La Neuville-Sire-Bernard

commune française du département de la Somme

La Neuville-Sire-Bernard
La Neuville-Sire-Bernard
L'Avre à l'entrée du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes Avre-Luce-Noye
Maire
Mandat
Jacques Bertrand
2014-2020
Code postal 80110
Code commune 80595
Démographie
Population
municipale
285 hab. (2017 en augmentation de 3,26 % par rapport à 2012)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 33″ nord, 2° 30′ 57″ est
Altitude Min. 37 m
Max. 104 m
Superficie 4,18 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
La Neuville-Sire-Bernard
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
La Neuville-Sire-Bernard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Neuville-Sire-Bernard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Neuville-Sire-Bernard
Liens
Site web http://mairie.neuville-sire-bernard.pagesperso-orange.fr/

La Neuville-Sire-Bernard est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

GéographieModifier

Village picard de la Haute-Somme situé dans la vallée de l'Avre, à 4 km au sud de Moreuil et 12 km au nord de Montdidier.

Il est aisément accessible par l'ancien itinéraire de la route nationale 35 (actuelle RD 935) reliant Compiègne à Amiens et Abbeville.

Le sentier de grande randonnée 123 passe dans la commune.

Hameaux et écartsModifier

La commune est constituée de trois hameaux :

  • le chef-lieu, la Neuville ;
  • Quiry-le-Vert ;
  • une partie importante de Saint-Aubin-en-Harponval, abandonné en 1715, à la suite d'un vaste incendie qui le réduisit en cendres, et où il ne restait plus que l'église. Ce vestige d'un ancien monastère fort important fut démoli ensuite[1].

LocalisationModifier

  Moreuil Le Plessier-Rozainvillers  
N
O    La Neuville-Sire-Bernard    E
S
Braches Contoire

HydrographieModifier

La commune est limitée à l'ouest par l'Avre, principal affluent gauche de la Somme.

ToponymieModifier

Thierry, évêque d'Amiens[Passage problématique] en 1346, écrit la forme latinisée de Novavilla dans Gall. Christiana. Dans un pouillé, Neuville est relevé dès 1301. En 1513, les coutumes de la châtellenie de Moreuil mentionnent Neuville messire Bernard, confirmé en 1567 par Neufville-Messire-Bernard dans les coutumes de Montdidier. G. Delisle cite La Neuville-sire-Bernard en 1733[2].

La seigneurie relevait de l'abbaye de Corbie et fut vendue en 1229 à Bernard IV de Moreuil, à qui elle doit son nom de Sire Bernard. Bernard IV de Moreuil était maréchal de France, et se distingua aux côtés du roi Louis IX (Saint-Louis) à la bataille de Saintes, lors de la guerre de Saintonge[1].

Durant la Révolution française, la commune porte le nom de La Neuville-le-Vert[3].

HistoireModifier

En 1851, on découvre un cimetière mérovingien au lieu-dit la Capelle. Les artéfacts sont déposés au musée de Picardie à Amiens[4].

Au cours de la Révolution française, la commune s'est appelée La Neuville-le-Vert, et a repris son nom actuel en 1793.

Première Guerre mondiale

Jusqu'au début de 1918, le village est à l'arrière du front[5] et accueille un hôpital d'évacuation de l'armée française (ambulance 1/9[6]), ainsi qu'un parc d’artillerie[7],[8],[9].

Il se trouve dans la zone des combats de l'offensive du Printemps de 1918. La commune fut libérée le

« A 8 heures, deux divisions contournent le bois de Moreuil par le nord-est et par le sud-ouest. Sur l'Avre, une autre division s'empare de Morisel, tandis qu'au sud de Moreuil un bataillon traverse la rivière. Ainsi Moreuil, tourné par le nord et par le sud, tombe ; au sud de Moreuil, deux nouvelles divisions s'engagent alors, forcent le passage de l'Avre à hauteur de Braches et ouvrent la voie aux unités qui auront à mener la lutte sur les plateaux. En fin de journée, les troupes françaises, progressant de 8 kilomètres environ, ont atteint la ligne Braches, la Neuville-Sire-Bernard, donnant la main aux Britanniques aux environs de Mézières. »

À la fin du conflit, le village, considéré comme totalement détruit[10], a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le [11].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montdidier du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 2012 de la quatrième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Moreuil[3], qui a été modifié et agrandi dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France.

