L'Époque (1865)

journal français (1865-1869)

L'Époque
Pays France
Langue français
Périodicité quotidien
Prix au numéro 10 centimes
Fondateur Ernest Feydeau
Date de fondation 1865
Date du dernier numéro 1869
Ville d’édition Paris

ISSN 2021-3735
OCLC 12049347

L’Époque est un journal français fondé en 1865 et publié jusqu'en 1869.

HistoireModifier

À la fin de l'année 1864[1], l'écrivain Ernest Feydeau décide de fonder un journal politique, modéré et indépendant, dont il voit un modèle dans le Times britannique[2]. Il envisage de l'intituler Le Bon Sens avant d'opter finalement pour L’Époque[1]. Le nouveau journal est financé et administré par une société au capital de 400 000 francs, installée au no 5 de la rue Coq-Héron, créée par Feydeau et un associé, le rentier Jules Giraudeau. Ce dernier devient cogérant du journal, tandis que Feydeau se réserve les fonctions de rédacteur en chef et de directeur politique[3].

Le premier numéro de L’Époque, quotidien du soir, paraît le [1]. Sa ligne éditoriale, qui se veut totalement indépendante, est libérale en ce qui concerne les droits de la presse et des citoyens mais conservatrice sur certains grands sujets politiques et sociaux. L’Époque prend ainsi le contre-pied des journaux d'opposition (L'Avenir national, L'Opinion nationale, Le Siècle et Le Temps) sur la question romaine et sur l'enseignement primaire gratuit et obligatoire[4].

En , Feydeau est condamné à payer une amende pour avoir publié, dans le numéro du , une fausse nouvelle « de nature à troubler la paix publique » au sujet d'un risque d'épidémie de peste[5].

Le , Feydeau revend L’Époque à Frédérick Terme, qui devient ainsi le nouveau rédacteur en chef et gérant du journal[6].

 
Les hommes de L’Époque en 1867 : Dusautoy, Napoléon III et Duvernois (illustration de Régamey, 1883)[7].

Le , alors que le journal est en grande difficulté financière[1], Terme le revend pour 100 000 francs à Auguste Dusautoy, ancien tailleur de Napoléon III[8]. L'arrivée de ce partisan inconditionnel de l'empereur inquiète le chroniqueur Jules Richard, qui y voit une menace à l'encontre de l'indépendance et du libéralisme de L’Époque, et qui préfère par conséquent partir à La Situation d'Antoine Grenier[9].

Napoléon III, secondé par le général Fleury, semble bien avoir été non seulement l'inspirateur de L’Époque de Dusautoy mais également son financeur, si l'on en croit les documents comptables retrouvés aux Tuileries après la chute du régime impérial[10]. Sous cette influence, L’Époque devient le journal officieux de l'Empire libéral[11] grâce à Clément Duvernois, directeur politique à partir du [12], Terme ayant quant à lui conservé le poste de rédacteur en chef[13].

 
Caricature de la rédaction de L’Époque par Gilbert-Martin[14].

Terme ayant publié le un article d'Arthur Arnould critiquant la brutalité des sergents de ville parisiens[15], les deux hommes sont condamnés à une amende[16]. Terme et un autre journaliste, Xavier Eyma, écopent d'une nouvelle amende quelques semaines plus tard en raison d'un article du qui annonçait la signature d'un traité militaire franco-italien à Biarritz. Cette information ayant été démentie, Terme et Eyma avaient par conséquent été accusés de publier de fausses nouvelles « de nature à troubler la paix publique »[17].

Au début de l'année 1868, L’Époque connaît quelques mutations, en devenant un journal du matin. Duvernois, tout d'abord démissionnaire, garde son poste[18] et devient propriétaire du journal le 1er avril après avoir racheté les parts de Dusautoy[19]. Cependant, déçu par l'échec de sa campagne pour la suppression des candidatures officielles[20], il démissionne définitivement le [21]. Terme doit par conséquent réorganiser le journal, dont le tirage est alors de 2 900 exemplaires[22].

Le , le journal cesse de paraître quotidiennement[23] et devient un hebdomadaire avant de disparaître. Terme et Duvernois fondent alors Le Peuple[24], ré-intitulé Le Peuple français en juillet suivant afin de se différencier d'un journal homonyme[25].

CollaborateursModifier

RéférencesModifier

  1. a b c et d Journal des débats, 20 avril 1868, p. 2.
  2. Le Figaro, 5 mars 1865, p. 4.
  3. Le Moniteur universel, 5 mars 1865, p. 4.
  4. La Presse, 5 mai 1865, p. 1.
  5. Journal des villes et campagnes, 13 novembre 1865, p. 2.
  6. Le Moniteur universel, 16 juin 1866, p. 10.
  7. Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, t. 6, Paris, 1883, p. 22.
  8. Le Siècle, 26 avril 1867, p. 3.
  9. Le Figaro, 6 juillet 1867, p. 3.
  10. Le Moniteur universel, 28 janvier 1871, p. 4.
  11. Le Français, 17 octobre 1868, p. 2.
  12. a b et c La Presse, 10 juin 1867, p. 2.
  13. a b c d e et f Le Figaro, 26 novembre 1868, p. 2.
  14. a b c d e et f Le Philosophe, 7 septembre 1867, p. 4.
  15. a b et c Journal des débats, 6 septembre 1867, p. 2.
  16. Le Constitutionnel, 26 septembre 1867, p. 3.
  17. a et b Journal des débats, 19 octobre 1867, p. 3.
  18. Le Figaro, 18 mars 1868, p. 2.
  19. Le Figaro, 21 avril 1868, p. 2.
  20. Le Figaro, 7 septembre 1868, p. 2.
  21. Le Moniteur universel, 16 octobre 1868, p. 2.
  22. Le Diable à quatre, 17 octobre 1868, p. 34.
  23. Le Figaro, 3 février 1869, p. 2.
  24. Le Figaro, 5 février 1869, p. 2.
  25. Le Français, 5 juillet 1869, p. 1.
  26. a b et c Le Soleil, 16 juillet 1891, p. 1.
  27. a b c d e f et g Le Siècle, 30 septembre 1866, p. 4.
  28. Le Figaro, 2 mai 1868, p. 2.
  29. Le Tintamarre, 26 mai 1867, p. 6.
  30. Le Figaro, 3 décembre 1867, p. 2.
  31. a b et c Le Figaro, 9 juillet 1865, p. 5.
  32. Journal des débats, 15 juin 1865, p. 2.
  33. La Presse, 24 août 1867, p. 3.

Voir aussiModifier

Liens externesModifier