Ouvrir le menu principal

L'Abergement-Clémenciat

commune française du département de l'Ain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir L'Abergement.

L'Abergement-Clémenciat
L'Abergement-Clémenciat
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Châtillon-sur-Chalaronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Dombes
Maire
Mandat
Daniel Boulon
2014-2020
Code postal 01400
Code commune 01001
Démographie
Population
municipale
767 hab. (2016 en diminution de 1,67 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 07″ nord, 4° 55′ 18″ est
Altitude Min. 206 m
Max. 272 m
Superficie 15,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
L'Abergement-Clémenciat

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
L'Abergement-Clémenciat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
L'Abergement-Clémenciat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
L'Abergement-Clémenciat

L'Abergement-Clémenciat (prononcé [la.bɛʁ.ʒə.mɑ̃.kle.mɑ̃.sja]) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

La commune résulte de la fusion des deux anciennes paroisses de L'Abergement et de Clémenciat en 1857, anciennes communes rattachées à Châtillon-sur-Chalaronne durant la Révolution française.

GéographieModifier

Située entre Bresse et Dombes, à une altitude variant entre 206 et 272 mètres, la commune de l'Abergement-Clémenciat, d'une superficie de 1 596 ha, est située à 5,5 km de Châtillon-sur-Chalaronne et à 11 km de Thoissey. Elle est située à proximité de villes moyennes telles que Belleville (20,5 km), Mâcon (24 km), Bourg-en-Bresse (26,5 km) et Villefranche-sur-Saône. Les grandes villes les plus proches sont Lyon et Genève.

Communes limitrophesModifier

Points extrêmesModifier

HydrographieModifier

ClimatologieModifier

Le climat est tempéré à légère tendance continentale. Les données climatologiques sont celles de Mâcon qui est la station de référence pour toutes les données. Les valeurs climatiques de 1981 à 2010 sont les suivantes.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Ensoleillement (h) 61,9 91,5 154,9 182 212,9 245,3 267,7 242,4 185,6 116,9 70,3 50,5 1 881,9
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[1]
 
 
 
 
 
 
Température

minimale

Température

maximale

Hauteur de

précipitations

Nombre de jours

avec précipitations

Durée

d’ensoleillement

Nombre de jours avec

bon ensoleillement

7,4 °C 16,1 °C 859,3 mm 113,9 j 1881,9 h 73,25 j

Voies de communication et transportsModifier

 
Carte des axes de communication.

RoutesModifier

  • La route départementale D7 traverse au nord du hameau de Clémencia et relie Thoissey à Chalamont. En prenant l'ouest, les habitants peuvent rejoindre Dompierre-sur-Chalaronne et en prenant l'ouest, ils rejoingnent Châtillon-sur-Chalaronne.
  • La route départementale D64 traverse au nord du Vieux-Bourg, elle relie Saint-Didier-sur-Chalaronne à l'ouest à Neuville-les-Dames à l'est. Elle permet de rejoindre les villages de Sulignat et d'Illiat.
  • La route départementale D64c relie les routes D7 et D64, c'est-à-dire que c'est la route qui reliait L'Abergement et Clémenciat. Elle traverse aujourd'hui le nouveau bourg.

ToponymieModifier

 
Panneau d'entrée du village. On peut voir que le L et l'apostrophe ont été effacés.

Le nom de L'Abergement-Clémenciat née de la fusion en 1857 des deux anciennes paroisses de l'Abergement et de Clémenciat, formant la commune.

On trouve aussi trois différentes orthographes de la commune : L'Abergement-Clémencia[2], Abergement-Clémenciat[3], Abergement-Clémencia[4].

Étant la première commune du premier département dans l'ordre alphabétique, elle porte le code commune insolite 01001, signifiant commune 001 du département 01.

L'AbergementModifier

En 1304, Albergamentum in Dombis est la première mention du village. En 1427, le nom utilisé pour se référer à la paroisse est Abbergamenti super Dombis alors qu'on utilise L'Abbergement vers 1536. D'après l'enquête Bouchu, L'Abergement est évoqué en 1670 et L'Abergement près la Dombe est cité en 1734 par la Description de Bourgogne. Le nom actuel de L'Abergement est inscrit en 1790 dans le Dénombrement de Bourgogne.

Le nom vient de l'ancien français herbergement, albergement, endroit où l'on logeait et nourrissait les voyageurs. En arpitan ancien, un Abergement était un territoire donné moyennant redevance annuelle par son suzerain à son vassal, paysan ou non. Ce mode de location à très long terme avait pour but de favoriser le défrichement des terres.

On trouve 4 communes dans l'Ain avec ce nom typique du Jura débordant également sur la Saône-et-Loire, la Côte-d'Or et le Doubs. Les trois autres noms sont Le Petit-Abergement, Le Grand-Abergement et L'Abergement-de-Varey. Il semble désigner des concessions agricoles à des colons du XIe au XVe siècle.

ClémenciatModifier

 
Panneau d'entrée du hameau.

L'origine latine de Clémenciat suggère la présence d'une implantation gallo-romaine[5]. On trouve aussi l'orthographe Clémencia.

La première mention de l'ancien village se trouve dans le recueil de chartes de Cluny et date de 957, le nom utilisé est Clemenciacense[6]. En 1250, le pouillé du diocèse de Lyon évoque Clemencie alors qu'on retrouve Clemenciacus en 1272. D'après le terrier de Peyzieux, Clemencia est le nom du village vers 1324.

Guichenon mentionne dans l'Histoire de Dombes le nom de Clemencia en Bresse en 1662. Après son intégration dans la commune de Châtillon-sur-Chalaronne, le nom du nouveau hameau devient Clémentia. En 1841, les cartes de l'État-Major évoquent Clémentiat.

HistoireModifier

Article détaillé : seigneurie de L'Abergement.

Centre d'une très ancienne paroisse, Clémenciat est au milieu du Xe siècle[7] le chef-lieu d'un ager. En 957[7], on relève : in agro Clemensiacense, in ipsa villa[8].

Au XIIe siècle[7], il est fait mention de l'église dédiée à saint Clair et saint Didier[Note 1], et de la famille de Clémenciat[Note 2]. En 1146[7], il est fait mention d'un Ogier de Clémenciat[9].

En 1279[7], on trouve un certain Dominus Pontius de Clemencia miles, dans un acte d'hommage.

À l'extinction de la famille de Clémenciat, leur succèdent dans la zone les Chabeu qui établissent un nouveau site fortifié près de l'ancien centre paroissiale, celui de l'Abergement. La population aurait alors progressivement déserté Clémenciat au profit du nouvel établissement castral. Les premiers documents connus à ce jour qui font mention du site fortifié de l'Abergement datent quant à eux du début du XIVe siècle[7]. Le fief est à cette époque la propriété de la famille de Chabeu. En 1372[7], le sire de Beaujeu (châtellenie de Thoissey) et le comte de Savoie (châtellenie de Châtillon) se disputent alors la seigneurie de l'Abergement.

C'est au XVIe siècle[7], qu'une nouvelle église sera construite à l'Abergement, placée sous le vocable de l'Assomption.

Durant la Révolution française, les deux paroisses ainsi que la commune voisine de Sulignat intègrent Châtillon-les-Dombes. Le [10], la totalité du territoire de L'Abergement, la partie ouest de l'ancienne paroisse de Clémenciat et une partie de l'ancienne commune de Fleurieux rattachée à Châtillon-sur-Chalaronne forme la nouvelle commune à l'initiative d'Antoine-Élisée Munet, premier maire du village[11].

En 1862[7], plusieurs hectares de bois sont abattus pour construire le nouveau village au centre des deux anciennes paroisses. Ce site sera nommé Munetville en l'honneur du maire et inauguré en 1868.

Politique et administrationModifier

 
Mairie.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
1857 1882 Antoine-Élisée Munet    
1882 1912 Melchior Munet    
1912 1944 Élisée Munet    
1944 1945 Paul Reverdy    
1945 1945 Élisée Munet    
1945 1947 Jean-Marie Beyoux Rad.  
1947 1971 Joseph Jouard    
1971 1997 René Perret SE  
1997 2008 Jean-Claude Rigaud   Réélu en 2001
2008 En cours
(au 30 avril 2014)
Daniel Boulon SE Retraité

Tendances et résultats politiquesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[15].

En 2016, la commune comptait 767 habitants[Note 3], en diminution de 1,67 % par rapport à 2011 (Ain : +5,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
232569556620604605622594572
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
637629560566543540506471424
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
407347368477579728811780767
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

Pyramide des âges à l'Abergement-Clémenciat en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,5 
4,7 
75 à 89 ans
6,2 
12,0 
60 à 74 ans
14,2 
19,3 
45 à 59 ans
19,6 
23,6 
30 à 44 ans
23,0 
16,0 
15 à 29 ans
14,7 
24,3 
0 à 14 ans
21,7 
Pyramide des âges du département de l’Ain en 2007 en pourcentage[19].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,5 
30 à 44 ans
22,0 
18,1 
15 à 29 ans
16,7 
21,2 
0 à 14 ans
19,8 

EnseignementModifier

 
Bâtiment principal de l'école qui accueillait la mairie.

L'école regroupe les élèves de la commune de la petite section jusqu'au CM2. Ils sont répartis dans trois classes. Les élèves de cette école passant en 6e sont dirigés au collège Eugène Dubois de Châtillon-sur-Chalaronne.

SportsModifier

Près du cimetière, on trouve un boulodrome.

Médias locauxModifier

  • Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes de l'Ain. Il paraît du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national, et international.
  • Le journal Voix de l'Ain est un hebdomadaire publié les vendredis qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain.
  • La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le site médiéval du Vieux Bourg. Il ne subsiste, au XXIe siècle, du château de l'Abergement que des ruines. On y voit les restes des murs d’enceinte du XIVe siècle bâtis par les Chabeu. Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par arrêté du [20].
  • La motte castrale de la Féole[Note 4],[Note 5], au nord de la ferme éponyme. Sur un plan géométral du XVIIIe siècle un château est représenté.
  • La motte castrale de la Pouape ou le Péage[Note 6], à 150 mètres à l'est de la Nicolière. Une visite pastorale de 1636 fait mention de la chapelle du Péage.
  • Le château moderne du Vieux Bourg, construit en 1700 et remanié au XIXe siècle.
  • Une église de style néogothique, construite au XIXe siècle, sous la direction de Louis-Auguste Boileau, architecte à Paris, auteur de Saint-Eugéne et de plusieurs autres églises construites[21] avec une ossature en fonte.
  • La chapelle de la Servette édifiée dans le bois de Saint-Lazare, était un lieu de pèlerinage pour les maladies des jeunes enfants.
  • En face de l'église, on trouve un monument en l'honneur des soldats du village morts au combat.

Personnalités liées à la communeModifier

  • André Gastier (1791-1868), député de l'Ain, est mort dans la commune.

GastronomieModifier

Sa localisation entre Bresse et Dombes confère au village une grande diversité gastronomique.

Les spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, les gaufres bressanes, la fondue bressane[22]. Les autres spécialités, celles de la Dombes, sont le cuisses de grenouille, le canard ou certains poissons comme la carpe.

La commune se situe dans l'aire géographique de l'AOC Crème et beurre de Bresse[23]. Une partie du territoire fait partie de l'aire géographique de l'AOC Volailles de Bresse[24].

Elle a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux de l'Ain (sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé)[25].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • [André Bazzana - Guillemine David - Agnès Gonnet - Jean-Michel Poisson 1986] André Bazzana, Guillemine David, Agnès Gonnet et Jean-Michel Poisson, Mottes castrales de Dombes (Ain) : Éléments pour un atlas, Lyon, Direction des Antiquités Historiques Rhône-Alpes, , p. 23-24.
  • Richesses touristiques et archéologiques du canton de Châtillon-sur-Chalaronne, pré-inventaire de l'Ain, 1991.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. C'est en 1174, qu'il est fait mention pour la première fois de l'ecclesia de Clémenciat — Dunod, 1735-1737.
  2. La famille de Clémenciat, chevaliers, s'éteint au XIVe siècle — Bazzana et al. 1986, p. 23-24.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  4. Une famille de chevaliers qui porte le nom de La Féole, vassaux des sires de Bagé, est citée en 1272 : dominus Jacobus de Fayola, miles, Guichenon, 1650, p. 17 et 112.
  5. La seigneurie, en 1307, comme celle de Sure (Saint-André-de-Corcy), est la possession de Jean de Genost, aristocrate bressan, vassal du comte de Savoie. Il fait hommage de la seigneurie de la Féole aux sires de Thoire-Villars — Biblioteca Dumbensis, I, p. 514.
  6. En 1612 il est fait mention du Mas du Péage, Biblioteca Dumbensis, I, p. 518.

RéférencesModifier

  1. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1981-2010)
  2. Nom affiché sur le monument aux morts
  3. Nom affiché sur les panneaux de signalisation
  4. Cadastre de la commune, sur cadastre.gouv.fr.
  5. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch (consulté le 3 novembre 2018)
  6. Dictionnaire topographique de l'Ain p.117, sur archives.ain.fr.
  7. a b c d e f g h et i Bazzana et al. 1986, p. 23-24.
  8. Chartes de Cluny, II, no  1026.
  9. Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 105.
  10. Histoire de L'Abergement-Clémenciat, sur ain-genealogie.fr.
  11. « Présentation de l'Abergement-Clémenciat », sur cc-chalaronne-centre.org,
  12. Source : Dictionnaire des hommes et des femmes politiques de l'Ain de 1789 à 2003, Dominique Saint-Pierre, Musnier-Gilbert Editions, 2003.
  13. Résultats de l’élection présidentielle 2002 sur le site du ministère de l’Intérieur. Consulté le 26 août 2012.
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  18. « Pyramide des âges à L'Abergement-Clémenciat en 2007 », sur recensement-2007.insee.fr (consulté le 13 juillet 2010).
  19. « Pyramide des âges de l’Ain en 2007 » [archive du ], sur recensement-2007.insee.fr (consulté le 20 juillet 2010).
  20. « Site médiéval du Vieux Bourg », notice no PA00132969, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Louis-Auguste Boileau, Histoire critique de l'invention en architecture", Paris, Ve Ch. Dunod, .
  22. Bourg-en-Bresse, ville départ, sur letour.fr.
  23. « Aire géographique de l'AOC Crème de Bresse. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  24. « Aire géographique de l'AOC Volaille de Bresse. »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  25. « L'Abergement-Clémenciat, commune viticole », sur Vin Vigne (consulté le 3 juin 2016).