L'As
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Bande dessinée
Fondateur Frères Offenstadt
Date de fondation avril 1937
Date du dernier numéro juin 1940
Ville d’édition Paris

Propriétaire Société parisienne d'édition
ISSN 1270-6035

L'As est un hebdomadaire français de bande dessinée pour la jeunesse publié d'avril 1937 à juin 1940 par la Société parisienne d'édition (SPE). Successeur direct du Petit Illustré, il offre une synthèse réussie entre les illustrés français traditionnels et la nouvelle vague de périodiques pour la jeunesse publiant majoritairement des séries américaines, malgré son arrivée tardive sur le marché des droits des bandes traduites. Titre principal de la SPE dans cette période, il absorbe progressivement plusieurs titres de la maison avant de lui-même disparaître dans la tourmente de .

HistoriqueModifier

Le successeur du Petit IllustréModifier

Publié sans interruption depuis 1904 Le Petit Illustré est encore au début des années 1930 le fleuron de la maison Offenstadt[1]. Cependant, au milieu des années 1930, l'apparition de journaux publiant majoritairement des contenus américains à la suite du succès du Journal de Mickey (1934) concurrence dangereusement Le Petit Illustré. Pour faire face à Jumbo et Hurrah (1935) ou encore Robinson, Aventures et L'Aventureux (1936) la SPE décide de lancer un nouveau titre, Junior, et de moderniser Le Petit Illustré.

Le premier numéro de la nouvelle formule paraît le , après 1644 de l'ancienne : format doublé (27x39), mise en page plus aérée, nouvelle numérotation et Félix le Chat d'Otto Messmeren première page[2]. Ces changements ne masquent pas l'absence de renouvellement profond du périodique : les « valeurs » de la maison sont pour la plupart reconduites. Ainsi Gaston Callaud propose Bibi Fricotin contre Dédé Tapdur, Thomen L'As des Boys Scouts et José Moselli La Cité du pôle, roman illustré par Maurice Toussaint. Comme les ventes ne s'améliorent pas, l'éditeur décide de mettre fin au Petit Illustré et de lancer L'As.

Pour reprendre les mots de Pierre Vankeer, « cette transformation (…) fait penser à ces changements de ministère où l'on prend les mêmes et l'on recommence[3] » : les histoires de Callaud et Thomen sont poursuivies, ainsi que le roman de Moselli, l'histoire complète de couverture est confiée à des auteurs du cru (Jean Trubert, Maurice Cuvillier, Callaud, Mat, Aristide Perré ou A. G. Badert), les nouvelles histoires sont majoritairement française (cherchant parfois à imiter les séries américaines, comme L'Étrange Fred Fiddle de J. Roberts et Duteurtre) sauf une, mais de taille : L'Enfance et l'adolescence de Tarzan, par Hal Foster.

À partir du quinzième numéro, les Tarzan publiés sont ceux de Rex Maxon, de moins bonne qualité. Cette baisse est compensée par l'arrivée au no 17 du de Spooky et Rigobert, bande dessinée d'humour absurde de Bill Holman reconnue pour ses nombreuses qualités et distribuée par le Chicago Tribune[3]. Ce faible nombre de productions américaines s'explique par l'arrivée trop tardive de la SPE sur ce marché : Opera Mundi avait déjà distribué à ses concurrents les meilleures bandes du King Features Syndicate[4].

OpulenceModifier

Le , L'As passe à seize pages, dont six en couleurs en intégrant les séries publiées par Boum ! et Hardi !, deux illustrés lancés sans succès en juin par la SPE à la suite de Cri-Cri et L'Intrépide, eux aussi concurrencés par les journaux de l'Âge d'or[5]. À quelques séries françaises (Zoé Plouf de Trubert, Charlot de Thomen, et des romans illustrés) s'ajoutent une nouvelle série américaine : Nestor Tourniquet (Moon Mullins) de Frank Willard, autre série du Chicago Tribune. Parmi les séries marquantes de la période se détachent Urnaghur, série fantastique « tout à fait extraordinaire » malgré son « grapĥisme fort imparfait » aux auteurs inconnus, La Famille Alacoque de Badert et Jean Lion, le Spahi de René Giffey. Mais la rédaction passe parfois des pages de mauvaise qualité, comme L'Évadé n°7481, bande mal connue d'origine italienne. Au numéro 55, les quatre pages intérieures sont utilisées pour publier un roman, et peuvent être repliées pour former un supplément littéraire de huit pages, ce qui permet à L'As de vanter « 20 pages » en couverture.

Entre le no 82 et le no 83 de nombreuses séries sont transférées vers L'Épatant, autre périodique jeunesse de la SPE. L'éditeur désirait par ce biais pousser les jeunes lecteurs à acheter les deux périodiques, sans prendre en compte les incohérences que cela pouvait entraîner pour ceux qui se contentait d'acheter les recueils[6]. Urnaghur et La Famille Alacoque disparaissent tandis qu'arrivent de nombreuses séries : La Vie de Mermoz par Robert Rigot, L'Ennemi du monde, histoire de science-fiction de Luc Bornaert, une reprise du roman illustré par Giffey Le Bison Noir du Far-West et des bandes italiennes. Avec l'arrivée au no 93 de Terry et les Pirates de Milton Caniff, L'As s'affirme comme un journal de bande dessinée de qualité, publiant quelques-uns des meilleurs auteurs français et sélectionnant avec soin ses bandes américaines, et, hormis le cahier intérieur, n'offre que de la bande dessinée là où nombre de ses concurrents s'encombrent de rédactionnels pesants[7]. Au no 116, L'Ennemi du monde et Tarzan sont remplacés par la série de science-fiction américaine Buck Rogers, due à Dick Calkins et John Dille, elle aussi de grande qualité, et abandonnée par L'Aventureux.

Derniers moisModifier

En , L'Épatant cesse de paraître[8]. L’As accueille alors Les Pieds Nickelés de Badert et Les Cinq Sous de Lavarède de Pellos, adaptation d'un film lui-même adapté d'un roman de Paul d'Ivoi, ainsi que deux westerns, l'un réaliste (Broncho Bill d'Harry O'Neill), l'autre humoristique (Loco Luke de Jack A. Warren[9]). Les séries se succèdent, les bandes dessinées sont globalement de qualité : L'As a « acquis une certaine maturité », a « atteint un équilibre bien organisé ».

La déclaration de guerre met cependant fin à cette situation[4]. Durant la « drôle de guerre », les illustrés français de plus de huit pages doivent se restreindre. Dès novembre, L'As repasse à huit pages, et les séries américaines disparaissent les unes après les autres, bien que les séries françaises publiées gardent un « niveau honnête[10] ». Le le 167eet dernier numéro est diffusé dans les kiosques de France.

Héritier d'une longue tradition de bande dessinée française, L’As portait le poids de ce passé, tout en arrivant trop tard sur le marché des bandes dessinées américaines pour pouvoir diffuser celles qui plaisaient le plus aux jeunes lecteurs d'alors[11]. Il a cependant réussi à rester en vente jusqu'à la défaite de l'armée française, là où presque tous les autres périodiques de la SPE fors Junior avaient coulé. Comme l'a résumé Pierre Vankleer : « Trop vieux à sa naissance, de par la lourde tradition dont il héritait ; (…) trop « dernier-né » pour trouver facilement des bandes dessinées à la mode, (…) tiraillé entre des contradictions historiques, la vie de cet illustré fut un long martyre mais aussi un bel exemple de courage dans l'adversité. »

Séries publiéesModifier

Titre Auteurs Origine Type[12] Durée de publication
Jacques et Jean Paul Roseland (texte) et Rolno (illustration)   France RI 1-20
Les Robinsons de la banquise[n. 1] José Moselli (texte) et Maurice Toussaint (illustration)   France TSI 1-26
Bibi Fricotin grande vedette Gaston Callaud   France BDT 1-136
L'Étrange mort de M. Fred Fiddle J. Roberts (scénario) et Pierre Duteurtre (dessin)   France BD 1-16
L'Enfance et l'adolescence de Tarzan Hal Foster   États-Unis TSI 1-14
L'As des Boy-Scouts Raoul Thomen   France BDT 1-19
Tarzan et les dieux du feu Rex Maxon   États-Unis TSI 15-54
Spooky et Rigobert Bill Holman   États-Unis BD 17-145
Le Secret de la maison jaune Paul d'Espagnat   France BD 17-32
Sans mère Inconnu   France RI 20-39
Le Collier fatal[n. 2] Jack Mahan et E. Dot[n. 3]   France BD 27-74
Les Mésaventures de Laurel et Hardy[n. 4] Mat   France BDT 33-42
Zoé Plouf, femme à poigne Jean-Trubert   France BD 33-53
Lonely Reef José Moselli (texte) et A. de Amicis (illustration)   France RI 33-54
Le Secret de Daisy Spring Pierre Mariel (texte) et René Giffey (dessin)   France TSI 33-54
Les Exploits d'Yves Lavenais Edmond Romazières(texte) et inconnu (dessin)   France TSI 33-62
L'Écumeur du grand large Pierre Adam (texte) et Duteurtre (dessin)   France TSI 33-67
Nestor Tourniquet (Moon Mullins)[n. 4] Frank Willard   États-Unis BD 33-73
Les Aventures acrobatiques de Charlot[n. 4] Raoul Thomen   France BDT 33-82
Le Secret du corsaire Reynaud d'Angelanne (texte) et Maurice Toussaint (illustration)   France RI 40-59
Urnaghur Inconnu   France BD 43-82
La Famille Alacoque A. G. Badert   France BD 54-82
Le Roi des boxeurs[n. 5] José Moselli (texte) et Duteurtre (illustration)   France RI 55-135
Tarzan : Dic et Doc les deux cousins Rex Maxon   États-Unis TSI 55-79
L'Évadé 7481 Inconnu   Italie BD 63-78
Jean Lion le Spahi René Giffey   France BD 68-107
Laglobule, sportif 100 % E. Gire   France BD 74-80
La Vengeance du corsaire Edmond Romazières (texte) et Calvo (dessin)   France TSI 75-106
L'Aéroport Z Corrado Caesar   Italie BD 79-114
Tarzan et les hommes-léopards Rex Maxon   États-Unis TSI 80-116
La Vie héroïque de Mermoz[n. 6] Robert Rigot   France TSI 83-98
L'Ennemi du monde[n. 6] Luc Bornert (scénario) et Duteurtre (dessin)   France BD 83-115
Dans l'empire des incas[n. 6] Inconnu   Italie BD 83-125
L'Infernale poursuite Inconnu Inconnu BD 83-130
Le Signe sanglant Inconnu   Italie BD 83-132
Le Bison noir du Far-West[n. 6] Jo Valle (texte) et René Giffey (dessin)   France TDI 83-169
Terry et les Pirates[n. 7] Milton Caniff   États-Unis BD 93-139
La Vie de Guillaumet, héritier de Mermoz Robert Rigot   France TSI 99-102
Sigebert, fils de Clovis Inconnu Inconnu BD 103-125
Le Centaure Vézelay Edmond Romazières (texte) et Calvo (dessin)   France TSI 107-169 (inachevé)
La Plume verte Inconnu   France TDI 109-127
Le Philtre d'or Cutcliffe Hune Inconnu RI 111-122
L'Aigle du ciel Corrado Caesar   Italie BD 115-144
Buck Rogers en l'an 3000 Dick Calkins   États-Unis BD 116-135 (inachevé)
La Vie de Guynemer René Giffey   France TDI 117-125
Broncho Bill Harry O'Neil   États-Unis BD 126-141 (inachevé)
L'Homme au trèfle rouge François d'Orgeval (texte) et Noël Cerutti (illustration)   France RI 126-135
Les Aventures des Pieds Nickelés A. G. Badert   France BDT 126-169 (inachevé)
Les Cinq Sous de Lavarède[n. 6] Pellos   France BDT 126-155 (inachevé)
Loco Luke J. A. Warren   États-Unis BD 127-135 (inachevé)
Les Gangsters de l'Irraouaddy José Moselli (texte)   France RI 140-169
L'Homme au trèfle rouge Clérice Frères   France BD 142-169
Le Secret de la victoire Maurice Toussaint   France BD 145-169 (inachevé)
Le Fils de Cyrano René Giffey   France TSI 156-169 (inachevé)
Teddy Mops, ennemi public n°1 Mat   France BDT 158-169 (inachevé)
Le Désert blanc Corrado Caesar   Italie TDI 158-169 (inachevé)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Suite de La Cité du pôle paru dans Le Petit Illustré.
  2. Reprise du roman Le Carcan de cuivre paru dans L'Intrépide de juin 1923 à décembre 1924.
  3. Attribué à José Moselli par René Barone et Claude Hermier du site José Moselli, sa vie, son œuvre.
  4. a b et c Bande dessinée reprise de Boum !.
  5. Ce célèbre feuilleton, créé par P. Picard avant d'être rapidement repris par Moselli, avait été initialement publié dans L'Épatant d'octobre 1912 à août 1919. À partir de novembre 1925, le feuilleton est repris en fascicules. Les 136 premiers reprennent jusqu'en juin 1928 les aventures rédigées par Moselli, les suivants jusqu'au 333 (février 1932) sont inédits. L'As reprend les fascicules 1-28 puis 136 bis-187, le dernier épisode étant modifié par l'auteur.
  6. a b c d et e Œuvre commencée dans L'Épatant.
  7. Repris de Junior.

RéférencesModifier

  1. Pour ce paragraphe : Vankeer (1966), p. 10
  2. Pour ce paragraphe : Vankeer (1966), p. 11
  3. a et b Vankeer (1966), p. 12
  4. a et b Vankeer (1966), p. 17
  5. Pour ce paragraphe : Vankeer (1966), p. 13
  6. Vankeer (1966), p. 14
  7. Vankeer (1966), p. 15
  8. Pour ce paragraphe : Vankeer (1966), p. 16
  9. Morris ne connaissait pas cette série lorsqu'il a créé Lucky Luke. Vankeer (1966), p. 16
  10. Vankeer (1966), p. 18
  11. Pour ce paragraphe : Vankeer (1966), p. 18
  12. Ce tableau reprend là typologie de Guillaumin (1979) : TSI (« texte sous l'image ») désigne un texte prépondérant situé sous les images, TDI (« texte dans l'image ») un texte prépondérant situé dans les images, BDT (« bande dessinée plus texte ») des vignettes soulignées par un petit texte et BD une bande dessinée sans récitatif. RI désigne enfin un roman illustré.

AnnexesModifier

DocumentationModifier

  • Michel Guillaumin, « L'As », dans Le Collectionneur de Bandes Dessinées no 19, , p. 11-14
  • Pierre Vankeer, « Histoire d'un illustré entre la tradition et le modernisme », dans Giff-Wiff no 22, , p. 10-18

Articles connexesModifier