La Ferrière (Indre-et-Loire)

commune française du département d'Indre-et-Loire

La Ferrière
La Ferrière (Indre-et-Loire)
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Loches
Intercommunalité Communauté de communes du Castelrenaudais
Maire
Mandat
Marc Leprince
2020-2026
Code postal 37110
Code commune 37106
Démographie
Gentilé Ferrillons
Population
municipale
315 hab. (2018 en augmentation de 4,65 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 45″ nord, 0° 44′ 52″ est
Altitude Min. 118 m
Max. 170 m
Superficie 15,76 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tours
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Château-Renault
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
La Ferrière
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
La Ferrière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferrière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferrière

La Ferrière est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. La Ferrière est une commune du canton de Château-Renault. Elle est située à 31 km au nord de Tours et à 12,5 km à l'ouest du chef-lieu du canton. Elle a été détachée du canton de Neuvy-le-Roi le .

GéographieModifier

Localisation et paysagesModifier

La Ferrière est une commune située dans une remarquable clairière de défrichement, mais qui, à la différence de celle des Hermites, située immédiatement au nord, a vu son évolution bloquée à une date ancienne. Le finage à une forme nettement arrondie, surtout au nord : or les allées et les vieux chemins du bois de La Ferrière (une forêt de 750 ha) conservent un dispositif concentrique, de même que les petits bois au sud du bourg.

La commune est arrosée, dans sa partie centrale, par la haute Dême que la Pommeraie, immédiatement à l'est du bourg, rend pérenne. Cependant, sa vallée s'inscrit dans le plateau à partir de l'ouest de la commune de Monthodon (au sud des Cadines). Le bourg est niché sur les pentes, à l'abri du coteau, immédiatement à l'amont de la confluence avec un petit vallon venu du Nord où se trouvent deux étangs.

Le plateau est élevé puisqu'il atteint 168–169 m près de La Roubinière, tout à fait au sud. Nous sommes ici dans la partie la plus haute de la Gâtine Tourangelle. Le plateau nord atteint quand même 159 m, et on est encore à 154 m aux Brunelleries, à 500 m du bourg.

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique de La Ferrière.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 13,51 km, comprend deux cours d'eau notables, la Dême (3,97 km) et la Glaise (0,674 km), et six petits cours d'eau pour certains temporaires[1],[2].

La Dême, d'une longueur totale de 32,5 km, prend sa source à 160 m d'altitude à Monthodon et se jette dans le Loir à Vouvray-sur-Loir, à 47 m d'altitude, après avoir traversé 9 communes[3]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 2[Note 1] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, tout ouvrage doit être géré, entretenu et équipé selon des règles définies par l'autorité administrative, en concertation avec le propriétaire ou, à défaut, l'exploitant [4]. Sur le plan piscicole, la Dême est classée en première catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de salmonidés (truite, omble chevalier, ombre commun, huchon)[5].

La Glaise, d'une longueur totale de 12,4 km, prend sa source dans le sud du territoire communal aux abords du hameau de la Roulinière et se jette dans la Brenne au Boulay[6]. Ce cours d'eau est classé dans la liste 1[Note 2] au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement sur le Bassin Loire-Bretagne. Du fait de ce classement, aucune autorisation ou concession ne peut être accordée pour la construction de nouveaux ouvrages s'ils constituent un obstacle à la continuité écologique et le renouvellement de la concession ou de l'autorisation des ouvrages existants est subordonné à des prescriptions permettant de maintenir le très bon état écologique des eaux[7]. Sur le plan piscicole, la Glaise est également classée en deuxième catégorie piscicole[5].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

La Ferrière est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tours, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[11],[12].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (50 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (49,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (50 %), terres arables (46,4 %), zones agricoles hétérogènes (2,9 %), prairies (0,6 %)[13].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[14].

ToponymieModifier

La première mention de la commune date de 1040 : Ecclesia de Terraria (charge de Geoffroy, Comte d'Anjou). On trouve ensuite Ferrera en 1070 (cartulaire de Marmoutier). Son nom provient certainement d'un site de métallurgie ancienne (antique ou haut-médiéval ?). Carré de Busserolle et Ranjard rapportent sans précisions qu'on a trouvé « des traces de forges gauloises en divers points » … Le lieu-dit Le Vivier est connu dès le XIe siècle.

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Marcel du Pouget de Nadaillac    
mars 2001 2014 Claudie Chevallier    
mars 2014 En cours Marc Leprince SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[16].

En 2018, la commune comptait 315 habitants[Note 5], en augmentation de 4,65 % par rapport à 2013 (Indre-et-Loire : +1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
507517586517494460489444401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
390366392377381391403392384
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
371370367342363337303326279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
233222194206198214274282296
2017 2018 - - - - - - -
310315-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

EnseignementModifier

La Ferrière se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de St Cyr.

L'école élémentaire accueille les élèves de la commune et les élèves du RPI (Regroupement Pédagogique Intercommunal) de la vallée de la Dême (écoles de Chemillé-sur-Dême, Marray et La Ferrière).

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Nicolas.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Le roi Louis XI (1423-1483) visita cette commune les 12 et [19].
  • Arnould-François-Léopold-Odile-Sigismond du Pouget de Nadaillac (, château de La Ferrière - , Paris) général et homme politique français.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le classement en liste 2 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est attribué aux parties de cours d'eau ou canaux sur lesquels il est nécessaire d'assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs.
  2. Le classement en liste 1 au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement est réservé aux cours d'eau qui sont en très bon état écologique, ou identifiés par les SDAGE des eaux comme jouant le rôle de réservoir biologique nécessaire au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau d'un bassin versant, ou dans lesquels une protection complète des poissons migrateurs est nécessaire.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le ).
  2. « Carte hydrologique de La Ferrière », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le ).
  3. « Fiche Sandre - la Dême », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  4. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 2 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  5. a et b (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Fiche Sandre - la Glaise », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  7. « Arrêté du 10 juillet 2012 portant sur la liste 1 des cours d'eau, tronçons de cours d'eau ou canaux classés au titre de l'article L. 214-17 du code de l'environnement du bassin Loire-Bretagne », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  14. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome XI, p.216-217, Librairie Renouard, Paris 1909

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :