Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Invaincu (homonymie).

L'Invaincu (Aparajito) est un film indien réalisé par Satyajit Ray, en 1956[1], Lion d'or à Venise en 1957. C'est le second volet de la trilogie d'Apu, adapté de la dernière partie du roman Pather Panchali de l'auteur bengali Bibhutibhushan Bandopadhyay, et de la première partie de sa suite Aparajito. Il est centré sur la vie d'Apu de l'enfance au collège. Kanu Banerjee et Karuna Bannerjee tiennent les rôles principaux.

SynopsisModifier

Le film commence avec l'installation de la famille d'Apu dans un appartement proche des ghâts à Vârânaçî, où Apu se fait rapidement de nouveaux amis. Tandis que Sarbajaaya (la mère d'Apu) reste à la maison, Harihar (son père) travaille comme prêtre. Toutefois, pour Divâlî, Harihar est cloué au lit par la fièvre et Apu est envoyé auprès de lui pour réconforter. Ignorant le conseil de sa femme, il part pour les ghâts le lendemain, chute sur les marches en rentrant à la maison, et meurt quelques jours plus tard.

Comme Harihar n'est désormais plus là pour protéger la famille, Sarbajaaya trouve de l'embauche comme domestique pour avoir un revenu et faire vivre la famille. Sarbajaaya et Apu sont incités par un parent à retourner dans leur village. Une fois qu'ils sont établis dans un village nommé Mansapota, Apu demande à sa mère de payer pour qu'il puisse aller à l'école, où il apprend studieusement.

Petit à petit se dessine la possibilité de faire sa scolarité à Kolkata (anciennement Calcutta). Sarbajaaya, bien qu'impressionnée par ces bons résultats, n'arrive pas à se résoudre à laisser partir son fils. Elle finit par céder, bien qu'avec réticence, et l'aide à préparer son départ. À partir de ce moment, le film devient de plus en plus poignant, à mesure que Ray porte à l'écran un conflit sans fin entre les ambitions d'un jeune homme et une mère aimante.

Après l'école, Apu doit travailler le soir dans une imprimerie pour subvenir à ses besoins. Sarbajaaya est en mal de nouvelles et de visites de son fils, mais ce dernier ne peut aller la voir que rarement, et se sent déplacé à Mansapota. Sarbajaaya tombe sérieusement malade, mais refuse d'avertir Apu. Quand il apprend la vérité, il part aussitôt pour Mansapota, où il arrive trop tard : il est désormais orphelin. Rejetant l'offre d'un parent de rester et de devenir un prêtre brahmane, il décide de repartir à Kolkata, et accomplit les derniers rites pour sa mère là-bas.

AnalyseModifier

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean de Baroncelli, « Aparajito (l'Invaincu) », sur Le Monde,

Liens externesModifier