L'Effaceur (film)

film sorti en 1996
L'Effaceur
Titre original Eraser
Réalisation Chuck Russell
Scénario Tony Puryear
Walon Green
Musique Alan Silvestri
Acteurs principaux
Sociétés de production Kopelson Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre action
Durée 115 minutes
Sortie 1996


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Effaceur (Eraser) est un film d'action américain réalisé par Chuck Russell, sorti en 1996.

SynopsisModifier

John Kruger est un US marshal travaillant dans le programme de protection des témoins. Il est désigné pour protéger la Dr Lee Cullen, qui travaille pour l'entreprise Cyrez, un fabricant d'armes secrètes et fournisseur du département de la Défense des États-Unis. Le travail de Kruger commence lorsque Cullen découvre une preuve d'un trafic d'armes illégal du FBI. Cyrez veut cacher la création d'un canon électrique secret, qui sera vendu au marché noir. Kruger doit alors la protéger en effaçant toutes les traces de son identité et en neutralisant toutes menaces contre elle.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Producteurs délégués : Michael Tadross et Chuck Russell
Producteurs associés : Frank Capra III
Coproducteurs : Stephen Joel Brown et Caroline Pham

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[4] et VoxoFilm[5] ; version québécoise (VQ) sur Doublage qc.ca[6]

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

John Milius participe au film comme script doctor, à la demande d'Arnold Schwarzenegger qu'il a dirigé dans Conan le Barbare (1982). Frank Darabont et William Wisher participent aussi à des réécritures[7].

Le film devait initialement avoir un happy end romantique mais la fin sera changé après des projections test négatives[7].

Distribution des rôlesModifier

Jonathan Pryce a été envisagé pour le rôle de l'US Marshal Robert DeGuerin, finalement attribué à James Caan[7].

Sven-Ole Thorsen, bodybuilder et cascadeur danois et ami d'Arnold Schwarzenegger, apparait dans le rôle d'un gangster russe[7].

TournageModifier

Le tournage a lieu de septembre 1995 à mars 1996. Il se déroule à Dieppe au Canada, en Californie (Santa Clarita, El Segundo, Topanga, Los Angeles, Pasadena, Warner Bros. Studios, Terminal Island, West Hollywood), à Washington, DC, à New York (Brooklyn Borough Hall, Chinatown, Harlem, Sheep Meadow, Whitestone), dans le Maryland (Gaithersburg) et dans le New Jersey[8].

Arnold Schwarzenegger a choisi lui-même le directeur de la photographie Adam Greenberg, qui a notamment travaillé sur Terminator (1984) et Terminator 2 : Le Jugement dernier (1991)[7].

Les relations entre le réalisateur Chuck Russell et le producteur Arnold Kopelson sont très tendues durant le tournage. Ils refuseront de s'adresser la parole. Arnold Schwarzenegger a servi d'intermédiaire et organisait les échanges entre les deux hommes notamment à propos de la logistique et des plannings[7].

AccueilModifier

CritiqueModifier

L'Effaceur a obtenu des critiques allant de mitigées à négatives : si le site Rotten Tomatoes lui attribue un pourcentage de 36 % dans la catégorie All Critics, sur la base de 45 commentaires et une note moyenne de 4.910 et un pourcentage de 42 % dans la catégorie Top Critics, sur la base de 12 commentaires et une note moyenne de 5.310[9], le site Metacritic lui attribue un score de 56100, sur la base de 18 commentaires[10].

Box-officeModifier

Sorti dans 2 410 salles aux États-Unis, L'Effaceur prend la première place du box-office avec 24 566 446 $ de recettes le week-end de sa sortie pour une moyenne de 10 193 $ par salle[1], qui lui permet de détrôner Disjoncté, qui occupait la tête du box-office le week-end précédent[11]. Les recettes américaines atteignent 101 295 562 $ en fin d'exploitation[1]. À l'étranger, le film engrange 141 000 000 $ supplémentaires, portant le total des recettes mondiales à 242 295 562 $[1].

En France, où il est distribué jusqu'à 444 salles, L'Effaceur prend la tête du box-office durant les deux premières semaines de sa sortie avec 824 776 entrées, pour un démarrage à 583 598 entrées. Après huit semaines restés à l'affiche, L'Effaceur finit son exploitation à 1 486 432 entrées[12].

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

NominationsModifier

CommentaireModifier

La société fictive Cyrez devait initialement être nommée Cyrex. Cependant, la production réçoit des plaintes de la véritable société Cyrix. Le nom sera ainsi changé en postproduction grâce aux effets spéciaux numériques et les dialogues seront redoublés[7].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (en) « Eraser (1996) », sur Box Office Mojo (consulté le 28 septembre 2020)
  2. « Visa et Classification : fiche œuvre L'EFFACEUR », sur cnc.fr (consulté le 11 janvier 2016)
  3. C'est la dernière fois où Arnold Schwarzenegger est doublé en version québécoise par Dominique Briand. Par la suite, c'est Yves Corbeil qui prend la relève.
  4. http://www.rsdoublage.com/film-1921-L'effaceur.html
  5. http://voxofilm.free.fr/vox_E/effaceur.htm
  6. http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=162&idmovie=1161
  7. a b c d e f et g (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  8. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  9. (en) Eraser sur Rotten Tomatoes
  10. (en) Eraser sur Metacritic
  11. (en) « Weekend Box Office : June 21-23, 1996 », sur Box Office Mojo (consulté le 17 mars 2015)
  12. « L'Effaceur », sur Jp's Box-office (consulté le 17 mars 2015)
  13. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Liens externesModifier