Ouvrir le menu principal

L'Hermine (journal)

journal légitimiste nantais
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hermine (homonymie).

L'Hermine
Image illustrative de l’article L'Hermine (journal)

Pays France
Langue français
Périodicité quotidien
Genre Presse politique
Prix au numéro 30 centimes
Date de fondation
Date du dernier numéro
Ville d’édition Nantes

Rédacteur en chef Jacques Crétineau-Joly (1834-1837)
ISSN 2129-1594
OCLC 472414748

L'Hermine, journal de la Bretagne et de la Vendée, est un quotidien légitimiste français publié à Nantes entre 1834 et 1850.

HistoireModifier

Le bandeau de L'Hermine porte un titre, une devise latine (Potius mori quam fœdari, « Plutôt mourir que faillir ») puis, à partir du 4 mars 1839[1], des armoiries faisant explicitement référence à l'ancien duché de Bretagne.

Le premier numéro de L'Hermine paraît le 6 avril 1834. Jacques Crétineau-Joly en est le rédacteur en chef depuis cette date[2] et jusqu'à la fin de l'année 1837[3].

Les propriétaires et directeurs du journal sont des notables légitimistes nantais impliqués dans les dernières guerres de Vendée, le comte Charles Sioc'han de Kersabiec (1797-1854) et le colonel Arthur Duris (1788-1848).

Opposé à Louis-Philippe, le journal subit de nombreuses condamnations au cours de la Monarchie de Juillet[4].

Paraissant initialement cinq fois par semaine, L'Hermine de Nantes devient véritablement quotidienne, à l'exception du dimanche, en 1848[4].

De L'Hermine à L'Espérance du peupleModifier

En novembre 1850, L'Hermine fusionne avec un autre journal légitimiste nantais, L'Étoile du peuple, fondée deux ans plus tôt et dirigée par Émerand de la Rochette (1803-1880), frère du député Ernest de la Rochette[5].

Un peu plus d'un an plus tard, le nouveau journal, codirigé par Kersabiec et Émerand de la Rochette, sera rebaptisé L'Espérance du peuple. Après la mort du comte de Kersabiec, survenue en 1854, M. de la Rochette en conserve la direction jusqu'en 1875[6].

Notes et référencesModifier

  1. L'Hermine, 3 et 4 mars 1839, p. 1.
  2. Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 5e édition, Paris, Hachette, 1880, p. 488.
  3. L'Hermine, 30 novembre 1837, p. 1.
  4. a et b Lemière, p. 229.
  5. L'Hermine, 31 octobre et 6 novembre 1850, p. 1.
  6. Claude Kahn et Jean Landais, Nantes et les Nantais sous le Second Empire, Nantes, Ouest éditions/Université inter-âges, 1992, p. 26.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Edmond Lemière, « Bibliographie des ouvrages et des écrits publiés sur les guerres de la Vendée et sur la Chouannerie » (VII), Société d'émulation des Côtes-d'Armor : bulletins et mémoires, t. LI, Saint-Brieuc, 1913, p. 229.

Liens externesModifier