Ouvrir le menu principal

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Culotte.

La Culotte est une pièce de théâtre de Jean Anouilh créée au Théâtre de l'Atelier (Paris) le .

Elle fait partie des Pièces farceuses avec Chers zoiseaux (1976), Épisode de la vie d'un auteur (1948) et Le Nombril (1981).

ArgumentModifier

Léon, écrivain et journaliste, membre de l'Académie française, est enchaîné par son épouse en attendant son procès. Il a fait un enfant à la bonne. Toute sa famille le traite en paria et il est forcé chaque jour de faire son autocritique. C'est qu'il y a eu la révolution féministe et les hommes soupçonnés de phallocratie sont punis par l'émasculation. Les autres sont forcés à la soumission.

Cependant, chaque matin, on lui libère la main droite pour qu'il écrive son article pour le Figaro, gagne-pain de la famille.

Dans un procès où son épouse fait tout pour le faire condamner et où son avocat, Lebelluc, lui-même castré par sa propre volonté par ambition, fait une brillante plaidoirie qui déprécie sa virilité, Léon avoue son crime pour prendre la défense de la bonne et de l'amour qu'elle lui a inspiré.

Devant le châtiment qui l'attend, la nouvelle bonne le prend en pitié et facilite son évasion vers la Suisse, pays encore non touché par la révolution. En chemin, les vieilles tendances phallocrates de Léon prennent le dessus et la bonne s'accoquine avec La Ficelle, le valet.

DistributionModifier