L'Introuvable

film sorti en 1934
L'Introuvable
Description de l'image Poster - Thin Man, The 02.jpg.

Titre original The Thin Man
Réalisation W. S. Van Dyke
Scénario Albert Hackett
Dashiell Hammett (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Comédie policière
Durée 93 minutes
Sortie 1934

Série The Thin Man

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Introuvable (The Thin Man) est un film américain en noir et blanc réalisé par W. S. Van Dyke, sorti en 1934, et tiré du roman éponyme de Dashiell Hammett.

Bande-annonce

Il s'agit du premier des six volets de films mettant en scène les personnages de Nick et Nora, mari et femme jouant les détectives amateurs, incarnés par William Powell et Myrna Loy.

SynopsisModifier

Clyde Wynant, scientifique distrait et lunatique, part de son lieu de travail pour un temps indéterminé, et refuse de donner sa destination. Sa fille qui lui a annoncé son mariage la veille de son départ, s'inquiète. Elle fait appel à Nick Charles, un détective privé qui avait travaillé pour son père. Mais celui-ci a arrêté son activité depuis que sa femme Nora a hérité des affaires de son père. Il refuse donc l'offre.

Julia Wolf, la maitresse du disparu, est retrouvée assassinée chez elle par Mimi, l'ancienne femme de Clyde. Au même moment, Arthur Nunheim sort de l'immeuble en catimini. Mimi aperçoit la chaîne de montre qui appartient à Clyde serrée dans la main du cadavre. Elle s'en empare avant que la police n'arrive : elle imagine Clyde coupable, et préfère soustraire la preuve. Le lieutenant John Guild est chargé de l'affaire, et ses soupçons se portent sur Clyde. Nick Charles, qui se tient au courant de l'affaire, ne croit pas en sa culpabilité.

Ils se rendent tous les deux chez Arthur Nunheim pour l'interroger, il s'avère qu'il a menti à la police à propos de sa relation avec Julia. Il prend la fuite durant l'entretien et contacte une personne pour obtenir encore plus d'argent en échange de son silence. Arrivé au lieu du rendez-vous, il est assassiné à son tour.

Mimi, mécontente que son amant soit suspecté du meurtre, décide de révéler l'affaire de la chaîne de montre. John Guild considère celle-ci comme une preuve de la culpabilité de Clyde, Nick reste circonspect ; il se rend dans l'atelier de Clyde et y découvre un cadavre enterré depuis deux mois. La police conclut à un troisième meurtre commis par Clyde. Nick assiste à l'autopsie et découvre que c'est le corps de Clyde.

Il organise alors un diner où il convie tous les suspects plus le lieutenant. Au cours du diner, Mimi affirme avoir vu Clyde peu avant. Nick, qui sait qu'il est mort depuis longtemps, la pousse à dénoncer celui qui lui a demandé de mentir. Elle se tourne alors vers l'avocat qui sort un pistolet. Il est maitrisé avant de blesser quelqu'un.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Acteurs non crédités :

AnalyseModifier

  • L'œuvre est émaillée de scènes assez cocasses et plutôt inattendues pour un film qui démarre comme un polar pur et dur. Notamment la scène où le détective, sous le regard médusé de sa femme, étrenne le pistolet-jouet que celle-ci lui a offert pour Noël : tout en adoptant des poses de plus en plus audacieuses, il fait éclater les baudruches accrochées au sapin, puis tout aussi stoïquement, tire... dans le carreau de la fenêtre du salon.
  • Le film restera avant tout un prétexte pour mettre en scène le duo Myrna Loy et William Powell qui formera un couple célèbre à l'écran. Ce sera le premier des quatorze films que les deux acteurs tourneront ensemble.

Cet immense succès au box-office américain donnera suite à cinq autres films de la série Thin Man, interprétés par les deux acteurs :

Autour du filmModifier

  • Tournage du 9 au 27 avril 1934[1].
  • Le film fut tourné en seulement 16 jours grâce à l'efficacité reconnue de W.S. Van Dyke[2].
  • La MGM acheta à Dashiell Hammett les droits d'adaptation du film pour 21 000 dollars[3].
  • Le véritable nom du chien Asta était Skippy.
  • Certains dialogues furent retravaillés à cause de la censure, de même que l'usage de boissons alcoolisées causa des problèmes[5].
  • Louis B. Mayer était réticent à l'idée d'engager Myrna Loy, voyant en elle une actrice davantage orientée vers le drame. Le cinéaste W.S Van Dyke était au contraire convaincu qu'elle était faite pour le rôle. Lors d'une réception dans une villa, il la poussa dans une piscine pour tester sa réaction. La réaction joyeuse de l'actrice le poussa à convaincre Louis B. Mayer de l'engager[6].
 
par ce succès, Myrna Loy était davantage désirée par John Dillinger
  • Futur amant de Myrna Loy, Spencer Tracy dira plus tard avoir voulu jouer avec elle dans une série de comédies policières semblables à ce film[7],[8]. Avec ce film, elle obtint la notoriété et était davantage désirée par le gangster John Dillinger qui avait vu l’œuvre dans la clandestinité et qui était de plus en plus fou amoureux d'elle après l'avoir vue dans le rôle de Nora Charles[9],[10]. Le gangster, qui était en cavale, projetait d'entrer en contact avec elle dans la foulée mais cherché activement par les agents du FBI il dut se réfugier à Chicago, guettant son passage dans la ville. Le gangster sera abattu alors qu'il attendait de pouvoir entamer une liaison avec Myrna Loy[11],[12],[13].
  • Le film engrangea un profit total de 1 423 000 dollars alors que le budget de production était de 226 000 dollars[14].
  • Dans la bande-annonce, William Powell discute avec le détective Philo Vance que l'acteur incarna un an plus tôt.
  • Le film a été adapté en pièce radiophonique au Lux Radio Theatre le 8 juin 1936[15].

Réception critiqueModifier

  • En 2002, le critique Roger Ebert le classa parmi les plus grands films de l'âge d'or d'Hollywood, affirmant que William Powell est au dialogue ce que Fred Astaire est à la danse[16].
  • Le magazine Film Daily écrivit que : "La rapidité des dialogues échangés par Myrna Loy et William Powell est à la perfection. C'est la plus agréable à écouter depuis l'arrivée du parlant"[17].
  • Pour le Chicago Tribune, le film est "excitant, distrayant, servi par des dialogues et des situations ultra-sophistiqués. Loy et Powell sont magnifiques"[18].
  • Harrison Carroll pour [19] : "ce film est l'une des plus brillantes adaptations d'un roman populaire par Hollywood"[20].

Récompenses et distinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. The Thin man Dates de tournage - https://www.imdb.com/title/tt0025878/locations?ref_=tttrv_ql_dt_5
  2. The Thin man - AFI Catalog - https://catalog.afi.com/Catalog/moviedetails/3933
  3. "Obituary: Lillian Hellman, Playwright, Author, and Rebel, Dies at 77". The New York Times. July 1, 1984. Retrieved July 1, 2017.
  4. Another Thin Man at the American Film Institute Catalog - https://catalog.afi.com/Catalog/moviedetails/5102
  5. The Thin Man - IMDB - https://www.imdb.com/title/tt0025878/trivia?ref_=tt_trv_trv
  6. James Kotsilibas-Davis et Myrna Loy, Myrna Loy : being and becoming, New York, Alfred A. Knopf, 1987 p.88-89
  7. Katharine the Great: A Lifetime of SecretsDarwin Porter - 2004. p. 372
  8. The leading men of MGM, Jane Ellen Wayne, éditions First Carroll and Graf editions 2005, page 209
  9. Life 19 mars 1971 - p. 66
  10. Warren G. Harris, Clark Gable, Harmony Books, 2002, p. 106
  11. New York Magazine Company, 2005 - vol.38 p. 68
  12. Investigating Couples: A Critical Analysis of The Thin Man, Tom Soter (2015) - Mc Farland and Company Inc Publishers- p. 19
  13. Murray Pomerance, City That Never Sleeps: New York and the Filmic Imagination, 2007, p. 158
  14. Philip Kiszely (2006). Hollywood Through Private Eyes: The Screen Adaptation of the "hard-boiled" Private Detective Novel in the Studio Era. Peter Lang. pp. 78
  15. "The Thin Man". Lux Radio Theatre. Internet Archive. Retrieved 2015-12-01.
  16. Ebert, Roger. "Great Movies". rogerebert.com. Retrieved July 1, 2017.
  17. "Feature and Short Review". Film Daily. New York: Wid's Films and Film Folk, Inc. May 23, 1934. p. 7.
  18. The Thin Man' Mystery Film with Drinks". Chicago Daily Tribune. May 31, 1934. p. 15.
  19. The Los Angeles Herald-Express
  20. Bryant, Roger (2006). William Powell: The Life and Films. Jefferson, North Carolina: McFarland & Company. pp. 4

Liens externesModifier