L'Année du dragon

film sorti en 1985
(Redirigé depuis L'Année du Dragon)
L'Année du dragon
Titre original Year of the Dragon
Réalisation Michael Cimino
Scénario Oliver Stone
Michael Cimino
Musique David Mansfield
Acteurs principaux
Sociétés de production Metro-Goldwyn-Mayer
Dino De Laurentiis Company
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Policier
Durée 134 minutes
Sortie 1985


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

L'Année du dragon (Year of the Dragon) est un film policier américain de Michael Cimino, sorti en 1985. Il met notamment en scène Mickey Rourke, John Lone et Ariane Koizumi (en).

Le scénario du film, écrit par Michael Cimino et Oliver Stone, est l'adaptation d'un roman de Robert Daley. Il s'agit du premier film pour Michael Cimino après l'échec retentissant de La Porte du paradis en 1980.

Le film est un drame policier et une exploration new-yorkaise des gangs, du trafic de drogue, de l'appartenance ethnique, du racisme et des stéréotypes. Malgré des critiques mitigées et des retours au box-office médiocres, L'Année du dragon a acquis un culte dans les années qui ont suivi sa sortie.

SynopsisModifier

Le capitaine Stanley White, vétéran de la Guerre du Viêt Nam et fils d'immigrés d'origine polonaise, est un officier de police de New York. Muté dans le quartier de Chinatown, il part en guerre contre les bandes criminelles des triades chinoises. Ces criminels gangrènent le quartier et se livrent à des assassinats en pleine rue et à des règlements de compte sauvages, conséquence de la vente de drogue et de la pratique du racket.

Policier le plus décoré de New York, Stanley White est un véritable teigneux : colérique, têtu, arrogant et en conflit avec sa hiérarchie, il devient revanchard et s’attaque de front à cet empire asiatique opaque en grande partie souterrain déployé sur Manhattan, dans une guerre qu'il compte mener jusqu'au bout et seul si nécessaire.

Stanley entre alors en conflit avec Joey Tai, un jeune et ambitieux homme d'affaires de Chinatown d'origine chinoise qui s'est hissé parmi les autres trafiquants de manière impitoyable, parvenant à la tête de la triade familiale. Conséquence de son ambition, Tai devient une figure emblématique de Chinatown, tant pour lui-même que pour l'activité des triades et donc une cible de choix pour Stanley. Ensemble, ils mettront fin à la trêve informelle qui existait entre les triades et la police de Chinatown, même si cela doit les conduire à une guerre personnelle l'un contre l'autre.

Stanley, qui est un homme marié, va aussi tomber amoureux de Tracy Tzu, une journaliste d'investigation d'une télévision locale qui sera être la victime d'une attaque brutale de la part de criminels chinois, tout comme la femme de Stanley, Connie, qui sera assassinée sous ses yeux.

Ces évènements feront de Stanley White un homme plus déterminé que jamais à vouloir enrayer et détruire ces triades, et spécialement Joey Tai.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

Michael Cimino est approché à plusieurs reprises pour adapter le roman de Robert Daley, mais décline à chaque fois. Après avoir finalement accepté la proposition, le réalisateur-scénariste se sent incapable de concrétiser le projet avec le temps imparti. Il contacte alors Oliver Stone qu'il a rencontré grâce à son ami producteur Joann Carelli pour l'aider à écrire le script[2]. Les deux hommes avaient auparavant failli travailler ensemble lorsque Stone voulait que Cimino mette en scène son scénario de Midnight Express, finalement réalisé par Alan Parker. Cimino aimait beaucoup le script mais était alors engagé sur un projet très personnel, Voyage au bout de l'enfer[3].

Oliver Stone décrit sa collaboration avec Michael Cimino en ces termes : « Avec Michael, ce sont des journées de 24 heures. Il ne dort pas réellement... il a vraiment une personnalité obsessionnelle. Il est le plus napoléonien des réalisateur avec lesquels j'ai travaillé »[4]. Cimino est quant à lui très impressionné par un autre scénario que Stone a écrit, Platoon.

Alors qu'Oliver Stone travaille pour Michael Cimino pour un salaire assez bas, ce dernier lui propose qu'en échange Dino De Laurentiis l'aidera à financer Platoon. Stone est d'accord avec ce marché. Mais finalement, le producteur italien lui fera faux bond, Stone devant trouver le financement de son film ailleurs.

