L'Aube rouge (film, 1984)

film sorti en 1984
L'Aube rouge
Titre original Red Dawn
Réalisation John Milius
Scénario John Milius
Kevin Reynolds
Acteurs principaux
Sociétés de production United Artists
Valkyrie Films
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre guerre
Durée 114 minutes
Sortie 1984


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Aube rouge (Red Dawn) est un film de guerre uchronique américain, écrit et réalisé par John Milius, sorti en 1984.

SynopsisModifier

 
Le monde de l'Aube rouge au début du film :
En bleu : Les États-Unis et leurs alliés le Canada, le Royaume-Uni et la République populaire de Chine.
En rouge : L'URSS et ses alliés.
En vert : Les nations neutres de l'Europe de l'Ouest.
Les flèches montrent l'invasion, les points rouges les sites atomisés qui sont Washington, D.C., Omaha (Nebraska), Kansas City (Missouri) et Pékin (Chine).

En 1989[1], les Verts remportent les élections en Allemagne de l'Ouest et obtiennent le retrait des forces américaines et de leurs armes nucléaires d'Europe occidentale conduisant à la dissolution de l'OTAN. Cuba envahit l'Amérique centrale, et le Mexique rejoint le bloc soviétique à la suite d'une guerre civile. La Troisième Guerre mondiale débute.

Un groupe d'adolescents américains, étudiants dans un lycée de Calumet, au Colorado[2], se retrouvent pris au piège après l'invasion de leur pays par le bloc de l'Est. Les Cubains se sont également alliés aux Soviétiques contre les États-Unis. Les jeunes gens vont se réfugier dans la forêt nationale d'Arapaho. Ils vont ensuite former un groupe de résistants pratiquant la guérilla, sous le nom de Wolverines (d'après le nom de la mascotte de leur lycée, un Carcajou).

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

 
Alexander Haig, qui a conseillé plusieurs Présidents américains, a participé à l'élaboration de l'intrigue

Le scénario est initialement écrit par Kevin Reynolds, sous le titre Ten Soldiers (« Dix Soldats » en français) et est assez proche de Sa Majesté des mouches[3],[4]. Le producteur Barry Beckerman découvre le script et décèle des possibilités d'en faire un film lucratif avec un budget modeste[5]. Son père Sidney Beckerman l'aide à fincancer les 5 000 $ pour mettre une option sur le script. Kevin Reynolds souhaite également le réaliser mais les Beckermans veulent un réalisateur expérimenté. Walter Hill est envisagé mais il refuse, comme d'autres metteurs en scène[5].

Le projet passe de studio en studio, sans se concrétiser. De plus, Kevin Reynolds se concentre sur un autre projet. Il parvient grâce à Steven Spielberg et Amblin Entertainment à monter son premier film comme réalisateur, Une bringue d'enfer. Le script est alors acheté par la Metro-Goldwyn-Mayer. La réalisation est proposée à John Milius, qui a notamment écrit un célèbre film de guerre, Apocalypse Now. Cette idée plait beaucoup à Alexander Haig, membre du board du studio, un conseiller politique voulant se lancer dans l'industrie cinématographique. Mais certains exécutifs de la MGM hésitent. La MGM contacte Steven Spielberg pour avoir un avis sur Kevin Reynolds, alors que son film Une bringue d'enfer est au montage. Steven Spielberg ne semble pas emballé par les premiers retours sur le film[6]. John Milius est confirmé à son poste[7].

Une fois engagé, John Milius commence à réécrire le script. Avec l'aide d'Alexander Haig, il développe les circonstances de l'invasion des États-Unis, notamment en s'inspirant des théories sur une action similaire imaginée par Adolf Hitler[8]. Alexander Haig prend le scénariste-réalisateur sous son aile et lui ouvre les portes du Hudson Institute, un think tank conservateur et un centre de recherche créé par Herman Kahn et d'autre membres de la RAND Corporation, pour pouvoir développer une intrigue crédible. Alexander Haig suggère d'introduire le Nicaragua dans l'histoire ainsi qu'une branche gauchise mexicaine participe à l'invasion soviétique[9]. Cependant, toutes les nouvelles idées de John Milius et Alexander Haig font augmenter fortement le budget[3]. Le Pentagone apporte également sa coopération au film[10].

Un autre changement est apporté sur les protagonistes principaux. Il est décidé d'en faire un petit groupe restreint constitués de lycéens[11].

Distribution des rôlesModifier

John Milius voulait Robert Blake pour incarner Andrew Tanner. Mais les producteurs préfèrent engager Powers Boothe[12].

Il s'agit du premier véritable rôle au cinéma de Charlie Sheen, qui avait commencé sa carrière dix ans plus tôt dans le téléfilm Exécuté pour désertion, avec son père Martin, ou une très brève apparition dans La Balade sauvage (1973). Emilio Estevez, le frère de Charlie Sheen, avait initialement été engagé pour incarner Jed, mais il a finalement quitté le film pour un autre projet[1]. Le rôle de Jed revient finalement à Patrick Swayze, qui retrouve des partenaires d'Outsiders (sorti un an plus tôt), C. Thomas Howell, William Smith et Darren Dalton .

TournageModifier

Le tournage a lieu principalement à Las Vegas au Nouveau-Mexique. Il se déroule également dans d'autres ville de l'Etat : Abiquiú ou encore Johnson Mesa[13].

Les acteurs sont entrainés et conseillés par des membres des Special Forces. Dale Dye travaille également comme consultant[1]. Le tournage n'est pas de tout repos : Patrick Swayze sera notamment victimes de gelures[1].

AccueilModifier

Le film est un succès avec 38 376 497 $ de recettes[14]. Cela en fait le 20e meilleur film au box-office nord-américain de 1984.

DistinctionModifier

Brad Savage est nommé au Young Artist Awards 1985, dans la catégorie meilleur jeune acteur dans un film usical, de comédie, d'aventure ou dramatique[15].

CommentairesModifier

 
Le drapeau des États-Unis tel qu'il est visible dans le film

PostéritéModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. Calumet est une ville fictive du Colorado. Il a bien existé un ville homonyme dans le Colorado mais il s'agit d'une ville fantôme abandonnée.
  3. a et b (en) Peter Bart, « First Look: Famous Firings a Tough Ax to Follow », Variety,‎ , p. 2
  4. Bart p. 109–110
  5. a et b Bart p 110
  6. Bart p 111
  7. Bart p 112
  8. Bart p 112–113
  9. (en) J. Hoberman, « The North Koreans Are Coming! », Film Comment,‎ , p. 52–54, 56
  10. Bart p 133
  11. (en) Tony Shaw, Hollywood's Cold War, Edinburgh University Press, (ISBN 9780748630738, lire en ligne), p. 270
  12. Bart p 135
  13. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  14. (en) « Red Dawn », sur Box Office Mojo (consulté le 8 juin 2020)
  15. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  16. (en) James Kendrick, Hollywood Bloodshed : Violence in 1980s American Cinema, Carbondale, Southern Illinois University Press, , 250 p. (ISBN 978-0-8093-2888-8, lire en ligne), p. 198.
  17. (en) « Red Dawn imitated art », sur usatoday.com, (consulté le 23 mai 2013).
  18. (en) Red Dawn (2012) sur l’Internet Movie Database.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier