La Gaillarde

commune française du département de la Seine-Maritime

La Gaillarde
La Gaillarde
Mairie-école de La Gaillarde.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes de la Côte d'Albâtre
Maire
Mandat
Jérôme Lheureux
2020-2026
Code postal 76740
Code commune 76294
Démographie
Gentilé Gaillardais, Gaillardaises
Population
municipale
386 hab. (2017 en diminution de 1,28 % par rapport à 2012)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 11″ nord, 0° 51′ 39″ est
Altitude Min. 24 m
Max. 87 m
Superficie 7,78 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Valery-en-Caux
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
La Gaillarde
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
La Gaillarde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Gaillarde
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Gaillarde

La Gaillarde est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

GéographieModifier

La commune est traversée par le Dun.

Communes limitrophes de La Gaillarde
La Chapelle-sur-Dun Saint-Pierre-le-Vieux
  Luneray
Saint-Pierre-le-Viger Gruchet-Saint-Siméon

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme La Gaillarde entre 1130 et 1165[1].

  • La Gaillarde dériverait du celtique galia, qui signifiait « force ». Ce nom aurait été donné au Dun pour le décrire. En effet, le Dun, au Moyen Âge n’était pas encore canalisé et son cours d’eau était nettement plus vigoureux qu’aujourd’hui.

HistoireModifier

L'abbé Cochet parle d’anciens puits rebouchés dans la plaine, où des trésors seraient cachés, mais aussi de légende de fées ou de dames blanches dansant des rondes. Toutefois, ce type de légende est très courant en Normandie, et en particulier dans le pays de Caux. Presque toute la région était entre les mains des moines de la Sainte-Trinité de Fécamp. A la Gaillarde même, l’abbaye de Fécamp possédait de nombreux terrains. En l’an 1105, le pape Pascal II (1099-1118), rédige une bulle dans laquelle il fait don de la paroisse du village à l’abbaye bénédictine ; il lui confirme aussi toutes ses donations, biens et privilèges. Ceci aurait été voulu par les ducs de Normandie, en l’occurrence, en 1105, Robert Courteheuse (1052-1134), le fils aîné de Guillaume le Conquérant, qui fut duc de Normandie de 1087 à 1106. Les moines possédaient aussi de nombreuses terres sur lesquelles travaillaient des serfs ; ils disposaient aussi d’un moulin banal, utilisé par les paysans des alentours. L’abbé Cochet évoque aussi une carrière de grès mais que les moines n’auraient exploitée qu’à partir du XVe siècle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1995 ? Marie-Bernard Ducroix PS Conseiller général du canton de Fontaine-le-Dun (1979-1985, 1992-2004)
mars 2001 En cours
(au avril 2014)
Jérôme Lheureux UMP puis UDI  

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2017, la commune comptait 386 habitants[Note 1], en diminution de 1,28 % par rapport à 2012 (Seine-Maritime : +0,04 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1831 1836 1841 1846 1851 1856
8468138359079489871 006988973
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
909888872842711693659628647
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
617613534504490502506510574
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
519462378420415426427391386
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Chapelle Sainte-Marguerite : chapelle romane datant de la fin du XIe siècle restaurée dans les années 1990 et classée « monument historique ».
  • Église Notre-Dame : son plan est en croix latine ; la nef a deux bas côtés. De l'église du début du XIIIe siècle, il ne reste aujourd'hui que la partie occidentale. La nef et le clocher sont en effet reconstruits durant le premier quart du XVIe siècle. Dans les années 1637 et 1639, les travaux reprennent : les baies sud de la nef sont refaites et une flèche est élevée. Le chœur est reconstruit en 1661. Avant la Révolution de 1789, l'église était sous le patronage de l'abbaye de Fécamp. Au XIXe siècle vont avoir lieu quelques réfections au bras sud du transept (1879), et on construit la sacristie. Les matériaux de construction sont nombreux et différents suivant l'époque : on y trouve du tuf, du grès, du calcaire, du silex, et même de la brique.
  • Deux belles croix en grès dans le cimetière : l'une a sa base qui est datée de 1520 ; le fût et le croisillon ont été refaits en 1604. Elle représente un christ en croix et une vierge à l'enfant ; on peut aussi remarquer des armoiries que l'on n'a pas encore identifiées. L'autre croix date du XVIe siècle : elle représente aussi un christ en croix, une vierge à l'enfant, et des armoiries non identifiées avec les deux larrons.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. François de Beaurepaire - 1979 - Les noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime - Page 82.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.