À la fin de L'Année du dragon, la dernière réplique de Stanley White est : « Tu sais, t'avais raison et j'avais tort, désolé. J'aimerais bien être un type sympa ; j'aimerais, mais je sais pas comment m'y prendre » (« You were right and I was wrong. I'd like to be a nice guy. But I just don't know how to be nice. »). Selon Cimino, la dernière réplique de White aurait dû être : « Bien, je suppose que si vous faites la guerre trop longtemps, vous finissez par vous marier avec l'ennemi » (« Well, I guess if you fight a war long enough, you end up marrying the enemy. »). Alors que le réalisateur avait contractuellement le final cut[3], le studio mit son veto à cette réplique écrite par Stone. Dans le commentaire du DVD du film, Cimino pense que le studio ou les producteurs trouvaient cette réplique trop politiquement incorrecte[2].

Distribution des rôlesModifier

Selon Mickey Rourke (qui obtiendra finalement le rôle), le personnage de Stanley White est initialement écrit pour Clint Eastwood et Paul Newman, qui le refusent. Michael Cimino et Oliver Stone avaient également pensé à Nick Nolte et Jeff Bridges[3].

Joan Chen est initialement envisagée pour le rôle de Tracy. Michael Cimino lui préfère finalement Ariane Koizumi (en) qui a un côté « plus américain »[3].

TournageModifier

Le tournage a lieu à New York (notamment dans l’arrondissement de Brooklyn), dans les North Carolina Film Studios de Wilmington en Caroline du Nord, ainsi qu'au Canada (Victoria, Toronto) et en Thaïlande (notamment Bangkok)[5].

Selon Randy Cheveldaven, chef de production, Michael Cimino achèvera le tournage en respectant le budget prévu, bien loin des extravagances et des dépassements budgétaires de son précédent film, La Porte du paradis. Le producteur Dino De Laurentiis lui avait en effet promis que la luxueuse Mercedes-Benz conduite par le personnage de Joey Tai lui reviendrait s'il respectait le budget ; dans le cas contraire, Michael Cimino aurait eu 50 000 $ amputés de son salaire. Le tournage nécessita quatre jours supplémentaires mais économisa 130 000 $ du budget[3].

AccueilModifier

CritiqueModifier

L'Année du dragon reçoit un accueil critique globalement mitigé. Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, le film obtient un score de 56 % d'avis favorables, sur la base de 18 critiques collectées et une note moyenne de 6,1/10[6].

Lors de sa sortie en salles en 1985, le film divisa les critiques. Pour Vincent Canby (en) du New York Times, le film « est à des années-lumière d'être un classique, alors qu'il ne fait pas semblant d'être autre chose que ce qu'il est — un film de gangster minutieusement élaboré qui à aucun moment n'est ennuyeux, composé d'excès de comportement, de langage et d'effets visuels qui finissent par exercer leur propre effet hypnotique »[7]. En revanche, Janet Maslin, qui écrit également pour le New York Times, déplore un manque de « sentiment, de raison et de continuité narrative », domaines dans lesquels les acteurs s'en tirent « particulièrement mal », notamment Ariane Koizumi dont le rôle dans le film se révèle « inefficace »[8].

Rex Reed (en) du New York Post donne au film l'une de ses critiques les plus extatiques : « Excitant, explosif, audacieux et aventureux »[9]. Pour le critique Roger Ebert du Chicago Sun-Times dans sa revue du film suivant de Cimino, Le Sicilien, Ebert décrit L'Année du dragon comme un film qui possède une « intrigue forte qui avance avec puissance et efficacité »[10]. Le critique Leonard Maltin donne au film un note de deux étoiles et demie sur quatre, le qualifiant de « mélodrame saisissant, très chargé ... mais qui se noie presque dans une mer d'excès et de suffisance »[11]. La critique Pauline Kael du New Yorker rejeta le film, le qualifiant — dans son style inimitable et caractéristique — comme étant « hystérique, [de la] pulpe entraînante pour la canaille, le genre qui va bien avec les publics illettrés »[12].

Le film fut taxé de racisme à sa sortie[13] : les personnages de Chinois y seraient présentés comme des stéréotypes, s’exploitant entre eux, étant brutaux, fourbes, cupides et, pour les truands, ne pensant qu’à tuer.

Dans sa critique ultérieure, Edgar Hourrière du site aVoir-aLire.com indique quand a lui :

« Plusieurs décennies après sa sortie en salles, L’Année du dragon a conservé toutes ses couleurs flamboyantes. Grâce notamment à la réalisation de Cimino, qui place ses personnages dans des décors plus somptueux les uns que les autres.

