Ouvrir le menu principal

La Folle Journée de Ferris Bueller

film sorti en 1986
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferris.
La Folle Journée de Ferris Bueller
Description de cette image, également commentée ci-après
Matthew Broderick, lors de la promotion du film en Suède.

Titre original Ferris Bueller's Day Off
Réalisation John Hughes
Scénario John Hughes
Acteurs principaux
Sociétés de production Paramount Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie
Durée 102 minutes
Sortie 1986

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Folle Journée de Ferris Bueller (Ferris Bueller's Day Off) est un film américain écrit et réalisé par John Hughes, sorti en 1986.

Il est inscrit en 2014 au National Film Registry pour être conservé à la bibliothèque du Congrès.

SynopsisModifier

Ferris Bueller, un adolescent populaire et charmeur mais aussi cancre invétéré, vivant dans la banlieue aisée de Chicago, décide un beau matin de se prendre une journée de congé. Peu d'obstacles lui résistent lorsqu'il a une idée en tête. Se faisant passer pour malade, il sèche les cours et débauche pour la journée son meilleur ami Cameron — un jeune homme hypocondriaque et défaitiste — ainsi que Sloane, sa petite amie.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

 
La Ben Rose House
 
La maison utilisée de la famille Bueller, située dans le quartier de Los Cerritos à Long Beach

Genèse et développementModifier

Distribution des rôlesModifier

TournageModifier

Le tournage se déroule de septembre à novembre 1985. Il a lieu dans l'Illinois, notamment à Chicago (Downtown, le Wrigley Field à Lakeview, Lake Shore Drive, The Loop, Art Institute, Chicago Board of Trade, Chicago Mercantile Exchange, Gold Coast), ainsi qu'à Northbrook, Lake Forest, Des Plaines, Glencoe, Winnetka. La maison utilisée pour la demeure du père Cameron est la Ben Rose House située à Highland Park. Quelques scènes sont tournées en Californie, notamment à Long Beach ou encore Los Angeles[1].

Bande originaleModifier

Le film contient de nombreuses chansons non originales, en plus des compositions originales d'Ira Newborn. Initialement, aucun album de la bande originale n'est à l'époque commercialisé car John Hughes pense que tous les morceaux ne peuvent former un album cohérent[2]. Cependant, il révèlera en interview avoir envoyé 100 000 singles 45 tours contenant deux titres issus du film à certains fans[3]. En septembre 2016, La-La Land Records commercialise un album, en édition limitée à 5 000 exemplaires. Cette bande originale contient les chansons new wave et pop ainsi que toutes les compositions originales d'Ira Newborn[4]. Cependant, pour des raisons de droits, certaines chansons ne sont pas présentes (Twist and Shout, Taking The Day Off et March of the Swivelheads[5].

Listes des morceaux entendus dans le film[6]

AccueilModifier

CritiqueModifier

Box-officeModifier

Le film sort dans 1 330 salles aux États-Unis et enregistré 6 275 647 $ de recettes pour son premier week-end d'exploitation, ce qui en fait le 2e meilleure démarrage cette semaine. Aux États-Unis, le film dépasse les 70 millions de dollars au box-office[7]. Il est le 10e meilleur film au box-office 1986 au Canada et aux États-Unis[8]. En France, le film enregistre 265 757 entrées[9].

DistinctionsModifier

CommentairesModifier

AnalyseModifier

Après Sixteen Candles (1984), Une créature de rêve (1985), The Breakfast Club (1985) et Rose bonbon (1986), c'est le cinquième film que John Hughes consacre à un nouveau regard sur l'adolescence, ouvrant la porte à un nouveau genre cinématographique. Outre son scénario, le film séduisit par l'impertinence de son ton et par son traitement, le personnage incarné par Matthew Broderick brisant souvent le quatrième mur.

Clins d’œilModifier

Au moment où le gardien de parking emprunte la Ferrari 250 GT California Spyder du père de Cameron en roulant à toute vitesse, on peut entendre le générique de la saga Star Wars.

Les plaques d'immatriculations des véhicules du film font références aux précédents films écrits et/ou réalisés par John Hughes : la voiture de Jeannie porte la plaque TBC pour le film The Breakfast Club, celle de Katie est VCTN (pour National Lampoon's Vacation), celle de Tom est MMOM (Mister Mom), celle de Rooney est 4FBDO (La folle journée de Ferris Bueller). L'exception est la plaque de la voiture du père de Cameron qui est NRVOUS[11],[12].

Postérité et hommagesModifier

Le film est adapté à la télévision en 1990 avec la série télévisée Ferris Bueller (en), avec Charlie Schlatter dans le rôle-titre et Jennifer Aniston dans le rôle de Jeannie. Elle ne connait qu'une seule saison de 13 épisodes. Le film inspirera par ailleurs fortement la série des années 1990, Parker Lewis ne perd jamais.

En 1990, Barbara Bush (alors Première dame des États-Unis) cite le film lors d'un discours au Wellesley College[11].

Le film Deadpool (2016) reproduit la scène post-générique du film, pour annoncer un éventuel Deadpool 2 (« T'es encore là ? »). C'est une des nombreuses références du film. Dans la série Limitless, un épisode de l'unique saison est dédié au film : le personnage principal utilise la même méthode que Ferris Bueller pour faire semblant d'être malade.

En 2008, Ferris Bueller est classé 15e par le magazine Empire parmi les 100 meilleurs personnages de films de l'histoire (The 100 Greatest Movie Characters of All Time)[13]. Le film est inscrit en 2014 au National Film Registry pour être conservé à la bibliothèque du Congrès[14].

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier