L'Orange de Noël (téléfilm)

L'Orange de Noël
Réalisation Jean-Louis Lorenzi
Scénario Béatrice Rubinstein
Jean-Louis Lorenzi
Michel Peyramaure
Acteurs principaux
Sociétés de production France 2, King Movies, SFP
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie dramatique
Durée 120 minutes
Première diffusion 1996


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Orange de Noël est un téléfilm français réalisé par Jean-Louis Lorenzi[1], et diffusé pour la première fois le sur France 2. Il s'agit de l'adaptation du roman éponyme de Michel Peyramaure[2].

SynopsisModifier

En 1913, en Corrèze, Cécile Brunie (Sophie Aubry), une jeune institutrice, d'origine citadine, arrive dans un petit village où la population pauvre et catholique est très pratiquante. Elle donne ses cours dans l'école communale, donc publique et laïque, que l'abbé Brissard (Paul Le Person) fustige à longueur de sermons, usant un par un les enseignants successifs, car il ne supporte pas la séparation de l'Église et de l'État dans l'enseignement. Rapidement, elle se heurte au qu'en-dira-t-on et au mode de vie rural du début du XXe siècle, à l'aube de la Première Guerre mondiale. Fred (Stéphan Guérin-Tillié), son prétendant, un journaliste anarchiste, déserte l'armée où il devait faire son service militaire et est recherché par les gendarmes. L'institutrice prend sous son aile une de ses élèves, Malvina, qui est considérée comme idiote par sa famille et les habitants, mais qui a un grand potentiel, et la prépare pour le certificat d'études. Le curé, tenace, fini par obtenir sa « vengeance » en faisant une offre au frère de Malvina, Pierre (Jean-Yves Berteloot). Ce dernier, mis au pied du mur par cette promesse de prospérité, va pour refuser, mais sa mère accepte le marché. Malvina se retrouve donc à l'école privée, peu avant le certificat d'études. Pierre et Cécile tombent amoureux alors que la guerre est déclarée et que Pierre est mobilisé.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Autour du téléfilmModifier

Il est tourné en grande partie à Curemonte.

Des suites sont données à ce téléfilm, par son réalisateur, Jean-Louis Lorenzi, où Cécile Brunie (l'institutrice) et d'autres personnages apparaissent à différentes périodes de leurs vies et de l'histoire du XXe siècle :

Notes et référencesModifier

  1. Sophie Bourdais, « L'Orange de Noël », Télérama,‎ , p. 111 (lire en ligne).
  2. Michel Peyramaure, L'Orange de Noël, Paris, Robert Laffont, , 297 p. (ISBN 978-2-221-00847-8).

Liens externesModifier