Dans la peau de Stanley White, Mickey Rourke révèle tout son talent, toute sa hargne [...] Son charisme est indéniable, sa présence incontournable ; L’année du dragon ne fait que confirmer cette impression de gâchis pour un acteur rare.

[...] en regardant ce film, on ne peut s'empêcher d'y voir une allégorie de la carrière de Michael Cimino. Esseulé à la suite de l'échec de La Porte du paradis, mis au ban par ses pairs (tout comme Stanley White), il a dû lutter pour retrouver les chemins des plateaux de cinéma. L'Année du dragon prouve seulement son talent et son absence totale de compromissions. Qui s'en plaindra ?[14] »

Le film figure à la 3e place du Top 10 des Cahiers du cinéma de 1985. Le réalisateur-scénariste Quentin Tarantino classa le film parmi ses préférés, et juge la scène finale de la fusillade sur le pont de chemin de fer comme l'un des meilleurs « Killer Movie Moments »[3].

Box-officeModifier

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
18 707 466 $[15] - -
  France 1 929 797 entrées[1] - -

L'Année du dragon a été un flop, ne rapportant que 18 millions de dollars au box-office, pour un budget de production de 24 millions[16].

DistinctionsModifier

Sources : Internet Movie Database[17]

RécompenseModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Year of the Dragon (film) » (voir la liste des auteurs).

RéférencesModifier

  1. a et b « L'Année du dragon », sur JP's Box-office (consulté le 22 juin 2020)
  2. a et b (en) commentaire audio de Michael Cimino. DVD Year of the Dragon 2005, Région 1
  3. a b c d e et f (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. Griffin, Nancy (February 10, 2002). "Last Typhoon Cimino Is Back". The New York Observer 16 (6): pp. 1+15+17. Retrieved 2010-10-13.
  5. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  6. (en) « Year of the Dragon (1985) », Rotten Tomatoes.com (consulté le 16 mai 2020).
  7. (en) « Film View: After "Heaven's Gate", "Dragon" doesn't look bad ». Vincent Canby, The New York Times, 25 août 1985.
  8. (en) « Film: "Year of the Dragon", Cimino in Chinatown », Janet Maslin, The New York Times 16 août 1985.
  9. Critique de Rex Reed dans le The New York Post en 1985.
  10. (en) « The Sicilian », Roger Ebert, Chicago Sun-Times, 23 octobre 1987.
  11. (en) Leonard Maltin, Leonard Maltin's Movie Guide, New York, Penguin Group, 2009, p. 1572. (ISBN 978-0-452-28978-9).
  12. Pauline Kael, « The Great White Hope », Hooked, New York, E.P Dutton, 1989, p. 33. (ISBN 0-525-48429-9)
  13. « Mort de Michael Cimino, grand cinéaste incompris de l'Amérique », Olivier Delcroix, Le Figaro.fr, 3 juillet 2016.
  14. « L’année du dragon », Edgar Hourrière, Avoir-alire.com, mis à jour le 3 juillet 2016.
  15. (en) « Year of the Dragon », sur Box Office Mojo (consulté le 22 juin 2020)
  16. (en) « "Year of the Dragon" (1985) – Box office / business », IMDb.com (consulté le 24 septembre 2020).
  17. (en) Section « Awards » sur l'Internet Movie Database (consulté le 6 septembre 2009).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Marc Chevrie, Le point de mire. Cahiers du cinéma n.377 ().
  • Gina Marchetti, Conclusion: The Postmodern Spectacle of Race and Romance in 'Year of the Dragon' . Romance and the "Yellow Peril": Race, Sex, and Discursive Strategies in Hollywood Fiction. University of California Press, Berkeley, Californie (1993).
  • Gina Marchetti, Ethnicity, the Cinema and Cultural Studies. Unspeakable Images: Ethnicity and the American Cinema. University of Illinois Press, Urbana, Illinois (1991).
  • Alain Masson, L’année du dragon. Positif n.297 ().
  • John Pym, After the Deluge. Sight and Sound n.55 (décembre / -86).
  • Serge Toubiana, Il n'y a pas d'affaire Cimino. Cahiers du cinéma n.378 ().
  • Robin Wood, Hero/Anti-Hero: The Dilemma of ‘Year of the Dragon’. CineAction! n.6 (été / automne 1986).

Liens externesModifier