Ouvrir le menu principal

L'Espion (film, 1952)

film sorti en 1952
L'Espion
Titre original The Thief
Réalisation Russell Rouse
Scénario Clarence Greene
Russell Rouse
Acteurs principaux
Sociétés de production Harry Popkin Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre film d'espionnage
Durée 86 minutes
Sortie 1952

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Espion (The Thief) est un film d'espionnage américain en noir et blanc sur la Guerre froide datant de 1952, dirigé par Russell Rouse avec comme acteur principal Ray Milland. Il s'agit du troisième d'une série de six films noirs classiques écrits par Rouse et son partenaire d'écriture Clarence Greene. La particularité de ce film est de ne compter aucun dialogue.

Sommaire

SynopsisModifier

Ray Milland joue le Dr Allan Fields, un physicien du nucléaire qui travaille pour la commission à l'énergie atomique des États-Unis à Washington. Le Dr Fields est aussi un espion pour une puissance étrangère mystérieuse. Grâce à une série de stratagèmes élaborés, Fields communique les clichés de documents top-secrets à une longue chaîne d'intermédiaires jusqu'à une puissance étrangère visiblement ennemie des États-Unis. À la suite d'un accident de la route, le dernier microfilm envoyé par le docteur tombe entre les mains du FBI.

L'étau se resserre autour de Fields, soupçonné par le FBI. Effrayé et paranoïaque, il se terre dans la chambre d'un hôtel miteux en attendant le coup de téléphone lui donnant les instructions à suivre. Suivant ces instructions, il est filé par un agent du FBI jusqu'à l'observatoire de l'Empire State Building où il est finalement démasqué. Fields et l'agent entament une course-poursuite jusqu'au sommet de l'Empire State Building où Fields provoque la chute de son poursuivant, causant sa mort. Muni d'un faux passeport, il est désormais en mesure de quitter le pays incognito mais il fait volte-face sur la passerelle d'embarquement du navire, rongé par la culpabilité, et finit par se rendre de lui-même au FBI le lendemain.

DistributionModifier

RéceptionModifier

Le film a reçu à sa sortie des critiques mitigées. Qualifié par certains[réf. nécessaire] de film noir efficace, l'absence de dialogue est considérée par d'autres comme un gimmick dont l'effet de surprise s'use assez vite au cours du film. Beaucoup[réf. nécessaire] considèrent justement que le magnétisme du film réside essentiellement dans le suspense autour de l'irruption de la parole.

RécompensesModifier

Année Prix/Catégorie Nominé Résultat
Oscars du cinéma
1953 Meilleure musique Herschel Burke Gilbert Nominé
Golden Globe Awards
1953 Photographie Sam Leavitt Nominé
1953 Meilleur film dramatique Nominé
1953 Meilleur acteur Ray Milland Nominé
1953 Meilleur scénario Clarence Greene, Russell Rouse Nominés
1953 Révélation féminine Rita Gam Nominée

Adaptation en ciné-concertModifier

Une adaptation du film en ciné-concert a été réalisée par le Jérémy Baysse Quintet, sur une nouvelle musique composée pour l'occasion par le guitariste Jérémy Baysse pour un quintet jazz (guitare, basse, batterie, clarinettes, violoncelle).

La bande son originale du film a été remontée pour l'occasion afin de conserver quelques éléments sonores originaux incontournables, comme la sonnerie du téléphone.

Les premières représentations de ce spectacle ont eu lieu sur les scènes nationales de Niort (Moulin du Roc) et Poitiers (TAP) en janvier 2013 et le disque The Thief a été produit à cette occasion.

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier