L'Arlésienne (Daudet)

nouvelle de Alphonse Daudet

L'Arlésienne
Image illustrative de l’article L'Arlésienne (Daudet)
L'Arlésienne dans l'édition E. Flammarion illustrée (1904).

Auteur Alphonse Daudet
Pays Drapeau de la France France
Genre Nouvelle
Éditeur Pierre-Jules Hetzel
Lieu de parution Paris
Date de parution 1869
Série Lettres de mon moulin
Chronologie

L'Arlésienne
Auteur Alphonse Daudet
Genre Mélodrame
Nb. d'actes 3 actes et 5 tableaux
Date d'écriture 1872
Musique de scène Georges Bizet
Pays d'origine France
Date de création 1er octobre 1872
Lieu de création Théâtre du Vaudeville (Paris)

L'Arlésienne est une nouvelle des Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet adaptée pour le théâtre sur une musique de Georges Bizet.

NouvelleModifier

L'Arlésienne est à l'origine une très courte nouvelle (trois pages) d'Alphonse Daudet, d'abord publiée dans le quotidien de Victor Hugo, L’Événement, du , puis intégrée dans le recueil des Lettres de mon moulin édité en 1869[1].

Jan, garçon de la campagne, est fou amoureux d'une jeune fille de la ville d'Arles, rencontrée aux arènes. Ses parents consentent finalement à ce mariage. Un jour un homme vient parler au père de Jan et prétend qu'il a été l'amant de cette Arlésienne. Il lui montre des lettres qui attestent ses dires. Le lendemain, le père raconte toute l'affaire à son fils, qui renonce au mariage mais ne peut oublier l'Arlésienne. Comme ses parents se montrent inquiets à son sujet, il décide de donner le change en paraissant gai. Rongé par le chagrin, il finit malgré tout par se suicider[2].

Daudet s'inspire du suicide d'un neveu de Frédéric Mistral, le . À la suite d'une déception amoureuse, le jeune homme se jette d'une fenêtre du domaine familial du mas du Juge sur une table de pierre. Mistral a confié cette histoire tragique à son ami Daudet qui l'a alors transposée dans sa nouvelle. Il est peu probable que le fait d'avoir mis sur la place publique ce drame personnel ait terni leur amitié, contrairement à ce que l'on peut lire souvent[3].

Fernandel a enregistré L'Arlésienne[4].

Adaptation théâtraleModifier

Daudet en tira trois ans plus tard une pièce de théâtre du même nom en trois actes et cinq tableaux, jouée et chantée, pour laquelle Georges Bizet composa une musique de scène[5]. Créée au théâtre du Vaudeville (Paris) le , avec Julia Bartet dans le rôle de Vivette[5], la représentation fut un échec alors que la Suite pour orchestre, que Bizet tira de sa musique[6], devint un succès[7]. En 1879, Ernest Guiraud arrange une deuxième Suite pour orchestre à partir des thèmes de Bizet[8], mort en 1875.

Le jeune homme ne s'appelle plus Jan mais Frédéri, et il ne vit plus avec ses deux parents, mais avec sa mère et son grand-père, Francet, sous le regard du vieux berger Balthazar. Son petit frère, qui s'appelle Jeannet, est l'innocent du village. Frédéri est sur le point d'épouser une jeune Arlésienne mais un gardian, nommé Mitifio, survient à quelques jours de la demande en mariage annonçant qu'il est l'amant de la jeune femme, et produisant des lettres d'amour qu'elle lui a adressées. Frédéri devient fou désespéré. Sa mère, Rose, veut faire en sorte qu'il oublie son Arlésienne en lui faisant épouser Vivette, une jeune fille très jolie qu'il connaît depuis l'enfance, mais Mitifio revient au domaine chercher les lettres qu'il avait confiées au grand-père, Francet, et les deux hommes finissent par se battre. En proie à des cauchemars, Frédéri se suicide en se jetant du haut du pigeonnier du domaine sous les yeux de sa mère et de son frère Jeannet, qui a fini par prendre conscience du désespoir de son grand frère. Dans cette pièce on voit la progression de l'innocent, qui n'est pas si bête qu'il y paraît et finit par s'éveiller.

Musique de scèneModifier

Reprises de la pièceModifier

 
Illustration de presse pour les représentations en 1885 de L'Arlésienne au théâtre national de l'Odéon.
 
