Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fredericq.
Léon Fredericq
Description de cette image, également commentée ci-après
Léon Fredericq
Naissance
Gand (Belgique)
Décès
Liège (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belgique
Domaines médecin, physiologiste
Institutions créé un Institut de physiologie à Liège

Léon Fredericq, né à Gand le et mort à Liège le , est un médecin et physiologiste belge et aussi aquarelliste. Officier de l'Ordre de Léopold (1907), il est fait Baron en 1931[1].

Sommaire

BiographieModifier

Léon Fredericq est le fils de César Fredericq, médecin et conseiller communal et de Mathilde Huet, directrice d'un pensionnat de jeunes-filles. Orienté de bonne heure vers les sciences, la culture et la politique, il s'inscrit à l'Université de Gand.

En 1871, il y décroche son diplôme de docteur en sciences naturelles. En 1875, celui de docteur en médecine, chirurgie et accouchements. En 1878, il obtient le grade de docteur spécial en sciences physiologiques[1].

De 1875 à 1879, Léon Fredericq effectue plusieurs voyages d'études qui lui permettent de rencontrer de nombreux scientifiques qui s'occupent de créer la physiologie expérimentale :

En 1879, il hérite de la chaire de physiologie de l'Université de Liège laissée vacante par Theodor Schwann. Il s'installe rapidement à Liège (1880) où il épouse Bertha Spring dont les parents sont tous deux professeurs à l'Université de Liège.

De 1885 à 1888, il collabore avec Lambert Noppius à la construction d'un institut de physiologie à Liège (place Delcour), qui possèdera un rayonnement international. En 1904, il est directeur de la classe des sciences à l'Académie royale de Belgique et en 1910, il sera membre titulaire de l'Académie royale de médecine de Belgique[1].

 
Une aquarelle réalisée en 1923 à Biskra[1]

Congrès internationaux de physiologieModifier

AquarellisteModifier

PublicationsModifier

ArticlesModifier

  • « Sur l’hémocyanine, substance nouvelle du sang de poulpe ». Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l'Académie des Sciences, CXXXVII, pp. 996-998 (Lire en ligne)
  • « Sur la physiologie du cœur chez le chien », Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l'Académie des Sciences, XII(12), pp. 661-665 (Lire en ligne)
  • « Recherches sur la respiration et la circulation. III. Exploration du choc du cœur au moyen de la sonde œsophagienne », Archives de Biologie, VII, pp. 229-248 (Lire en ligne)

OuvragesModifier

  • Fonction nouvelle de la salive ; composition saline du sang et des tissus des animaux marins ; influence des variations de la composition centesimale de l’air sur l’intensite des echanges respiratoires. s. l, s. n., s. d. (Lire en ligne)
  • Génération et structure du tissu musculaire: Concours universitaire de 1873-1874, question de médecine, Bruxelles, Th. Lesigne, 1875
  • Recherches sur la constitution du plasma sanguin, Gand, Clemm, 1878
  • Le corps humain : anatomie et physiologie populaires. Bruxelles, A. N Lebègue et Cie, 1884 (Lire en ligne)

SuccessionModifier

Des universitaires liégeois ont créé en 1987 la Fondation Léon Fredericq, devenue en 2005, le Fonds Léon Fredericq [2], avec comme crédo : « donner à l’intelligence et à la créativité des jeunes chercheurs les moyens de servir la connaissance scientifique et le progrès médical ».

L'Université catholique de Louvain décerne le Prix Léon et Henri Fredericq pour la recherche médicale.

Les villes de Schaerbeek et de Liège ont nommé une rue Léon Fredericq.

Article détaillé : Rue Léon Frédéricq.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier