Léon Hennique

romancier et dramaturge français
Léon Hennique
Description de cette image, également commentée ci-après
Léon Hennique par Nadar vers 1900.
Naissance
Basse-Terre, Guadeloupe
Décès (à 85 ans)
Paris, France
Activité principale
Écrivain
Auteur
Langue d’écriture Français
Mouvement Naturalisme
Genres
Roman, théâtre

Léon Hennique, né à Basse-Terre (Guadeloupe) le et mort à Paris le , est un romancier naturaliste et auteur dramatique français. Il est enterré à Ribemont[1].

BiographieModifier

Fils du général de brigade Privat François Agathon Hennique et frère de Privat Agathon Benjamin Arthur Hennique (1844-1916), capitaine de vaisseau de la Marine nationale et d'Agathon Nicolas Ernest Auguste Hennique (1845-1891), capitaine de l'infanterie de marine, Hubert Florimond Antoine Léon Hennique étudie la peinture mais se consacre après la guerre de 1870 à la littérature. Ami d'Émile Zola, il s'en détache au moment de l'affaire Dreyfus. Vers 1880, il s'installe dans l'actuel musée Condorcet de la ville de Ribemont où il reçoit ses contemporains.

Guy de Maupassant lui a dédié la nouvelle La Rempailleuse.

Exécuteur testamentaire et colégataire avec Alphonse Daudet d'Edmond de Goncourt, il s'occupa activement de la fondation de l'Académie Goncourt, dont il assuma la présidence de 1907 à 1912.

Il contribua, avec L'Affaire du grand 7, aux Soirées de Médan (1880).

Il fut nommé chevalier de la Légion d'honneur en 1895, promu officier en 1908 et commandeur en 1932. À chaque grade, il se fit décorer par un membre de l'Académie Goncourt : par Alphonse Daudet le 27 janvier 1895, par Gustave Geffroy le 5 février 1908, par Pol Neveux le 7 mars 1932.[2]

 
Affiche de Pierrot sceptique,
pantomime par Léon Hennique
et Joris-Karl Huysmans (1881).

Il est le père de la poétesse symboliste Nicolette Hennique.

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • La Dévouée : les héros modernes, Paris, G. Charpentier (1878) Texte en ligne
  • Elisabeth Couronneau, Paris, E. Dentu (1879)
  • Deux nouvelles, Bruxelles, Éditions Henry Kistemaeckers, , 138 p.   (Wikisource) — Contient : Les Funérailles de Francine Cloarec ; Benjamin Rozes.
  • L'Accident de M. Hébert, Paris, G. Charpentier (1884)
  • Pœuf, Paris, Tresse et Stock (1887)
  • Un caractère, Paris, Tresse et Stock, roman spirite (1889) Texte en ligne
  • Minnie Brandon, Paris, Charpentier et Fasquelle (1899)

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi, , 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 14.
  2. Dossier consultable sur la Base leonore (cote LH//1283/20).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier