Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baïonnette.

La Baïonnette
Image illustrative de l’article La Baïonnette
La Baïonnette du 10 février 1917, couverture illustrée par Georges Delaw.

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Presse satirique
Date de fondation 1915
Date du dernier numéro 1920
Ville d’édition Paris

ISSN 1277-9970

La Baïonnette est un hebdomadaire satirique français qui parut de 1915 à 1920.

Sommaire

HistoireModifier

Ce périodique fut créé à l’origine sous le nom de À la baïonnette le 23 janvier 1915 par le caricaturiste Henri Maigrot, dit « Henriot », collaborateur de L'Illustration et père d'Émile Henriot. Au début, Henriot fournit l’essentiel des dessins, durant 24 numéros, jusqu’au 3 juillet. Le prix est de 15 centimes pour 16 pages illustrées au format 31 × 22 cm.

Il tire son nom de la baïonnette et de l'expression « charger à la baïonnette », la charge était d'ailleurs son activité favorite puisque ce périodique, distribué aux poilus, se moquait de la « bêtise » des Allemands, ridiculisant par des caricatures le Kaiser Guillaume II ou le Kronprinz Guillaume de Prusse.

Le magazine changea d'éditeur le 8 juillet 1915 et commença une nouvelle série, puis le mois suivant, à compter du 13 août, s'appela La Baïonnette. « L’Édition française illustrée » se charge de l'impression-vente, le siège parisien est au 8 boulevard des Capucines. Vendu d'abord 20 centimes, le prix passe ensuite à 25 centimes. La maquette, la férocité de certains dessins, ainsi que le choix des dessinateurs, rappellent L'Assiette au beurre.

Le siège passe ensuite au 30, rue de Provence à Paris. Le dernier numéro, le 250, sort le 22 avril 1920.

Ce support participait à la politique de soutien du moral des Français pendant la Première Guerre mondiale.

Caricaturistes principauxModifier

Voir aussiModifier

  • Le Mot, hebdomadaire illustré satirique français (1914-1915).

Liens externesModifier