IntercommunalitéModifier

La commune était membre de la communauté de communes du canton de Moreuil, créée par un arrêté préfectoral du et renommée communauté de communes Avre Luce Moreuil (CCALM) par arrêté préfectoral du .

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) prévoyant la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département.

Après des hypothèses de regroupement des communautés de communes du Grand Roye (CCGR), du canton de Montdidier (CCCM), du Santerre et d’Avre, Luce et Moreuil[12], la préfète dévoile en son projet qui prévoit la « des communautés de communes d’Avre Luce Moreuil et du Val de Noye », le nouvel ensemble de 22 440 habitants regroupant 49 communes[13],[14]. À la suite de l'avis favorable des intercommunalités[15] et de la commission départementale de coopération intercommunale en [16] puis des conseils municipaux et communautaires concernés, la fusion est établie par un arrêté préfectoral du [17], qui prend effet le .

La commune est donc désormais membre de la communauté de communes Avre Luce Noye (CCALN).

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[18]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 24 juin 2015)
Jacques Bertrand   Réélu pour le mandat 2014-2020[19],[20]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[22].

En 2017, la commune comptait 285 habitants[Note 1], en augmentation de 3,26 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
249217241222258247301290284
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
283292315302294273253232208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1821811658310596928694
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
105123119157219267271271276
2017 - - - - - - - -
285--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[23].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Vallée de l'Avre.
  • Église de l'Assomption-de-la-Sainte-Vierge[24].
  • Chapelle dédiée à la Vierge. Bâtie à un endroit où on a découvert un cimetière mérovingien[4].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a et b James Virth, « Page d'histoire locale » (consulté le 27 août 2017).
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 2, p. 108, lire en ligne sur le site des Archives départementales de la Somme, Amiens , vue 57/267.
  3. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 224 (ASIN B000WR15W8).
  5. Section photographique de l'armée, « Photo : La Neuville-Sire-Bernard (près). Boucherie militaire », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 11, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 août 2017).
  6. « Localisation des formations sanitaires de la zone des armées (1914-1918) », sur http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com, (consulté le 27 août 2017).
  7. « La Somme et la Grande Guerre dans les collections photographiques et cinématographiques de l’ECPAD (1915-1919) » [PDF], La Somme dans les collections de l'ECPAD, sur http://centenaire.org (consulté le 27 août 2017).
  8. « Photo d’Édouard Brissy : Chargement sur camion d'un canon 155 Saint-Chamond à La Neuville-Sire-Bernard (mars 1917) », notice no APD0003507, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  9. « Photo d’Édouard Brissy : Visite de la Mission russe : parc d'équipage du GAN (groupe d'armée du Nord) ouvriers tourneurs (27 février 1917) », notice no APD0003425, base Mémoire, ministère français de la Culture.
  10. Carte spéciale des régions dévastées,document mentionné en liens externes, 1920.
  11. Journal officiel du 6 novembre 1920, p. 17584.
  12. Cécile Latinovic, « HAUTE-SOMME Moreuil exclue des projets de fusions intercommunaux? », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  13. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  14. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  15. Carlos Da Silva, « Intercommunalité - Moreuil accepte l’idée de fusionner avec le Val de Noye, mais veut voir plus grand : Les élus de la CCALM (Communauté de communes Avre, Luce et Moreuil) ont validé le projet de fusion avec Ailly-sur-Noye, mais veulent aussi étudier l’idée d’un rapprochement plus élargi, avec notamment Montdidier et Roye », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  16. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  17. « Arrêté préfectoral du 22 décembre 2016 portant création de la communauté de communes Avre Luce Noye issue de la fusion de la communauté de communes Avre Luce Moreuil et de la communauté de communes du Val de Noye à compter du  » [PDF], Préfecture de la Somme (consulté le 15 août 2017).
  18. « Les maires de Neuville-Sire-Bernard (La) », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 août 2017).
  19. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 14 août 2008)
  20. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  21. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  24. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église de la Neuville-Sire-Bernard, d'après nature, 14 juin 1876 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 27 août 2017).