Ouvrir le menu principal

La Bolle

village des Vosges (commune de Saint-Dié)
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir La Baule.

La Bolle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Canton Canton de Saint-Dié-des-Vosges-Ouest
Commune Saint-Dié-des-Vosges
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 59″ nord, 6° 54′ 19″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 15.svg
La Bolle

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 15.svg
La Bolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Bolle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Bolle

La Bolle est un quartier-village rural situé au Sud-Ouest de la commune de Saint-Dié-des-Vosges (Canton de Saint-Dié-des-Vosges-Ouest), entre Les Tiges et Les Moîtresses. Il est regroupé avec ceux-ci par l'INSEE pour constituer l'« îlot » Les Moîtresses - Les 3 Scieries - Les Tiges.

GéographieModifier

La Bolle est constituée d'un hameau construit essentiellement autour de la route départementale 420 (Rue d'Épinal) sur une longueur d'environ 1 500 m et dans les rues adjacentes (Chemin du Réservoir, Chemin de Grandrupt) ou parallèles (Chemin du Bihay).

La localité est arrosée par le Taintroué, affluent de la Meurthe.

HistoireModifier

Le massif de La Madeleine accueillait au Moyen Âge une léproserie. La Bolle serait étymologiquement une borne fatale à franchir pour les malades de la communauté forestière.

Durant la Première Guerre mondiale, le 10 septembre 1914, les Allemands incendient une partie de La Bolle[1],[2].

PatrimoineModifier

MonumentsModifier

 
Vue de l'étang et de la chapelle du Bihay

Le calvaire du Bihay a été érigé en 1661 sous Louis XIV. Il a été détruit par un camion de livraison de matériaux de construction en 1980 et est actuellement entreposé au centre technique municipal de Saint-Dié en attendant sa restauration[3].

Une chapelle dédiée à la Vierge Marie en ex-voto à la suite d'une guérison a été édifiée au XVIIIe siècle au bord de l'étang du Bihay, mais faute d'entretien elle s'est fortement dégradée et est sur une propriété non accessible au public.

CuriositésModifier

La glacière du Bihay a été construite dans le dernier quart du XIXe siècle pour entreposer la glace extraite de l'étang du même nom par les pensionnaires de l'orphelinat agricole tenu par des religieux. Elle est remarquable par sa construction voûtée[4].

Démographie et habitatModifier

 
Entrée du lotissement écogéré Écolline

À côté de la forte diminution de la population active agricole, La Bolle accueille différents types d'habitat nouveau, notamment le projet participatif autogéré lancé en 2008 « Écolline »[5] d'habitat groupé pour une dizaine de familles, composé de maisons bioclimatiques basse consommation[6].

Des lotissements traditionnels de maisons familiales ont été développés comme celui de la Goutte Morelle, Rue des Écureuils, tandis que de nombreux bâtiments agricoles ont été transformés.

 
Entrée du groupe scolaire Eugénie-et-Jules-Ferry

ScolarisationModifier

L’école primaire (maternelle et élémentaire) Eugénie-et-Jules-Ferry scolarise les enfants de La Bolle[7]. Elle compte environ 120 élèves : 2 classes de maternelle et 3 classes élémentaires[8].

Maison de quartierModifier

La Maison de quartier de La Bolle se trouve au 18 Chemin de Grandrupt, à côté de l'école[9].

TourismeModifier

 
Les Roches du Bihay (586 m)

Une « Maison familiale », aujourd'hui relais-centre de vacances, affiliée à Cap France[10] a été créée en 1958[11]. Implanté à la lisière de la forêt, le centre propose notamment des activités liées à la pratiques du VTT : elle constitue depuis 2005[12] une base VTT de randonnée de la Fédération française de cyclotourisme[13]. De nombreux itinéraires sont balisés par l'Union cyclotouriste vosgienne selon les normes de la FFCT à laquelle elle est affiliée[12]. Elle a une capacité de 240 lits et dispose en 2016 de plus de 50 chambres de type hôtelier et de 34 gîtes-chalets des Vosges de 2 à 4 personnes[11].

Un hébergement très original est proposé depuis l'été 2013 sous le nom de Cabanes du chêne rouvre : il s'agit de deux cabanes, « Parthénope » et « Gaïa », construites de mélèze, de douglas, de cèdre de Californie et de châtaignier dans un chêne, à côté de la ferme du « Poil de chien »[14].

 
La maison forestière

Une maison forestière de l'Office national des forêts est installée à La Bolle, en orée du massif forestier de La Madeleine. Elle est désormais désaffectée et mise en location.

 
La plaque apposée sur la maison forestière de La Bolle

Le village est un point de départ direct de plusieurs randonnées pédestres d'une part dans le massif de la Madeleine, notamment vers la Chaise du Roi, la Tête de la Biche, les Roches du Bihay, la Fontaine de la Solitude et le Haut Jacques, d'autre part dans le massif du Kemberg, par exemple vers les Roches Saint-Martin. D'autres massifs sont à proximité, comme l'Ormont, au nord de la ville de Saint-Dié-des-Vosges. Le Club vosgien assure le balisage des chemins et sentiers pédestres. L'itinéraire du GR de Pays de la Déodatie, créé avec le soutien de la Fédération française de la randonnée pédestre[15], emprunte une partie de ces chemins, notamment le GR 533, dont un diverticule traverse le village jusqu'à l'Hôtel Club - Cap France[16].

BibliographieModifier

  • Jean Gazin, « Le domaine forestier de Saint-Dié », Bulletin de la SPV, 83e année, 1957, p. 11-25. Carte.

Notes et référencesModifier

  1. Raoul Allier, Les Allemands à Saint Dié : (27 août-10 septembre 1914), Paris, Payot, (lire en ligne)
  2. « La Bataille des Vosges - documents vécus réunis pour l'histoire », En Plein feu, no 4,‎ 1915-1916 (lire en ligne, consulté le 6 août 2016) :

    « SAINT-DIÉ (FAUB. DE LA BÔLLE), Après avoir, le 27 août 1914, annoncé leur arrivée à Saint-Dié par un bombardement copieux, les Allemands firent leur entrée dans la ville en s'abritant derrière des civils qu'ils poussaient en avant »

  3. « La lettre de la Philo, n° 18, Automne 2009 : Calvaires en danger », sur Société philomatique vosgienne,
  4. « La glacière du Bihay mise en valeur », sur Vosges Matin,
  5. « Blog du projet Écolline »,
  6. « Écolline : un projet d'habitat groupé en autoconstruction et en autopromotion », sur Carrefour des psys lorrains,
  7. « Remise de diplômes aux élèves de l’école Eugénie et Jules Ferry par le professeur Valence. », sur saintdieinfo.fr,
  8. « Inauguration du self de l'école Eugénie-et-Jules-Ferry. », sur deodaTV,
  9. Bruno Toussaint, « Réunion publique Quartier de La Bolle, Les Tiges et les Moîtresses »,
  10. Ph.C., « L'esprit “famille” à La Bolle », sur Vosges Matin,
  11. a et b « La Bolle, pour un tourisme social et associatif », sur France Active,
  12. a et b J.J., « Un nouveau tronçon de VTT relie Saint-Dié-des-Vosges à Celles-sur-Plaine »,
  13. « Relais Cap France – La Bolle », sur ffct.org,
  14. « Les Cabanes du Chêne Rouvre vont souffler leur première bougie. », sur saintdieinfo.fr,
  15. « Pays de la Déodatie : rando, vélo, bistrot... », sur Vosges Matin,
  16. Traversée du Massif des Vosges : Topo-guide FFRandonnée 502, FFRandonnée, (ISBN 9782751407567, lire en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier