Ouvrir le menu principal

Léon Bouchaud

peintre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouchaud.
Léon Bouchaud
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 51 ans)
NantesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Léon Bouchaud[1], né le 3 juillet 1817 à Nantes, où il est mort le 14 juillet 1868, est un peintre français.

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Léon Bouchaud est issu d'une vieille famille nantaise, dont certaines branches se sont installées à Saint-Domingue (Bouchaud de la Forestrie) et à l'Île Maurice.

Bachelier en droit en 1841, membre de la Garde Nationale en 1842, licencié en droit le 10 mars 1843, on connaît peu de choses des débuts de Léon Bouchaud. Partageant sa vie entre Nantes et Paris, il est membre de l’archiconfrérie de Notre-Dame des victoires en 1841 et contribue à la réédification de l’église Saint Nicolas de Nantes en 1841. Le 19 septembre 1842, Léon entre à l’École des beaux-arts de Paris dans l’atelier de Michel Martin Drolling puis dans celui du peintre orientaliste Prosper Marilhat.

Il accompagne sa mère et son frère Camille aux États-Unis en 1844[2]. Le voyage dure 45 jours pendant lequel Léon Bouchaud aura le temps d’apprendre l’anglais, et de participer à la manœuvre en tant que matelot. On peut suivre escale après escale, le périple des trois personnages d’après les curiosités qu'ils ont apportées - aujourd’hui dispersées dans la famille - ou par des objets souvenirs qu’on souvient avoir vu autrefois : une calebasse gravée (œuvre d’un bagnard) présentant un petit vapeur « souvenir de Saint Laurent du Maroni » en Guyane, un daguerréotype représentant « La Savane » à Fort de France, plusieurs autres vues effectués sur la côte-est des États-Unis : Charleston (Caroline du Sud) et New-York. De son passage au Canada : un canoë indien en écorce de bouleau cousue et un hamac en fibre provenant des tribus Iroquois de la région du Lac-des-deux-montagnes.

De retour en France, il quitte Marseille en mai 1847 pour effectuer « le Tour » en Italie. Étant en juin à Florence, il effectue de nombreuses copies des maîtres italiens et prélève des calques directement sur les fresques. Il y apprend la composition picturale à la suite de quoi il décorera en France la chapelle du Ponceau (Maine-et-Loire).

De nouveau de retour en Italie avec un séjour à Capri en juillet 1850, il y rencontre Henri Harpignies et doit y séjourner plus longtemps que prévu, selon son compagnon de route Alfred de Curzon « attendant de l’argent pour payer son hôte ». Ce dernier le décrivant comme « fort inventif mais peu habile, n’ayant commencé que tard ses études pour la peinture ; très fort sur les procédés de peinture il avait fait une fresque de l’atelier de Brillaurin pour lui montrer sa façon d’opérer ».

En 1851, il est à Rome où il effectue de nombreuses aquarelles de qualité, sous la direction de Jean Alaux. Sur le terrain et devant les mêmes motifs que lui, il rencontre photographes pionniers de l’École Romaine. Il y apprend la technique du calotype avec Frédéric Flachéron.

La même année à Capri, il rencontre Jean-Baptiste Camille Corot avec qui il lie amitié. Il y acquiert des calotypes du photographe italien Giacomo Caneva. Séduit par la nouveauté de ces images, Bouchaud réalise à son tour quelques prises de vue mais est vite découragé par ce procédé chimique trop astreignant.

À Capri, Léon Bouchaud reprend ses pinceaux d’aquarelliste tout en ayant fréquemment recours la chambre claire pour ses mises en page et ses dessins de paysages. Il en sert avec une grande habileté. Cependant, l’appareillage est lent à installer, et le dessin qu’il en tire n’a pas la spontanéité du dessin à main levée. Les amis peintres qui « (l')accompagnent le charrient en faisant remarquer que son appareillage est enfin installé lorsque chacun s’apprête à aller souper ! » Pour approfondir la connaissance de l’italien et régler ses frais d’hébergement, Léon remplace un machiniste dans un théâtre de Capri.

Le 25 novembre 1854, Léon Bouchaud épouse Hermance Le Beuf, originaire des Marches angevines de la Bretagne[3].

Touche à tout, Bouchaud s’intéresse à la mécanique à diverses périodes de sa vie. Peut-être est il l’un des initiateurs de deux améliorations importantes sur la bicyclette, très en vogue jadis dans l'ouest sous le nom de dragonne. En l’occurrence, il invente « une manivelle à pied » qui aide à propulser l’engin, l'ancêtre de la pédale. Puis il préconise l’inclinaison sur la verticale de la fourche qui retient la roue avant, mettant le cycliste à l'abri d’une culbute par-dessus le guidon en cas de freinage brutal.

Le peintre-voyageur poursuit ses recherches inventives en mettant à l’étude un système d’écluse, puis réalise les maquettes de deux bateaux à roues-aubes mues par la vapeur. Plus simplement, il tente enfin de mettre au point un bateau à remonter au vent qui utilise une éolienne transmettant, par un système de pignons coniques et de cardans, son mouvement à une hélice sous-marine. La maquette navigante à double-coques offre cependant une trop grande prise au vent pour être opérationnelle. Elle termine son existence au fond du grand bassin des Tuileries à Paris.

En 1863, Léon Bouchaud séjourne au Croisic avec Corot. Il existe deux toiles répertoriées, dont le logis de Kerbiemze sur la Grand'Place (aujourd’hui Place de Dinan) ainsi qu'un dessin d'une vue de la campagne guérandaise.

Il expose à divers Salons de Paris entre 1846 et 1868[4]. Excellent aquarelliste, le musée des beaux-arts de Nantes conserve de lui un Autoportrait exécuté en 1848.

Membre de l’Association des artistes français en 1867, il s’usa, rapporte-t-on, au travail et meurt le 14 juillet 1868. Il habite alors au no 16 de la rue Jean-Jacques-Rousseau, et est enterré au cimetière Miséricorde à Nantes. Dès son décès, on rapatrie une grande partie de son œuvre au logis de la Bernardière en Saint Herblain, ainsi que les bateaux, les vélocipèdes et de nombreuses aquarelles exécutées en Bretagne, à Florence 1849, à Gêne et Capri 1851, puis à Rome. On y rapporte également les calques et les études prélevées sur les fresques italiennes et le lot des calotypes, tirés sur papiers salés, acquis de ses amis photographes.

GénéalogieModifier

Le 25 novembre 1854, il se marie avec Zélie Hermance Le Beuf. De cette union naissent deux enfants :

  • Marie Bouchaud (1855-1892).
  • Adolphe Eugène Philibert Bouchaud (1857-1954).

Adolphe Bouchaud est le père de dix enfants dont :

BibliographieModifier

  • Louis de Kerjean, « Chronique nécrologique » dans Société historique et archéologique de Nantes et de la Loire-Atlantique, juillet 1868.
  • René Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, 1890.
  • Émile Maillard, Les artistes à Nantes au XIXème siècle, Vier éditeur, 1891.
  • Bulletin du Congrès annuel de l'Association Bretonne, Clisson, 2009.

Œuvres répertoriéesModifier

Dessins et peinturesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Autoportrait, 1848, musée des beaux-arts de Nantes
  • Deux huiles sur toiles, église de la Trinité à Clisson (44)
  • Fresque en la Chapelle du Ponceau (Maine et Loire)
  • Paysage, effet de soir
  • La Joconde, 1846, dessin d’après Léonard de Vinci
  • Présentation de l’enfant Jésus au Temple
  • La Leçon de musique, 1847, dessin, l’enfant à la mandoline est Marie Fleury
  • Portrait de Madame, vers 1847
  • Paysans faisant la récolte de raisins (Capri 1853)
  • La Recluse de la Tour Rolland, 1857, d'après Notre Dame de Paris de Victor Hugo
  • Portrait de Madame X.
  • Le Petit marchand d’œufs, intérieur breton
  • Vue du château de Pornic
  • Les Rochers de Pornic
  • La Mère et l’enfant (Quimperlé)
  • Cabane de bûcherons, 1866, aquarelle
  • Intérieur d’une basse cour (Pornic)
  • Vue de Noirmoutier, 1867, aquarelle
  • Tête de bacchante
  • Paysage à Clisson
  • Logis de Kerbiemze (Le Croisic)
  • L'Hôtel du duc d'Aiguillon (Le Croisic)
  • Souvenir d’Italie, 1868, aquarelle

SculpturesModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Prie-Dieu monumental[Où ?] en chêne, style Louis XIII, orné de peintures, représentant Le miracle des roses de Sainte Elizabeth.

Notes et référencesModifier

  1. Né Léon Prudent Bouchaud.
  2. Trajets et séjours se prolongeront sur deux années.
  3. Son beau-père, Léon Le Beuf, propriétaire terrien à Ancenis, sera à proprement parler le premier photographe de la Bretagne par la technique du daguerréotype en 1839.
  4. En 1846, 1849, 1853, 1857, 1864, 1866 et 1868.

Liens externesModifier