La Lune de Jupiter

film de Kornél Mundruczó, sorti en 2017

La Lune de Jupiter (Jupiter holdja) est un film dramatique fantastique franco-germano-hongrois écrit et réalisé par Kornél Mundruczó, sorti en 2017. Il a été sélectionné au festival de Cannes 2017.

La Lune de Jupiter

Titre original Jupiter holdja
Réalisation Kornél Mundruczó
Scénario Kornél Mundruczó
Kata Wéber
Acteurs principaux
Sociétés de production KNM
Match Factory Productions
Proton Cinema
Pyramide Films
ZDF/Arte
Pays de production Drapeau de la Hongrie Hongrie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la France France
Genre Drame fantastique
Durée 123 minutes
Sortie 2017

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Il remporte le Grand Prix Nouveau Genre à L'Étrange Festival 2017[1], et le prix du meilleur film au Festival de Sitges 2017[2].

Synopsis modifier

En pleine immigration illégale en Hongrie, le jeune homme Aryan Dashni (Zsombor Jéger), avec un groupe de réfugiés, tente de franchir la frontière mais la police intervient et il se fait tirer dessus par László (György Cserhalmi), le chef-policier chargé de la répression de l'immigration. Malgré les trois balles qu'il reçoit dans le tronc, il se découvre vivant et capable de léviter. Le docteur Stern (Merab Ninidze) arrive dans le camp de réfugiés pour soigner Aryan : il n’en croit pas ses yeux au moment où le jeune montre sa capacité de lévitation. László, qui veut étouffer son utilisation d'une arme à feu sur Aryan, intimide Stern qui se livre de son côté à un trafic avec les réfugiés, mais Stern se rebiffe et donne sa démission. Sterne et Aryan s'enfuient du camp, car le docteur a une idée en tête : miser sur un monde où les miracles s'achètent…

Fiche technique modifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution modifier

Accueil modifier

Festival et sorties modifier

Le film est sélectionné et présenté le au festival de Cannes) en France. En Hongrie, il sort le . En France, le .

Critique modifier

La Lune de Jupiter
Score cumulé
SiteNote
Metacritic 56/100
Rotten Tomatoes 49%
AlloCiné  
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Télérama  
Le Journal de Dimanche  
Le Monde  
Cahiers du cinéma  

En France, l'accueil critique est tiède : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 2,7/5, et des critiques spectateurs à 3,2/5[3].

Pour Samuel Douhaire de Télérama, « Tant de virtuosité pourrait être insupportable si elle n'était que de l’épate. Mais dans cette fresque sociale entre thriller et fantastique, la mise en scène sert constamment le propos. Les travellings rageurs de Mundruczó témoignent de sa colère face à la précarité des migrants, les violences et l’exploitation dont ils sont victimes. Mais quand la caméra accompagne en douceur les lévitations d'Aryan dans le ciel de Hongrie, c’est l'espoir du cinéaste qui s'exprime. [...] Il faut saluer le courage politique de Kornél Mundruczó, artiste en résistance dans un pays dirigé par le gouvernement le plus xénophobe, le plus réactionnaire d'Europe. Car son grand film aux allures de prophétie l’affirme avec force : l'avenir du Vieux Continent, sa chance, et peut-être même son salut, viendront des migrants. »[4].

Pour Jean-François Rauger du Monde, « cette symbolique lourdaude apparaît d'autant plus vaine et confuse qu'elle est portée par une réelle virtuosité de mise en scène à base de plans séquences spectaculaires. Une virtuosité provoquant l'indigestion d'un spectateur assommé par ce mélange de brio technique et de maladresse allégorique. »[5].

Pour Didier Péron de Libération, « Il est difficile de comprendre comment un truc aussi objectivement insalubre finit accroché aux avant-postes de la compétition, sauf à imaginer une vague envie de susciter la polémique ou l'énervement. [...] Cette fois, ce sont les migrants qui font les frais d'un traitement cinématographique de choc dans cet incroyable navet mal écrit, mal joué, éclairé avec les filtres jaunes ou verdâtres. Le chef op est pris de bouffées délirantes et tripote comme un perdu le joystick de pilotage du drone qu'il a reçu à son Noël. Il faut avouer qu'il s'applique à illustrer le cruel manque de discernement de la scénariste. [...] N'ayant rien à dire de quelque peu articulé sur l'époque, sinon que nous galopons tous en direction de l'apocalypse, Mundruczó est bien décidé à épater la galerie en faisant vrombir la grosse cylindrée d'effets de manche techniques qui pourraient lui valoir rapidement un accessit à Hollywood pour le prochain Fast and Furious. »[6].

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. Diane Lestage, « La Lune de Jupiter décroche le Grand Prix de L'Étrange festival », sur Le Figaro, (consulté le ).
  2. Diane Lestage, « ‘Jupiter’s Moon’ Tops Spain’s Sitges Festival », sur Variety, (consulté le ).
  3. « La Lune de Jupiter », sur Allociné (consulté le ).
  4. Samuel Douhaire, « La Lune de Jupiter », sur Télérama, (consulté le )
  5. Jean-François Rauger, « « La Lune de Jupiter » : une symbolique lourdaude pour images virtuoses », sur Le Monde, (consulté le )
  6. Didier Péron, « «Jupiter’s Moon» : migrant volant et navet spécial », sur Libération, (consulté le )

Annexes modifier

Bibliographie modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :