Ouvrir le menu principal

L'Aventure de Miguel Littín, clandestin au Chili

L'Aventure de Miguel Littín, clandestin au Chili
Auteur Gabriel García Márquez
Pays Colombie
Version originale
Langue espagnol
Titre La aventura de Miguel Littín clandestino en Chile
Éditeur Editorial Oveja Negra
Lieu de parution Bogota
Date de parution 1986
ISBN 958-06-0035-X
Version française
Traducteur Jean-Claude Masson
Éditeur Livre de Poche
Lieu de parution Paris
Date de parution 1986
Nombre de pages 189
ISBN 9782253047940

L'Aventure de Miguel Littín, clandestin au Chili est un livre de Gabriel García Márquez paru en 1986. Cette histoire vraie[1] est écrite sous forme de chronique journalistique sur Miguel Littín, un cinéaste chilien qui rentre clandestinement au Chili en 1985 pour filmer son pays sous la dictature de Pinochet, après 12 ans d'exil au Mexique.

Le livre est d'abord publié sous forme de 10 chroniques journalistiques dans El País en 1986.

Contexte et histoireModifier

Miguel Littín s'exile au Mexique peu après le coup d'État du 11 septembre 1973 au Chili mené par Augusto Pinochet[1].

Après plus de 10 ans de dictature, Augusto Pinochet diffuse une liste avec les noms des bannis désormais autorisés à rentrer au Chili. Miguel Littín n'en fait pas partie, et est au contraire mentionné sur une autre liste : celle de ceux dont la visite du pays est formellement interdite.

Miguel Littín est alors convaincu que la seule façon de rentrer au pays est d'utiliser un faux passeport, un faux métier et une fausse excuse, et même une fausse épouse.

Durant sa visite, entre mai et juin 1985, Miguel, qui se fait passer pour un homme d'affaires uruguayen, dirige cinq équipes de tournage pour la réalisation d'un documentaire sur la vie au Chili sous la dictature de Pinochet[1]. Il parcourt le pays du nord au sud et filme ainsi des entretiens avec des Chiliens quelconques ainsi qu'avec des membres de mouvements de résistance qui opèrent clandestinement[1]. Miguel obtient un entretien avec le leader d'un de ces groupes quand il est conduit les yeux bandés vers un hôpital clandestin où le leader est enfermé. Un escadron subversif l'avait auparavant secouru d'un hôpital public où il récupérait des blessures causées par une tentative d'assassinat orchestrée par la police secrète de Pinochet.

Miguel arrive à accumuler suffisamment de matériel — 25 heures de négatifs[1] — et abandonne le Chili au moment où les autorités locales avaient découvert sa présence et alors que des détectives le surveillaient à l'aéroport.

La réalisation du documentaire avait pour but de montrer au monde la répression brutale pendant la dictature et humilier le régime de Pinochet en révélant les réseaux des jeunes gens qui travaillent au Chili pour mettre à bas la dictature.

AutodaféModifier

Le livre est publié en 1986 en Colombie. En février 1987, le Ministère chilien de l'intérieur a reconnu avoir brûlé plus de 14 846[2] copies de la première édition de La aventura de Miguel Littín clandestino en Chile le à Valparaíso, sous les ordres de Augusto Pinochet[3],[5].

Une fois le livre publié au Chili, beaucoup d'espoir mais aussi de polémiques ont été suscitées, en particulier pour les personnes qui appuyaient Pinochet.

Le film, Acta General de ChileModifier

De l'aventure relatée par García Márquez, sortent deux versions filmées intitulées toutes deux Acta General de Chile : une série documentaire de 4 heures pour la télévision espagnole (coproduite par Miguel Littín, TVE et la Comisión Nacional del V Centenario[1]) et un film de 2 heures pour le cinéma, sorti en 1986[6],[7].

Le film reçoit le Prix FIPRESCI de la Mostra de Venise en 1986[8] ainsi que le prix des auteurs de Venise[6].

Miguel Littín a déclaré à propos du film : « Ce n'est pas l'acte le plus héroïque de ma vie, mais le plus digne. »

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (es) « Desde hoy: « Acta General de Chile » », sur hemeroteca.abc.es, (consulté le 8 février 2014)
  2. (en) Associated Press, « 14,846 Books by Nobel Prize Winner Burned in Chile », sur latimes.com, (consulté le 8 février 2014)
  3. (en) Inter-American Commission on Human Rights ; Inter-American Court of Human Rights, Inter-American yearbook on human rights = Anuario interamericano de derechos humanos 1987, Boston, Martinus Nijhoff, , 915 p. (ISBN 9780792302650)
  4. (es) « Quinze mille volumes qui allaient être distribués dans le pays seront bientôt incinérés. », sur hemeroteca.abc.es, (consulté le 8 février 2014)
  5. Un détail surprenant : le régime de Pinochet n'a pas reconnu de suite avoir brûlé les presque 15 000 exemplaires de L'Aventure de Miguel Littín, clandestin au Chili ; pourtant, le quotidien espagnol ABC l'annonçait déjà fin novembre 1986[4].
  6. a et b (en) Acta General de Chile sur l’Internet Movie Database.
  7. (es) « Las aventuras de Miguel Littín clandestino en Chile », sur lecturalia.com (consulté le 8 février 2014)
  8. (es) E. Rodríguez Marchante, « El director francés Eric Rohmer se hizo con el León de Oro por su filme « El rayo verde » », sur hemeroteca.abc.es, (consulté le 8 février 2014)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Fernando Báez, Histoire universelle de la destruction des livres, Fayard, , 527 p. (ISBN 978-2-213-63484-5), p. 355

Liens externesModifier