée des chanteurs
18. Séguedille : « Le Chanteur et la Chanteuse » Un roi se promenant, trouva certaine femme

Acte IIIModifier

Premier tableauModifier

Entr'acte
15. Couplets-Boléro Les maris courbaient la tête
16. Air On me proposait d'être infâme
16 bis. Mélodrame
17. a. Duo Dans ces couloirs obcurs
17. b. Couplets de l'Aveu Tu n'es pas beau, tu n'es pas riche
18. Trio du Joli Geôlier Je suis le plus joli geôlier
19. Trio de la prison Roi pas plus haut qu'une botte
19 bis. Mélodrame
20. Finale Je t'adore si je suis folle

Deuxième tableauModifier

Entr'acte
21. a. Chœur des Patrouilles En avant, en avant ! soldats
21. b. Ariette-Valse des Trois Cousines Pauvres gens, où sont-ils ?
21. c. Ensemble Les bandits sont partis
21 bis. Mélodrame
22. Complainte des amoureux Écoutez, peupl' d'Amérique
19. Final Tous deux au temps de peine 23. Finale Tous deux au temps de peine

Analyse de la version de 1868Modifier

La version de 1868 compte 19 numéros, dont 4 disparaîtront dans la nouvelle version.

L'acte I est identique à la seconde version, bien que la Séguedille (n°5 « Le Muletier et La Jeune Personne ») soit mentionnée alors comme « passée au théâtre » (non jouée). La première partie de l'acte II, inchangée, constitue le deuxième acte de la version de 1874. Elle s'achève sur le n°14, l'ensemble des « Maris récalcitrants » (qui devient ainsi un finale, alors qu'il est le morceau central de l'acte II dans la version de 1868) identique, si ce n'est la ritournelle sur laquelle tombe désormais le rideau.

Le n°15 de la version de 1868 est un duo entre la Périchole et le Vice-Roi, le « Duo des bijoux » et dont le « Ah ! que j'aime les diamants » est un clin d’œil au « Ah ! que j'aime les militaires » de la Grande-duchesse. Le n°16 est une reprise, par la Périchole, de l'air « Les Femmes il n'y a qu'ça » et dans laquelle elle chante à Piquillo qu'il vaut mieux se laisser conduire par sa bien-aimée lorsqu'elle sait où elle va. Le n°17 est un morceau choral, le « Couvert du Roi », durant lequel on sert son dîner à Don Andrès (ce dernier ne mangera rien par peur qu'on l'empoisonne)[51]. Le n°18 est une reprise intégrale de la séguedille du premier acte mais avec de nouvelles paroles résumant la pièce. Don Andrès pardonne, autorise la Périchole à garder ses diamants et le Final (n°19) reste inchangé par rapport au finale de l'acte III actuel, à savoir une reprise de « l'Espagnol et la jeune Indienne » avec de nouvelles paroles.

Citations et empruntsModifier

  • Dans le N° 7, les librettistes mettent dans la lettre que la Périchole adresse à Piquillo au premier acte la teneur de celle que Manon Lescaut, dans le roman homonyme de l'abbé Prévost, laisse à son amant, le chevalier des Grieux :
Crois-tu qu’on puisse être bien tendre, / Alors que l’on manque de pain ? (…)
Et j’aurais rendu, quelque jour, / Le dernier soupir, ma chère âme, / Croyant en pousser un d’amour… (…)
Je t’adore !… Si je suis folle, / C’est de toi !… compte là-dessus…
La Périchole, acte I, scène IX
Crois-tu qu’on puisse être bien tendre lorsqu’on manque de pain ? (…)
je rendrais quelque jour le dernier soupir, en croyant en pousser un d’amour.
Je t’adore, compte là-dessus
Manon Lescaut, livre premier
  • Au N° 12, avec « Quel marché de bassesse ! / C’est trop fort, sur ma foi, / D’épouser la maîtresse, / La maîtresse du roi ! », Jacques Offenbach cite le texte et la musique du N° 13 de La Favorite de Gaetano Donizetti créé à Paris en 1840.
  • Dans le N° 14, avec le couplet « Dans son palais ton roi t’appelle, / Pour te couvrir de honte et d’or ! / Son amour te rendra plus belle, / Plus belle et plus infâme encor ! », les librettistes citent cette fois le N° 17 de La Favorite de Gaetano Donizetti.

Reprises notablesModifier

En 1969, la pièce obtient un vif succès plusieurs mois durant, avec Jane Rhodes, Jane Berbié puis Suzy Delair dans le rôle-titre et Jean Le Poulain dans celui du Vice-roi au théâtre de Paris.

Plus récemment, Jérôme Savary s'en est emparé à plusieurs reprises, d'abord sous sa forme traditionnelle, puis adaptée en comédie musicale en 1999 au Théâtre national de Chaillot et en 2000 au Théâtre national de l'Opéra-Comique où elle fut reprise fin janvier 2007.

DiscographieModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Ludovic Halévy ne sera pas crédité comme librettiste pour Vert-Vert.
  2. Dans sa biographie Offenbach, en page 374, Jean-Claude Yon parle d’une « dernière et soixante-treizième représentation (…) le 10 janvier 1869 » alors que dans le programme du Figaro, la dernière apparaît le 28 décembre.

RéférencesModifier

  1. Jacques Offenbach, Correspondance avec Meilhac et Halévy, Séguier, p. 128.
  2. Jacques Offenbach, Correspondance avec Meilhac et Halévy, Séguier, p. 126.
  3. Jacques Offenbach, Correspondance avec Meilhac et Halévy, Séguier, p. 140.
  4. a b c d et e Revue et gazette musicale de Paris, 11 octobre 1868
  5. a et b Le Ménestrel, dimanche 11 octobre 1868.
  6. Revue et gazette musicale de Paris, 5 juillet 1868
  7. Revue et gazette musicale de Paris, 9 août 1868.
  8. Revue et gazette musicale de Paris, 23 août 1868.
  9. Revue et gazette musicale de Paris, 30 août 1868.
  10. Jacques Offenbach, correspondance avec Meilhac et Halévy, Séguier, p. 133.
  11. Le Figaro, vendredi 25 septembre 1868.
  12. Revue et gazette musicale de Paris, 27 septembre 1868.
  13. Revue et gazette musicale de Paris, 4 octobre 1868.
  14. Le Figaro, mercredi 14 octobre 1868.
  15. Revue et gazette musicale de Paris, 18 octobre 1868.
  16. a et b Jean-Claude Yon, Offenbach, Gallimard, , p.374.
  17. a et b La Périchole, opéra-bouffe en 2 actes, partition chant et piano arrangée par Léon Roques, Édition G. Brandus et S. Dufour, Paris.
  18. La Périchole, opéra-bouffe en 3 actes in Théâtre de Meilhac et Halévy, Calmann-Lévy, 1900.
  19. Le Figaro, vendredi 16 octobre 1868.
  20. Le Figaro, mercredi 21 octobre 1868
  21. a et b Revue et gazette musicale de Paris, 29 novembre 1868.
  22. Revue et gazette musicale de Paris, 25 octobre 1868
  23. a et b Revue et gazette musicale de Paris, 1er novembre 1868.
  24. Revue et gazette musicale de Paris, 3 mai 1874.
  25. a et b Revue et gazette musicale de Paris, 22 novembre 1868.
  26. Revue et gazette musicale de Paris, 10 janvier 1869.
  27. Le Figaro, 28 décembre 1868
  28. Le Figaro, 29 décembre 1868.
  29. Revue et gazette musicale de Paris, 3 janvier 1869.
  30. Revue et gazette musicale de Paris, 7 février 1869.
  31. Revue et gazette musicale de Paris, 6 décembre 1868.
  32. Le Figaro, mardi 4 janvier 1870.
  33. Le Figaro, lundi 22 janvier 1872.
  34. Le Figaro, samedi 6 juillet 1872.
  35. Le Figaro, dimanche 7 février 1869.
  36. Revue et gazette musicale de Paris, 7 février 1869.
  37. Le Figaro, mardi 2, mercredi 3 avril 1872.
  38. Le Figaro, vendredi 3 avril 1874.
  39. Le Figaro, samedi 25 avril 1874.
  40. Le Figaro, dimanche 26 avril 1874.
  41. Le Figaro, 27 avril 1873.
  42. Le Figaro, 16 juin 1873.
  43. Le Figaro, 17 juin 1873.
  44. Le Figaro, mardi 28 avril 1874.
  45. Carnets du 13 avril 1874 reproduits dans la Revue des Deux Mondes, livraison du 15 février 1937, p. 818 in Yon 2000, p. 488.
  46. Revue et gazette musicale de Paris, 3 mai 1874.
  47. Le Figaro, jeudi 28 mai 1874.
  48. Le Gaulois, 4 juin 1874.
  49. Yon 2000, p. 489.
  50. La Périchole, opéra-bouffe en 3 actes, partition chant et piano arrangée par Léon Roques, Édition Brandus et Cie, Paris.
  51. Inséré de façon tronquée par Michel Plasson pour son enregistrement chez EMI Classics avant le final de l'acte II ; on peut l'entendre en intégralité - tout comme les autres numéros de la version de 1868 - dans l'enregistrement du concert au Théâtre impérial de Compiègne chez Mandala.

Voir aussiModifier