Le chanteur Hervé Domingue et Jean Marais dans L'Arlésienne en 1997 aux Folies Bergère

Autour de la pièce : l'adieu aux Folies BergèreModifier

À partir de 1995, Jean Marais était conscient que sa santé déclinait : « Je crois que la maladie qui est la mienne est la vieillesse. Je l’accepte très bien et même je pense que c’est une façon de payer un peu les privilèges que le destin m’a donnés. » Il n’empêche que Marais ne resta pas longtemps sans les lumières du théâtre, malgré la tournée épuisante des Chevaliers de la Table ronde. Dès le , on le retrouve dans un spectacle tourné vers le grand public, une reprise de l’Arlésienne d’Alphonse Daudet, sur une musique de Georges Bizet revue et corrigée par Catherine Lara. Tandis que Bernadette Lafont interprète le rôle d’une mère provençale, Rose Mamaï, Jean Marais assure le rôle du vieux berger Balthazar : « Pour une fois qu’on ne me demande pas de jouer un roi ou un prince ! » […] « Quand on m’a appelé pour me demander si je voulais interpréter le berger de l’Arlésienne mise en scène par Roger Louret, j’ai tout de suite accepté ! Je connaissais Roger Louret après être passé à Monclar, sa ville natale, le berceau de sa famille. C’était il y a une dizaine d’années, lors d’une nuit de théâtre. J’allais jouer Bacchus au château de Bonaguil. Huguette, sa maman, nous avait si gentiment reçus… J’ai le souvenir de gens extraordinaires. De là à penser qu’un jour nous travaillerions ensemble… »[15]

La pièce de Daudet, Marais la connaît bien. Il l’a vue jouée quinze ans auparavant aux Iles de Lérins avec Fernand Ledoux et Louise Conte[16]: « C’est une pièce extraordinaire. À chaque fois que je la lis, je pleure à chaudes larmes. Je trouve que c’est une excellente idée de la remonter. Notre société manque de repère, ne sait plus ce qui est le bien, le mal. Là, il faut compter avec une vertu tombée en désuétude aujourd’hui : l’honneur. Et puis les personnages sont très beaux, animés d’un amour fantastique…. Comme Vivette qui est prête à ne pas montrer ses sentiments tellement elle aime Frederi. »

Le personnage de Balthazar convient parfaitement au vieil acteur. C’est du sur-mesure. Il se laisse pousser la barbe. Il a l’âge qui convient, les cheveux blancs. Et jouer dans ce temple légendaire du music-hall que sont les Folies Bergère, avec ses paillettes, l’amuse beaucoup : « Je trouve ça cocasse…. À l’image de ma vie. »

Si Marais sut défendre ce rôle de berger, un peu clochard, avec enthousiasme au printemps 1997, comme un ultime pied-de-nez à la maladie[17], par contre à l’automne 1997, il ne put assurer son interprétation de Prospero dans La Tempête de Shakespeare, que devait mettre en scène Jean-Luc Revol au Théâtre de l’Eldorado, à Paris. Les répétitions du spectacle étaient terminées, les affiches collées mais cette fois la maladie était plus forte que l’acteur et elle allait l’emporter le , à 85 ans[18],[19].

La dernière séance : « Jean Marais aux Folies Bergère, c'est en soi tout un programme ! Un berger aux... Bergère ! En pâtre provençal, longue barbe blanche, voix grave et bien posée, tel une force de la Nature, Jean Marais est au service d'Alphonse Daudet, de Roger Louret, de tous ses partenaires et du public avec une égale obligeance, celle qui à 83 ans lui donne le talent de la prodigalité. Autour de lui, tous les personnages de Daudet s'animent comme dans une comédie musicale, à la manière de papillons pris dans les faisceaux lumineux contradictoires. La mise en scène est brillante, positive, pleine d'entrain ! La qualité du son et de l'acoustique est parfaite. Les chants en patois provençal offrent des plages d'émotion et contribuent à faire de ce spectacle dans ce lieu de légende, un grand moment de théâtre dont nous gardons la nostalgie dès le rideau tombé ! »

C’est donc aux Folies Bergère que Jean Marais paraît pour la dernière fois en scène[20].

Le monologue de Balthazar interprété par Jean Marais le 27 mars 1997 : https://www.youtube.com/watch?v=tYpgDhCCggM

Adaptations cinématographiques et télévisuellesModifier

Adaptation discographiqueModifier

Adaptation chorégraphiqueModifier

Expression « l'Arlésienne »Modifier

La pièce est à l'origine de l'expression l'« arlésienne » pour désigner une personne ou une chose dont on parle tout le temps, mais qui n'apparaît jamais[33]. En effet, bien que le personnage de l'Arlésienne soit au centre de l'intrigue, elle n'apparaît jamais sur scène[34].

Notes et référencesModifier

  1. « L'Arlésienne », sur alphonsedaudet.org
  2. « Lettres de mon moulin. L'Arlésienne », sur wikisource.org
  3. Robert Lafont, Mistral ou L'illusion, Plon, , p. 64
  4. Fernandel, « L'Arlésienne » [audio], sur youtube.com
  5. a et b « l'Arlésienne », sur www.artlyriquefr.fr (consulté le )
  6. « L'Arlésienne Suite 1er », sur digital.wustl.edu (consulté le )
  7. Cédric Manuel, « 10 novembre 1872 : la suite ne fait pas l'Arlésienne », sur Profession Spectacle le Mag', (consulté le )
  8. (en-US) Uncle Dave Lewis, « L' Arlésienne, suite for… | Details », sur AllMusic (consulté le )
  9. « L'arlésienne - Spectacle - 1885 », sur data.bnf.fr (consulté le )
  10. « Le Monde illustré », sur Gallica, (consulté le )
  11. « " L'Arlésienne " ou Théâtre-François », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. « L'Arlésienne », sur Les Archives du Spectacle (consulté le )
  13. « Les Archives du Spectacle : L'Arlésienne »
  14. « L'Arlésienne », sur ina.fr
  15. Christian Soleil, Jean Marais, la voix brisée, Éditions Arts graphiques, 2000, page 239 (ISBN 2-910868-42-7)
  16. Carole Weisweiller et Patrick Renaudot, Jean Marais, le bien-aimé, Éditions de La Maule, 2013, page 239
  17. Nini Pasquali, Jean Marais sans masque, Éditions De la Loupe, 2004, page 182 (ISBN 978-2-84868-032-3) : Sans connaître la vérité, Marais souffrait d'un myélome, cancer de la moelle osseuse
  18. Jean Marais La voix brisée de Christian Soleil – éd. Arts graphiques – 2000 – (ISBN 2-910868-42-7)
  19. Histoires de ma vie de Jean Marais – Éditions Albin Michel – (ISBN 2226001530)
  20. Critique du 03 mars 1997 de Theothea : la critique du théâtre à Paris
  21. « L'Arlésienne (Albert Capellani, 1910) - La Cinémathèque française », sur www.cinematheque.fr (consulté le )
  22. Dominique Moustacchi et Stéphanie Salmon, « Albert Capellani directeur artistique de la SCAGL ou l’émergence de l’auteur », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze. Revue de l'association française de recherche sur l'histoire du cinéma, no 68,‎ , p. 99–119 (ISSN 0769-0959, DOI 10.4000/1895.4751, lire en ligne, consulté le )
  23. André Antoine, Berthe Jalabert, Lucienne Bréval et Gabriel de Gravone, L'Arlésienne, Pathé Frères, (lire en ligne)
  24. Jacques de Baroncelli, José Noguéro, Germaine Dermoz et Mary Serta, L'Arlésienne, Pathé-Natan, (lire en ligne)
  25. Marc Allégret, Gaby Morlay, Louis Jourdan et Édouard Delmont, L'arlésienne, Les Films Impéria, (lire en ligne)
  26. Peggy Bryan, Willoughby Gray, John Hauxvell et Carleton Hobbs, L'Arlésienne, British Broadcasting Corporation (BBC), (lire en ligne)
  27. Pierre Badel, Louise Conte, Paul Barge et Charles Vanel, L'Arlésienne, (lire en ligne)
  28. Bernard Roué, L'Arlésienne (lire en ligne)
  29. Marianne Lamour, Jean-François Sivadier, Maxime Leroux et Marion Grimault, Pour une fille en rouge, (lire en ligne)
  30. L'arlésienne / Pièce en 3 actes et 5 tableaux d'Alphonse Daudet Musique de scène de Georges Bizet, (lire en ligne)
  31. « MémOpéra - Arlésienne (L') », sur www.memopera.fr (consulté le )
  32. « Adaptations cinématographiques », sur alphonsedaudet.org (consulté le )
  33. Dictionnaire de français Larousse, « arlésienne : définitions », sur www.larousse.fr (consulté le )
  34. « Pourquoi dit-on « Jouer l’Arlésienne » ? - Ça m'intéresse », sur Ça m'intéresse - La curiosité en continu, (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :