Ouvrir le menu principal

La Femme de Seisaku (film, 1965)

film de Yasuzō Masumura, sorti en 1965
La Femme de Seisaku
Titre original 清作の妻
Seisaku no tsuma
Réalisation Yasuzō Masumura
Scénario Kaneto Shindō
Acteurs principaux
Sociétés de production Daiei
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre drame
Durée 93 minutes
Sortie 1965

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Femme de Seisaku (清作の妻, Seisaku no tsuma?) est un film japonais de Yasuzō Masumura sorti en 1965 et adapté d'une nouvelle de Genjirō Yoshida.

SynopsisModifier

Japon, début du XXe siècle. Pour aider sa famille à sortir de la misère, Okane est devenue la femme d'un riche marchand bien plus âgé qu'elle. À la mort de celui-ci, sur les instances d'Omaki sa mère, elle retourne vivre dans son village natal. Mais les deux femmes ne sont pas acceptées du fait du passé d'Okane.

Lorsque Seisaku, un voisin, rentre de son service militaire, il est accueilli en héros. Il est revenu avec une citation pour son exemplarité et une cloche qu'il a fait fabriquer spécialement. Tous les matins à l'aube, Seisaku réveille le village au son sa cloche du haut d'une colline. À la mort d'Omaki, il est le seul à aider Okane et se charge des funérailles. Bientôt les deux jeunes gens tombent éperdument amoureux. Contre l'avis de sa famille et du village, Seisaku décide d'épouser Okane.

Mais en 1904, le Japon déclare la guerre à la Russie et Seisaku est mobilisé et envoyé au front. Okane vit dans l'angoisse d'apprendre qu'il lui soit arrivé quelque chose. Alors que les combats font rage lors du siège de Port-Arthur, Seisaku revient au village pour une brève permission après avoir été blessé au cours d'une mission suicide à laquelle il s'est porté volontaire. Okane lui crève les yeux plutôt que de le voir repartir à la guerre, vers une mort qu'elle pense certaine.

Okane est arrêtée et condamnée pour son geste à une peine de deux ans de prison. Seisaku passe en conseil de guerre, sa hiérarchie le soupçonne d'avoir prémédité sa mutilation pour ne pas avoir à retourner sur le front. S'il est finalement acquitté, son statut au village passe cependant de celui de héros à celui de paria et de lâche. Lorsqu'Okane revient au village après avoir purgé sa peine, Seisaku accepte de vivre à nouveau avec elle.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du filmModifier

 
Okane (Kumeko Urabe) au bagne dans La Femme de Seisaku de Minoru Murata (1924).

La nouvelle de Genjirō Yoshida a été une première fois adaptée au cinéma en 1924 par Minoru Murata avec Kumeko Urabe dans le rôle d'Okane[3].

Jean-François Rauger écrit du film que le spectateur confronté à l'univers de Yasuzō Masumura est frappé par la virulence et l'absence de mesure employés dans sa description de la société japonaise et des relations entre les individus. Dans La Femme de Seisaku, Okane est doublement rejetée. D'abord en raison de son appartenance à une classe sociale considérée comme inférieure, ensuite parce qu'elle est présumée dénuée de moralité. Et surtout parce que les autres projettent sur elle une jouissance dont ils se sentent exclus[4].

RécompensesModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (ja) La Femme de Seisaku sur la Japanese Movie Database
  2. Les films japonais sortis en France en salle - denkikan.fr
  3. (en) « La Femme de Seisaku (1924) », sur IMDb (consulté le 2 novembre 2017)
  4. Jean-François Rauger, « Le geste libérateur et cruel d'une femme passionnée », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier